Publié dans Ebook, Petite maison d'édition, Service presse

Vous mendierez des nouvelles Par Alain Leclercq

« Vingt et une nouvelles de tonalités différentes qui sont autant de dépaysements avec l’humour en point commun. Vingt et un voyages au pays de l’amour des mots. Sourire reste la meilleure arme contre la morosité. Chaque nouvelle est une gourmandise qu’il faut prendre le temps de savourer au fil des pages. Chacune est un dépaysement loin de la grisaille du quotidien, loin des soucis et des tracas. Amis lecteurs, si vous aimez les voyages vers des Contrées-Nouvelles, alors n’hésitez pas – ensemble nous allons lever l’encre »

Le Lys Bleu éditions

Mon avis sera malheureusement assez court pour cet ouvrage, j’ai dû arrêter en cours de route. Il y a certes des nouvelles qui font sourire mais sans plus.

Ce qui a fatigué ma lecture ? Cet enchaînement d’humour à outrance, trop d’humour tue l’humour. Ca devient vite lourd d’avoir des « blagues » continuellement, c’est comme dans la vie ce pote qui fait des blagues avec tout, il devient lassant, l’auteur n’a pas su s’arrêter.

Il y a de bonnes idées de Nouvelles qui sont entachées par cette envie de faire rire. L’auteur a un bon vocabulaire, ça compense un peu le rythme de l’ouvrage.

Je souhaite à l’auteur de trouver un public qui saura apprécier son style.

Ps : Je remercie le Lys Bleu pour sa confiance

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Un monde d’ailleurs Par Frédéric Marcou

« Un recueil de nouvelles qui ne vous laissera pas de marbre avec différentes sortes d’apocalypse, mais aussi des rêves plus vrai que nature, laissez vous aller à l’imagination. »

Je vous avoue que j’ai été un peu perplexe à l’idée de découvrir un recueil de nouvelles fantastique et Scifi. J’ai souvent du mal à me plonger dans des histoires courtes, compter 4 à 5 pages par Nouvelles.


J’ai quand même réussi à m’y mettre, j’ai aimé les différentes thématiques proposées, il y en a pour tous les goûts. J’ai beaucoup aimé les versions Futuristes qui ne le sont pas tant futuristes que ça.

Derrière chacun des écris, les thèmes permettent de réfléchir, je pense que cela joue son rôle dans l’appréciation de l’œuvre. Chercher la réflexion, voilà une bonne idée après lecture.


Le vocabulaire utilisé est très riche avec des phrases bien construites. Les phrases en deviennent alléger, nous ne nous retrouvons pas dans un discours moralisateur.
C’est le deuxième ouvrage de l’auteur que je lis, apparemment il en aurait écrit 6, dès les premières il y a une petite introduction ou l’auteur dévoile ses peurs, les obstacles.

Je trouve cela intéressant et précieux de comprendre ce que ressens l’auteur vis à vis de ses ouvrages et de sa perception du métier d’auteur.

Ps : Je remercie l’auteur pour cette nouvelle lecture.

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Rien ne sera jamais plus comme avant…par Ellega Kieffer

« Rien n’est plus intime qu’une grossesse. Mais lorsque celle-ci s’interrompt, lorsqu’on perd son enfant tant attendu, tout s’effondre autour de nous. L’existence des futurs parents en est bouleversée à jamais. L’épreuve de cette perte se révèle aussi douloureuse que taboue. S’ouvre alors une autre dimension, dans laquelle la souffrance est quotidienne et où l’ignorance et l’incompréhension des autres nous plongent dans une profonde solitude. Comment faire le deuil de ce qui aurait pu être quand on ne peut l’évoquer ? Comment aller de l’avant et accepter ses émotions quand l’importance et l’impact de ce drame sont minimisés par le reste du monde ? Comment continuer avec la crainte que cela se reproduise ? Comment surmonter cet indicible chagrin qui nous ronge ? Avec toute la bienveillance et la sincérité qui la caractérise, Ellega nous livre un récit poignant inspiré de sa propre histoire dans l’espoir de libérer la parole autour du deuil périnatal. »

Instagram

Récit à la deuxième personne du singulier, ne reçoit aucun soutien de la part de ses proches ou corps médical, se retrouve même enfoncé dans les reproches. Gratuité de l’ouvrage pour arrêter de considérer ce sujet comme Tabou, il est temps que ces sujets arrêtent d’être choquant.

