Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Les heures bleues Par Alphonsine

« L’heure bleue, c’est ce moment magnifique où le jour laisse place à la nuit. Mais pour elle, c’est l’instant où la porte de sa maison se referme, où la lumière baisse, où sa peau vire au rouge puis au bleu. Olivia est cardiologue et elle adore son métier presque autant que ses deux enfants : Milan, un garçon hypersensible de sept ans, et Prune, trois ans, qui rêve de devenir danseuse étoile. Dans ce joli tableau familial, il y a Franck, le conjoint : psychiatre réputé, intelligent et cultivé, charmant en société. Violent aussi, mais uniquement dans l’intimité. Depuis six ans, Olivia endure tout, en silence… Jusqu’au jour où son corps se met à parler et l’exhorte à partir. Mais comment s’enfuir d’une maison devenue une prison ? Où trouve-t-on refuge quand le père de ses enfants, l’être aimé, est aussi son geôlier, veillant au moindre détail ? »

Avis précédent roman

Cet ouvrage a été particulièrement dur à lire, heureusement pour nous, on débute le récit par la décision judiciaire.

C’est un point auquel il faut se rattacher tout au long du livre. Les sentiments sont vrais étouffant, le dérouler est très réaliste, on a l’impression que ça se passe réellement dans notre quartier ou chez nous.

Cette réalité est bien écrite, elle donne une impression de malaise et d’oppression durant la lecture. On souhaite aider Olivia  pour sauver ses apparences et surtout sauver sa peau d’un homme qui manie la psychologie avec brio.

Pour être honnête j’ai eu beaucoup de mal avec cette lecture, je reconnais le talent de l’auteur et sa plume sans aucun souci. Mon cheminent vers la fin a été laborieux plusieurs fois j’ai voulu abandonner, l’atmosphère est beaucoup trop psychologique, un genre que je déteste par dessus tout.

Ps : je remercie l’auteur de m’avoir fait confiance

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Le Cas Victor Sommer Par Vincent Delareux

Sans titre (24)

« « Un récit à mi-chemin entre les Évangiles et « Psychose » d’Alfred Hitchcock. Une réussite. » — Amélie Nothomb.
À 33 ans, Victor Sommer mène une vie discrète et monotone qui lui pèse. Secrètement, il aspire à devenir « quelqu’un » aux yeux du monde. Cette ambition est toutefois entravée par sa mère, une vieille infirme autoritaire et possessive qui l’empêche de proprement exister.
Mais voilà qu’un jour, cette dernière disparaît sans laisser de traces. Livré à lui-même, son fils va devoir faire face à ce monde qu’il n’a jamais appris à connaître. Une fois l’angoisse de la disparition passée, Victor va s’accommoder de cette indépendance nouvelle et la mettre à profit pour enfin réaliser son fantasme : à l’avenir, il existera davantage que quiconque. À ses risques et périls. Car sa mère, sans doute, n’est pas aussi loin qu’il le pense… »

Instagram

Décidément les romans psychologiques ne sont pas pour moi, je vais arrêter d’en lire. Je ne suis malheureusement pas arrivé au bout de ma lecture. J’ai stoppé au milieu du livre ne m’attachant à rien de cet univers.

Ce n’est pas parce que l’histoire était inintéressante, loin de là, l’idée de base est très bonne mais l’atmosphère ne m’a pas plu du tout. Les amateurs de lectures noir et psychologique vont adorer ce livre. La plume de l’auteur est très facile à lire, ce qui est un plus pour ce type de lecture.

Les personnages sont tellement complexes dans leur façon d’être, leurs relations et ambition, je n’ai pas eu la moindre envie de les connaître plus.

L’atmosphère du livre est lui glaciale, il n’y a rien de bon dans cette maison. Je reste persuadé que le livre plaira a un large public, il a un énorme potentiel pour ceux qui s’y connaissent dans ces lectures. Ils trouveront les clés et les détails dissimulés dans tout ce brouillard.

Ps : Je remercie l’auteur de m’avoir permis d’essayer, je lui souhaite de trouver son audimat.

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Rien de grave, je t’assure par Jean-Luc Rogge

« Adeline, la cinquantaine, deux enfants, en couple avec Pascal, s’accommode parfaitement de son existence monotone de petite-bourgeoise provinciale.
Un jour, toutefois, une révélation inattendue ébranle profondément les certitudes de la mère de famille.
Peu après, Adeline disparaît.
Dès lors, les questions se posent et les masques tombent.
Puis, les événements s’enchaînent et les rebondissements se multiplient.
Les drames surgissent ; la mort rôde.
Toute une famille est subitement entraînée dans un tourbillon insensé dont chaque membre, à sa manière, devra tenter d’échapper.
Toutefois, quoi que l’on décide, quoi que l’on fasse, rien ne s’arrête jamais ! Rien de grave, je t’assure : le récit palpitant d’une intrigue familiale aux allures de thriller.
« 

Qui est Jean – Luc Rogge ? Né en Belgique, mais avec une ascendance tant flamande que française, j’ai vécu de nombreuses années dans une rue située à quelques pas de la frontière franco-belge. Opposé aux clivages nationaux, source continuelle de conflits, j’aime me considérer comme un simple citoyen du monde.
Avide, depuis ma plus tendre enfance, de rêves et d’évasion, j’ai trouvé, très vite, grâce à la littérature, le moyen d’échapper à la monotonie de l’existence et de découvrir ainsi mille et un univers, de vivre une multitude de vies.
Depuis 2013, j’ai publié, en autoédition, six recueils de nouvelles, genre que j’aimerais voir revalorisé chez nous, et un roman.

Site web

Ceci est un roman drame familial sur fond de thriller, un genre que je n’affectionne pas vraiment, mais je donne toujours sa chance à chaque auteur. Le livre est séparé en deux parties, la première est centrée sur une disparition et la deuxième est plutôt la reconstruction suite aux révélations.

La plume est belle avec une histoire rythmée, elle se lira rapidement pour les fans du genre. Maintenant ce qui m’a perturbée dans ce livre c’est la noirceur de cette famille. On part d’une famille dites « ordinaire » mais on se retrouve au milieu de secrets révélés sans cesse.

On passe par tous les drames possible et imaginable, cela fait un peu trop pour une seule famille, ou alors celle-ci a vraiment la poisse. On a énormément de mal à s’y retrouver, ce qui peut gâcher le fait de lire le récit.

Il aurait peut-être fallu séparer en deux tomes différents pour 2 familles distinctes. Je suis persuadée que ce livre trouvera son public.

Ps : Merci à l’auteure pour cette découverte

Aurevy