Publié dans Service presse

Le Blues du pêcheur d’Alan Alfredo Geday

« Maman, Comme tu vois, je ne t’ai pas oubliée. Quatre mois déjà que je suis à Marseille. Le temps est passé vite, j’ai eu tant à faire, j’ai eu tant à apprendre et à découvrir. Marseille est grande. Elle m’a étourdi d’abord, puis elle m’a enchanté. Je m’y sens libre. L’anonymat a quelque chose d’exaltant. Livourne est un bourg comparé à Marseille. Je crois qu’il me serait impossible d’y vivre maintenant, je m’y sentirais enchaîné à une vie trop étroite. Ici, on peut trouver du travail, on peut tenter sa chance. Il y a beaucoup d’Italiens à Marseille. Je ne suis pas trop dépaysé. Nous, les Italiens, on vit en communauté, on se serre les coudes, tous confinés dans le quartier de la Belle de Mai. Les Français nous appellent les babi. On voit souvent des affiches dans la rue : « Immigrés italiens dehors, travailleurs français ! » Quelques escrocs m’ont même proposé une fausse carte d’identité si je soutenais le parti socialiste. Mais avec mon accent à couper au couteau et mon peu de vocabulaire, ce n’est pas demain la veille qu’on cessera de m’appeler macaroni. Ces sales gens ne doivent pas connaître notre cuisine pour en faire une insulte ! Ton cacciucco me manque, nos longues discussions aussi. »

Site Web

Premier roman de l’auteur que je lis, mais serait déjà son 3e ouvrage, je n’ai pas vu les autres !  La couverture est sobre, simple mais tellement, rattachée à l’histoire.

Des thèmes forts, comme l’immigration d’après-guerre, le déracinement, le rejet, le courage et les obstacles y sont traités de façon fluide. L’Histoire est prenante sombre mais réelle c’est assez étrange.

Ce livre a une sensibilité qui lui est propre, l’impression de vivre avec le personnage. On vit au fil des pages une vie qui n’est plus la nôtre. J’ai adoré ce livre même si l’époque utilisée n’est pas ma favorite.

On parle pourtant d’une époque passée mais qui pourrait être très actuelle avec ce sujet de l’immigration qu’elle aborde, ces sujets sont encore compliqués à traiter à notre époque.

Les personnages sont très diversifiés, bon ou mauvais sont très bien pensés, j’ai été très bluffé. La qualité de l’écriture est plaisante, c’est fluide, nous ne sommes pas envahi de longueur, le récit est maîtrisé ce qui donne un plus au roman. 

J’aurais aimé plus de positifs je vous l’accorde, mais on ne peut pas tout avoir non plus ! C’est un roman à découvrir car l’histoire est touchante.

Ps : Merci à l’auteur pour ce livre que je vais faire suivre à d’autres personnes

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

L’ange de Cassel de Pat Caron

A l »orée du temps, un esprit espiègle,et un peu rebelle, conclut un accord bienveillant avec Dieu et vient à se passionner pour un tout petit bout de Flandre. Il se retrouve successivement plongé, bien malgré lui, dans l’épicentre de plusieurs guerres historiques, toutes sur cette même terre.
Tandis que l’Histoire toute enitère défile, il s’acharne, malgré son découragement, à accomplir sa mission contractuelle de supprimer la guerre du vocabulaire et des actions des hommes. Six tentatives avortées déjà: six guerres. Pourra-t-il éviter la septième ? Peut-être en négociant quelques amendements ou extensions à l’accord initial ?

Instagram

J’avoue avoir été surprise par ce début d’histoire, je ne m’attendais sûrement pas à surprendre une conversation avec le tout-puissant. Je me suis demandée si j’étais légitime d’épier leur premier échange de ce tome. Ce tome est ficelé de manière particulière, car le voici à chaque jour sa nouvelle aventure et époque sur Terre.