De l’émotion que peut donner l’impression au lecteur de vivre l’histoire en direct. On y voit les jours, les mois et les années passés avec ce même combat. Toujours dans une démarche d’éducation à la fin sont noté des espaces pour s’informer et en parler.

Certains passages sont durs, mais ils sont comme une thérapie que nous livre l’auteur en nous témoignant des différentes étapes. Histoire bouleversante, poignante, même si pour ma part je ne l’ai pas vécu de façon si intensive, n’ayant pas le besoin d’avoir d’enfants.

Je respecte par contre la douleur, le traumatisme vécu, je ne juge pas, chacun ressent les épreuves à sa façon et les gère pour ce qui est le mieux pour lui. Une méconnaissance de toutes ses choses est encore un ennemi redoutable de nos jours.

Si nous analysons bien la situation, enfanter ou non un enfant est sujet tabou, une femme qui n’arrive pas à avoir d’enfant est montré du doigt, une femme qui a trop d’enfants est aussi montrée du doigt et une femme qui ne veut pas d’enfant est critiquée.

Je suis contente d’avoir lu ce livre qui m’a appris énormément, l’apprentissage est important pour la connaissance de soi et d’autrui.

Même si ce livre ne m’a pas spécialement touchée, je ne le souhaite à personne. Ce livre sera sûrement mieux reçu par ceux qui sont passés par la case « enfanter » ou celle qui ont projets de l’être.

Ps : Je remercie l’auteure pour cette opportunité et lui envoi toute ma bienveillance pour la suite

Aurevy

Publié dans Auto édition, Écosse, Service presse

KITTY KITTY – Le futur qui ne fut jamais Vol.1 : RETRO COSMOS de Quentin RAFFOUX

« Les chats auraient été les premiers sur la Lune, si les Soviétiques n’y avaient pas planté le drapeau rouge dès 1949. Depuis, l’humanité repousse ses colonies aux confins du système solaire. Elle y consacre toutes ses ressources scientifiques et industrielles, si bien que ses codes culturels sont figés dans les années 1980.  C’est dans ce futur uchronique que Lee, le chat, survit avec « sa » sapiens de partenaire, Ali. À bord du Kitty, ce duo de chasseurs de primes parcourt le cosmos sans pitié en enchaînant les catastrophes. »

Qui est Quentin Raffoux ? Je suis Quentin, auteur francophone basé au Québec. J’écris principalement de la science-fiction et navigue entre les sous-genres du cyberpunk, du space opera, du post-apocalyptique et du space westerm.

Site web

Plongez dans une ambiance année 80 et partons en voyage dans l’espace où les humains y ont créé leurs nouvelles résidences secondaires. Lee le chat intrépide avec son humaine Ali, ensemble ils chassent les bandits, n’ont pas pour la gloire mais pour les récompenses.

Ce petit ouvrage est séparé en 8 nouvelles qui sont tantôt joyeuses ou très sombres, chaque Nouvelle nous conduit dans une destination différente, on découvre les différents lieux avec plaisir à chaque fois. C’est coloré avec un mélange de plusieurs genres, surtout du Sci-fi ce qui donne un rendu peu commun.

Tout se découvre par les yeux du chat, c’est une vision intéressante, il est espiègle mais aussi caractériel, un chat en somme ! J’ai beaucoup aimé cette lecture très complète. Plusieurs tomes sont déjà sortis ce qui prolongera votre voyage.

Ps : Merci à l’auteur pour cette opportunité

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

D’une Île à l’Autre par Hugo VENTURI

« N’avez-vous jamais eu envie de partir?
De tout abandonner pour réaliser un rêve inassouvie?
Alors qu’attendez-vous?
Partez!
Oubliez vos peurs, vos conforts et vos habitudes et partez!
Soyez égoïste pour une fois dans votre vie,
Elle ne durera pas éternellement… Ce recueil de nouvelles parlent des îles, de la mer, du voyage, de la liberté… Une vie insouciante et spontanée serait la condition sine qua none d’une vie épanouie selon notre héros, Ugo venturi, qui erre d’un récit à l’autre sans se poser trop de question dans un univers peuplé de rencontres insolites, de femmes et de bières, traversant les épreuves et les miracles de la merveilleuse aventure humaine. »

C’est un livre qui se lit très facilement, on y apprend énormément d’informations grâce au note de l’auteur en bas de pages. J’ai voyagé à des endroits ou je ne serais jamais allé en temps normal étant très sélective dans mes voyages.