Ce livre est d’une richesse historique incroyable, j’y découvre des histoires que je ne connais pas sur un endroit encore inconnu de ma personne. Pour ma petite tête curieuse, elle a trouvé son bonheur des annotations et explications sont au rendez-vous. Bien sûr il y a des petites choses qui manquent, le roman parfait n’existe pas.

J’aurais aimé avoir un peu plus d’antériorité sur les personnages cités, mais ce n’est pas gênant en soi pour notre lecture. Les discussions avec le tout-puissant m’ont paru longuettes à certains moments, les débats de chaque fin d’époque n’étaient pas forcément nécessaires.

L’humour est très présent surtout sur les dialogues de l’ange et son supérieur. La plume est maîtrisée surtout sur les parties historiques. Un bon moment passé où je me questionne à le récupérer en livre physique, pour ceux qui aiment apprendre en lisant foncé, on y trouve une certaine réflexion qui nous questionne.

Ps : je remercie l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

Tous les jours, elle boitait par Mélinda Schilge

« Jeanne n’est pas une jeune femme comme les autres. Nous sommes à Paris pendant les années folles. Elle aime les automobiles et autres mécaniques du moment, le cinéma, cet art mineur qui perce encore difficilement – alors que son père est peintre. Une fois en âge de se marier, elle s’intéresse peu aux hommes contrairement à ses amies et en vient à se demander si elle saura aimer. De plus, elle vient de se découvrir une famille en Alsace qui parle une langue que l’on pourrait confondre avec de l’allemand, alors que cette région est censée être heureuse de retourner dans le giron français.
Touchée par les violences extrémistes de l’entre-deux guerres, comment va-t-elle concilier ses balbutiements dans une vie conjugale avec des convictions qui la mettent en porte-à-faux avec sa famille, et sa mère en particulier ? »

Amazon

Le livre se déroule entre les 2 Guerres, dans une correspondance entre deux cousines. Je vous avoue que ce n’est pas une époque que j’affectionne particulièrement, après le livre en soi fut touchante, c’est aussi très historique comme livre.

Au fil de ce récit, on y découvre Jeanne, elle n’est pas comme toutes les jeunes femmes de son époque, elle ne rêve pas mariage mais plutôt des univers artistiques et automobiles. Elle aime tout ce qui peut l’éloigner de ce monde mondain en réalité.

Même si le mariage n’est pas sa priorité, elle finira par y céder sans pour autant être sous la coupe de son mari. Jeanne est libre de ses mouvements. Dans cet échange de courrier on comprend que l’Alsace libéré des Allemands peine à retrouver ses marques en France.

Pendant ces années d’insouciance on a vent d’un mouvement politique qui fait de plus en plus d’adeptes, se propage telle une trainée de poudre. Nos protagonistes devront composer avec cela pour survivre au pire.

Ce n’est pas le genre de livre, car l’époque n’est pas ma préférée, mais j’ai apprécié découvrir cette œuvre. J’ai adoré la finesse de la couverture, je la trouve très poétique et délicate pour exprimer cette période ambiguë.

Ps : Merci à l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Écosse

Pour l’amour d’un Highlander d’Eulalie Lombard

5

« Elle est entêtée et prétentieuse. Il est colérique et mystérieux. Leur mariage forcé s’annonce… enflammé ! 1560. Adrastée de Nemours, noble héritière Française, se voit contrainte de quitter la cour pour épouser un Highlander, sur ordre de la reine Mary Stuart d’Écosse, alors souveraine de France. Darren MacLennan, Laird de l’île de North Uist, est obligé d’accepter cette union pour remplir les coffres d’or et ainsi faire face aux clans adverses. Prisonniers de ce mariage qu’ils n’ont jamais voulu, parviendront-ils à surmonter leurs préjugés, tandis que leurs ennemis patientent dans l’ombre ?Aussi différents soient-ils, certains êtres sont fait pour s’aimer. Préparez-vous pour un voyage torride au cœur de l’Écosse du 16ème siècle. »

Instagram

Avis lecture Mira T1

J’ai beaucoup aimé la légèreté de cette histoire, pleines de sentiments et de rebondissements. Le contexte est intéressant même si beaucoup trouvent des choses à redire, comme j’ai pu constater dans de nombreux retours. On reproche l’hors contexte historique, depuis quand n’avons nous plus le droit de sortir un personnage de son époque et de son confort ?

Aparté, on ne cesse de dire que Jane Austen est une des meilleures auteures de l’époque Victorienne, ce qui est entièrement faux, vu que cette époque à débuté après son décès. Je n’en fais pas un drame alors les gens devraient en faire autant, l’imagination permet de créer des choses qui seraient impossibles dans la vie réelle, laissez-nous rêver.

Revenons à nos moutons ! Adrastée est un nom magnifique, un peu trop beau pour une femme de son rang et son tempérament du début. J’ai eu du mal à la supporter dans les premiers chapitres, trop d’imbus de son éducation et ses manières trop sophistiquées.

Mon personnage préféré sera celui d’Ellen durant tout le livre, elle fait tout pour aider la jeune française, si Ellen n’avait pas été là pour Adrastée, celle-ci aurait ramé encore longtemps pour se faire accepter dans ce nouveau monde. Ellen est très proche de tout son clan, elle veut prendre soin de tous.

C’est toujours un plaisir pour moi de lire un livre se déroulant en Écosse, même si les décors ne sont pas développés comme une carte postale. Mais si j’ai besoin d’en savoir plus je vais sur Internet pour faire des recherches.

Si vous souhaitez une romance, un peu historique en Écosse, ce livre est pour vous ! L’auteur sait vraiment nous faire rêver et voyager avec ses écrits.

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Chronique d’Évariste – Tome 2 : Le Temple de Paris par Seth HORVATH

« A l’aube du XIVe siècle, dans le royaume de Philippe IV le Bel, Évariste, templier doté d’un étrange pouvoir, entre dans Paris accompagnée des deux jeunes femmes, l’une sarrasine, l’autre juive, rencontrées plus tôt. Il y retrouve son maître, l’intrigant Géraud de Villeneuve. Dans ce deuxième tome, le roi resserre ses griffes autour du Temple. Notre héros et ses allié(e)s auront fort à faire pour tenter de déjouer son plan machiavélique… Quand la petite histoire croise la grande dans ce trépidant roman d’aventures, on assiste à des rencontres étonnantes et humanistes, ou l’humour, l’action et l’amour ne sont jamais loin… A travers ces chroniques médiévales, rejoignez la croisade d’Évariste, au Temple de Paris ! »

Avis Tome 1

Instagram

Ce tome est plus sombre que le précédent car pour ceux qui connaissent l’histoire des Templiers nous arrivons à une date fatidique. Nos protagonistes préférés sont plutôt statiques dans cet ouvrage, ils seront au Palais du Temple la plupart des chapitres.

Evariste est celui qui bravera la météo et les routes pour satisfaire son maître qui le « punit » pour la confession de ses péchés sur Leïla. La joyeuse équipe est vite séparée par leurs nouvelles activités.

L’ambiance du début du roman est assez joviale, on est dans la continuité du premier, jusqu’à ce que la réalité rattrape tout le monde. On côtoie beaucoup plus le Maître Giraud dans ce tome, j’ai eu du mal avec ce personnage car il a des pratiques « particulières ». Des fois il est affectueux et d’autres on a juste envie de lui arracher la tête.

J’ai bien aimé l’évolution de Leïla, son intégration a été fluide, pleine d’audace et sans heurts. Simon lui a enfin trouvé une nouvelle occupation qui lui convient parfaitement, il est dans son élément, pas pour longtemps mais autant en profiter pour les quelques pages.

Yokébed est celle qui aura le plus de difficulté au départ de ce tome, la promesse faites à ses parents la rattrape, elle va vivre quelques évènements dérangeants. Elle cherche désespérément sa place, elle va d’ailleurs changer à de nombreuses occasions de situations.