On y découvre des peuple festifs, des traditions avec pratique assez violente mais l’auteur ne les juge pas, il ne veut pas que cela change. La cuisine est présente avec ou sans épice. Si vous voulez voyager sans frais, je vous recommande ce livre, si des choses vous choquent sauter les pages et vous pourrez continuer votre voyage.

Ps : Merci à l’auteur pour cette opportunité

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Orglin la Primitive par Dopffer Jean-Marc

« De tous temps, les royaumes s’érigent puis s’écroulent sous l’oeil des Dieux et de la Mère, créatrice de toutes choses sur Barcil. Tissées afin de garantir l’harmonie du monde, les ficelles du destin de chaque mortel glissent dans ses mains. Ainsi l’Equilibre est perpétué, cohésion précaire entre les morts et les vivants, entre les puissances du monde et du cosmos. Retirée aux confins des royaumes jumeaux de Tigyl et de Derhil, la petite Orglin vit à l’écart de la civilisation. La demi-elfe ne connaît que sa forêt originelle et l’amour que lui porte ses parents, égalé seulement par l’azur sans fond de la voûte céleste. Cependant les plans échafaudés par Yencil, le Dieu de la Guerre à l’ambition sans borne, n’oublient pas cette créature. Il l’a compris : dans ses veines coule la science du combat, héritée du passé sanglant de ses parents.Alors les rouages du monde entrent en action ; la guerre fratricide ébranlant les couronnes royales déversera ses atrocités dans ce havre oublié. Les Danseuses du Ciel sont envoyées sur Barcil avec pour mission d’accomplir ses desseins.
Parviendront-elles à édifier Orglin comme l’une des leurs ?
Orglin se montrera-t-elle digne du destin que Yencil lui a réservé ? »

Qui est Dopffer ? Né en 1978, Jean-Marc Dopffer est écrivain depuis 2009. Auteur éclectique, il commence par le récit historique avec 1944 Carnet de Vie, son premier roman. Il nous propose ensuite une aventure humaine hors pair avec Embarqué(s) !, puis se lance dans le fantastique et la science-fiction avec le Cycle de Barcil. En devenant papa, un nouveau chapitre de sa vie s’ouvre. Il vous transmet son expérience, sans complexe et sans tabou, dans ce récit aussi frais que divertissant avec son nouveau roman Nouvelle Ligne. Pourquoi j’écris ? Tout texte littéraire, au delà du divertissement, recèle son propre message.
L’écriture est pour moi un moyen de dessiner une porte ouvrant sur un univers plus large que le quotidien, où les arcanes de la dramaturgie transportent chaque lecteur vers son propre imaginaire.
Et chacun de mes textes est saupoudré d’une pincée de ma vision du monde pour, pourquoi pas, provoquer une réflexion chez le lecteur.

Site web

Dès le début de cette nouvelle, on est plongée dans un affrontement pour survivre et non pour gagner. Même si l’histoire est courte l’univers est complexe et bien imaginé, l’écriture est fluide ce qui donne facilement envie d’en savoir plus.

Le récit peut être dur, poignant et puissant, j’ai beaucoup aimé cet univers qui se dévoile au fil des pages, de cette histoire que nous essayons d’apprivoiser. C’est un peu comme Orglin qui essaie d’évoluer dans ce monde qui lui est inconnu.

C’est une bonne découverte pour passer un bon moment, peut être que les prochains nous en dévoilerons plus ! On sent une recherche dans la mythologie nordique et ce désir de l’auteur de vouloir faire passer des messages au travers des écrits.

Ps : Merci à l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Ebook, Petite maison d'édition, Service presse

Coups de vent en mer du collectifs 2

« La mer.
Fascinante et tentatrice, entre voyage et évasion, riche de mystères et de découvertes…
Appel à la liberté, appel à l’inconnu, elle s’étend, calme et vaste.
Lieu de vies, lieu de dangers, elle s’offre aux regards, dissimulant autant qu’elle dévoile.
Puis arrivent les coups de vent, les vagues prennent vie, les dangers se dévoilent, le surnaturel surgit…
Osez prendre la mer et affrontez ses coups de vent !
Ce recueil présente les quinze voyages lauréats d’un appel à textes organisé par Marathon Éditions et le blog littéraire Imagin’encre.
Parce que, courageusement, bénévolement, au péril de leur propre vie, les hommes et les femmes de la SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer) viennent en aide aux navigateurs qui en ont besoin, les droits d’auteur de ce livre leur seront reversés. »

Qui sont les auteurs du collectifs ? Marie Anjoy, Laurine Bertrand, Élie Bouët, Karis Demos, Augustin Extier, Ophélie Hervet, Martin Niementowski, Christian Perrot, Marie Piroth, Estelle Raffy, R. Senelier, Jean-Marc Sire, M. Vanded, Susanne Wattelet et Bernard Weiss.