Evariste lui se bat entre ses convictions, ses missions et ses sentiments, tout en risquant sa vie à parcourir sans cesse tous le royaume. Il en vient à une certaine rébellion contre son autorité supérieure. Il va faire aussi des rencontres que nous pourrons qualifier de « surprenante ».

La fin du tome est tragique, mais connue dans l’histoire des templiers. J’ai aimé ce tome où on découvre les protagonistes sous un autre jour. Il ne reste plus qu’un tome pour découvrir leur fin.

Ps : Je remercie l’auteur de m’avoir fait une nouvelle fois confiance.

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Chronique d’Évariste – Tome 1. Frère du Templepar Seth HORVATH

Sans titre (23)

« A l’aube du XIVe siècle, dans le royaume de Philippe VI le Bel, Évariste, templier doté d’un étrange pouvoir, croise le chemin de deux jeunes femmes, l’une sarrasine et l’autre juive. Ces rencontres fortuites bouleverseront définitivement leur existence.
Les aventures épiques et les personnages picaresques rencontrés dans ce premier tome, les mèneront du Bailliage de Touraine à l’Orléanais, puis jusqu’aux portes de Paris.
Quand la petite histoire croise la grande dans ce trépidant roman d’aventures, on assiste à des rencontres étonnantes et humanistes, où l’humour, l’action et l’amour ne sont jamais loin…
A travers ces chroniques médiévales, rejoignez la croisade d’Évariste, frère du Temple ! »

Instagram

C’est le 3eme livre sur l’univers des Templiers que je lis. Ce que j’aime dans toutes ses lectures ces les différentes visions et ambiances de chaque livre.

Le prologue m’a donné de nombreuses interrogations, je ne voyais pas trop où l’auteur voulait nous emmener, mais ce fut intéressant d’en apprendre plus sur le contexte. Dans ce premier tome, il n’y a pas énormément de dialogues surtout des descriptions, des pensées et des scènes d’action.

Evariste n’est pas un templier comme les autres, il a des capacités particulières qui le sauvent régulièrement mais qui le mettent dans des situations compliquées aussi. J’ai beaucoup aimé la relation particulière qu’il entretient avec Simon, on arrive à vivre leur passé et amitié au travers des récits qui nous sont donnés. Evariste vit une multitude d’aventure en une seule, un peu déjanté et pleins de complications.

Leïla est une personne qui promet de devenir encore plus intéressante par la suite, malgré les difficultés elle essaye de comprendre les différences de cultures. Elle s’en sort pas trop mal pour le moment.

Tous les personnages sont hauts en couleur arrivant à se retrouver dans de nombreuses situations cocasses. La chronologie des évènements est bien respectée avec plusieurs personnes qui ont vraiment existé.

J’ai pu retrouver une partie du récit dans les rues anciennes d’Orléans ce qui est drôle d’y être à une autre époque. Bon je n’arriverais pas trop à me repérer vu que la ville a énormément changé depuis cette époque et change encore actuellement.

L’écriture est fluide, agréable, on entre bien dans le récit. On ressent le travail de recherche est bien présent derrière. J’attend de voir la suite pour me prononcer sur mon ressenti dans la relation entre Évariste et Leila.

Ps : Je remercie l’auteur pour sa confiance

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Enquête en Anjou T3 : Les gabeleux par Gilles HOUDOUIN

« Été 1626 : Depuis le mois de février, la province d’Anjou subit une crise sanitaire, sans précédent depuis l’épidémie de peste de 1583. La population vit dans la peur. Les mauvaises conditions météorologiques laissent présager une famine. Cela ne dissuade pas les commis de la gabelle d’exercer comme toujours leurs contrôles contre les mariniers de Loire, à la recherche de sel de contrebande.
Un intrus dans une fosse commune : il n’en faut pas plus à nos sergents royaux pour repartir traquer le crime. »

Enquête en Anjou T1

Enquête en Anjou T2

Je viens de finir le tome 3 des enquêtes en Anjou, ce que j’aime avec ces livres, c’est d’apprendre en lisant comme un cours d’histoire amélioré. La période nommée dans ce livre n’est pas reposante, elle est aussi trouble que notre époque, peut être même plus que ce que nous vivons actuellement. Une épidémie fait rage, les pertes sont considérables, je trouve intéressant de voir comment ils ont géré la situation.

Notre héros Thomas Houdouin est mis à rude épreuve; lui aussi a subi des deuils, il en subira encore et pourtant il se relève pour continuer son chemin. J’avoue être admirative de sa volonté, son tempérament, une autre façon de penser même si certains diront que c’est son devoir. J’ai appris énormément sur l’acheminement du sel, son transport, les contrôles, tout ça fut fort bien instructif.

On se retrouve de nouveau dans une querelle Royale avec manigance, trahison et même espionnage, l’enquête était une fois de plus bien ficelée, notre Sergent Royal apprendra que tout ne se passe pas toujours comme on le souhaite. Je dois avouer qu’il y a une scène que je n’ai pas du tout appréciée, celle de la ferme qui prend feu.

Je ne vous en dévoilerai pas plus, de peur de révéler des informations quant à l’intrigue. L’écriture est fluide, elle devient plus sûre à chaque nouveau livre, la recherche est détaillée ce qui nous instruit en même temps.

L’auteur m’a proposé le SP en version numérique, j’ai fini par acheté la version papier pour ma maman qui a adoré les 2 premiers et les relis régulièrement.

Publié dans Auto édition, Service presse

Le temple de Sorges par Gilles HOUDOUIN

« 1621 : Alors que les protestants tiennent leur assemblée à La Rochelle, pour réitérer leurs droits sur les places de sûreté accordées par l’édit de pacification, sous le règne d’Henri IV, des troubles éclatent un peu partout en France. Thomas et Urbain sont chargés d’enquêter sur un meurtre commis dans le temple profané de Sorges, près d’Angers. Le chemin de la vérité, tortueux, sera semé d’embûches pour les deux sergents royaux. »

Au nom de la mère et du fils

C’est le deuxième livre de l’auteur que je lis, j’ai trouvé celui – ci encore mieux que le précédent, il est plus fluide niveau écriture, le sujet utilisé est tout aussi intéressant.

Dans celui – ci on s’attaque à une enquête plus religieuse avec la sempiternelle guerre Catholique et Protestant. Nos deux protagonistes vont avoir encore bien des soucis pour résoudre cette énigme. Le sujet est maîtrisé, une mine d’or d’informations sur l’époque. Ce que j’aime dans cette enquête c’est le fait qu’elle soit subtile, nous ne sommes pas au cœur d’un massacre religieux, la tension est présente sans que ce soit le point central du livre.

Ce mélange de vie privée des personnages avec l’enquête est bien dosé, ça leur donne un côté attachant. Si vous aimez l’histoire et les intrigues policières ce livre vous plaira à coup sûr.

Je ne dévoile pas trop de l’histoire car même si les 2 livres peuvent être indépendants, on y apprend des choses dans celui là qu’on ne sait pas dans le précédent. Je vous laisse donc découvrir par vous même.

PS : Merci pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

La Vieille Fille et le Viking par Jennifer Joffre

« Que feriez-vous face à un Viking ? C’est la question à laquelle est confrontée Mathilde, assistante en études nordiques à la faculté de Caen, lorsqu’une expérience tourne mal sous ses yeux. Elle fait le choix de sauver Faraldr, qui se retrouve alors projeté de 963… en 1866 ! Si Mathilde est ravie de cette occasion d’en apprendre plus sur l’époque de ce Viking, l’Empire français et son armée ne le voient pas du même œil. Aidés d’un chevaleresque militaire et d’une mécanicienne qui n’a pas la langue dans sa poche, ils s’engagent alors dans une folle équipée – et Odin seul sait jusqu’où celle-ci va les mener… »

Qui est Jennifer Joffre ? Quand elle était petite, elle inventait les univers dans lesquels se déroulaient les jeux de la cour de récré. Tombée très tôt dans la fanfiction, elle a passé son adolescence à écrire des histoires. Il lui faudra des années pour apprendre à les mener à leur terme ; elle se découvrira également une passion pour les langues et exercera un temps que traductrice… avant de revenir à ses premières amours.

Site Web

C’est un roman surprenant qui nous est livré là, j’ai été agréablement surprise par la tournure du livre. La plume est très fluide et le récit n’est pas lourd, heureusement car 500 pages ce n’est pas facile à ingurgiter. Ne vous découragez pas au nombre de chapitres impressionnant, il en vaut vraiment la peine.

Les personnages ont été bien crée, ils ont assez de profondeur pour suivre toute leur épopée. On le sent que chacun a eu une vie avant et qu’ils essaient de composer avec les autres. Je les ai tous trouvé attachant avec leur gaffe et leurs discussions à trois cordes.

C’est une aventure historique qui vous fera traverser plusieurs pays, le rythme est très soutenu. Après des choses m’ont manqué dans ce récit, l’évaporation du Professeur Martel et Monford, il aurait pu être plus présent. L’acceptation trop rapide de Farald dans son nouvel univers, je trouve qu’il est trop vite résigné par ce qui lui arrive, il aurait pu être plus combatif ! A la fin j’aurais souhaité un glossaire ou autres pour avoir des informations complémentaires sur des termes utilisés ou de l’histoire.

Le roman vous feras voyager, je dirais même planer ! C’est un bon moment à passer si vous rêvez d’aventure ! Il s’agit d’un premier tome, l’aventure ne fait que commencer. J’ai un véritable coup de coeur pour la couverture, le concept est bien trouvé.

Ps : Merci à l’auteure pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

Cœur de menhir: 2 – Les nouveaux druides d’Adrien Hortemel

« La prophétie s’est accomplie : le Dalc’h, une magie démoniaque, est de retour et va chercher à conquérir l’âme des êtres vivants de ce monde. Les survivants de l’expédition devront partir à la recherche des cœurs de menhir sans pouvoir prendre le temps de pleurer leurs morts. De nouvelles alliances vont naître, mais les survivants pourront-ils trouver les gardiens à temps ? Seront-ils aidés par les villages avoisinants ? Qui sera assez brave pour combattre les ténèbres ? »

Lien vers mon avis Coeur de menhir 1

Site web

J’ai vu, j’ai lu et étais vaincu ! Ce tome-là est beaucoup plus sombre que le premier à mon sens. On est montée un cran au dessus sur la prophétie. Je trouve toujours autant que le livre est bien construit, le monde suit son cours. Les légendes ont l’air pas mal, dommage qu’on nous en parle aux comptes gouttes.

Ce que j’ai à reprocher à ce tome est purement sentimentale, mais pourquoi tous ses morts ????? Ne vous attachez pas aux personnages même au nouveau car on ne sait pas si la page suivante ils seront encore en vie. Je ne suis pas d’accord sur certaines morts !! Et Raudan c’est quoi cette baisse de régime niannian ! Avel et Elyaz sont des personnages très prometteurs, on découvre un peu de leur histoire mais aussi trop peu.

Comme d’habitude on ne sait pas trop si on peut ou non faire confiance aux gens qui entourent, c’est très perturbant à la longue. Je ne sais pas trop où on va dans l’histoire, je pense que même les personnages ne le savent pas, espérons que leurs chemins découvriront des jours meilleurs.

J’aurais aimé que Krah’m se dévoile plus, montre un peu de vrais sentiments au groupe, aussi que l’initiation aux runes soit un peu plus longue ou alors s’il avait pu récupérer un livre avec des connaissances pour étudier un peu, genre un carnet de route.

Peut-être aurais-je tout ça dans la suite ? On se revoit bientôt pour le tome 3 !!

PS : Merci à Adrien !!!!

Aurevy