Marathon édition

Cet ouvrage est un recueil de nouvelles assez atypiques. Elle nous dévoile un être dont nous avons du mal à capter ses sentiments : la mer ! Oui dans toutes ses histoires elle devient une personne à part entière, entre ses rêves, ses blessures, ses joies, on fait le tour de ses états comme les aiguilles font le tour du cadran.

Je n’ai pas apprécié une intrigue plus que l’autre, parce qu’elles nous transportent toutes, nous vivons d’incroyables aventures dans chacune, c’est en cet instant que l’on croit comprendre la mer. Les écrit sont bien ficelés, le style fluide, on ne retrouve pas de termes qui alourdissent le sujet principal, je pense qu’il l’est déjà assez.

C’est toujours un plaisir de découvrir de nouvelles histoires sur ce sujet car depuis des Siècles elle nous intrigue, elle possède un nombre incalculable de contes et légendes, sur elle ou ses habitants. On ne l’a comprend pas souvent, elle est un mystère encore de nos jours. Elle a vu passer tant de choses et gardienne de temps de secrets. Si vous souhaitez en découvrir certains alors ce recueil est pour vous !

PS : Merci à la maison d’édition pour cette opportunitée

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

Le continent caché de J.S Kent

« Vous êtes-vous déjà demandé comment les Égyptiens, Mayas et Incas avaient réussi de tels exploits ? Et si un seul peuple était à l’origine de toutes ces prouesses fascinantes. Les Anthribiens ! Ce peuple caché au milieu de l’Atlantique au pouvoirs ancestraux, capable de se transformer en l’animal de leur choix et de maîtriser les éléments. Vous pensiez tout savoir sur notre belle Terre et pensiez que nous étions les seuls ? C’était aussi le cas de Andrews avant de découvrir l’existence d’un trou vert qui allait changer sa vie à jamais.« 

Qui est J.S Kent ? Instagram

L’histoire de base est intéressante avec beaucoup de recherches, il aurait dû être séparé en 2 voire 3 tomes vus tous les évènements qui s’y déroulent.

Dans cet ouvrage on restera focalisé sur 2 personnages Amsu et Shian, ce qui j’avoue est un peu dommage vu la multitude de personnages disponibles. J’ai remarqué beaucoup de références à la saga Harry Potter avec les métamorphoses, les mandragores sur la façon de les prendre mais aussi sur le tournoi des 3 qui apparaît dans le récit presque que comme par enchantement. Amsu n’est pas triste au début d’avoir quitté sa famille, on a presque l’impression que c’est une idée futile.

J’ai accroché à l’idée principale du roman mais pas au roman lui-même, il y a beaucoup de potentiel dans cette histoire, il faut laisser le temps aux personnages d’y évoluer. Avec toutes les idées, une trilogie serait facile à faire en développant un peu plus. Il faut que les personnages tentent de nouvelles choses, échouent et recommencent, ne pas les faire réussir dès le premier coup.

Pour moi ce sera une belle histoire si elle est plus travaillé personnages par personnage et rebondissement par rebondissement.

PS : Merci à l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

Bienvenu dans le monde réel

55-bienvenue-dans-le-monde-reel

« Le professeur fred est un homme clairvoyant, ses inventions sont nées de son imagination fertile et de son refus d’accepter la réalité telle quelle. »

Qui est Frédéric Marcou ? Né à Noyon (Oise), Frédéric Marcou tire les meilleurs souvenirs de son enfance d’un petit village de campagne où il a découvert la nature et ses joies. Très tôt, il montre une curiosité pour l’écriture et une fascination par les écrivains vus à la télévision.
Après le bac, il commence des études supérieures d’histoire, mais la maladie en décide autrement. A partir de vingt-six ans, il se voue totalement à sa vocation : l’écriture de poèmes et de récits. Il s’installe à Chaumont en 2009 et rejoint l’AHME en 2010.

Amazon

Je suis assez mitigée sur mon avis à savoir si j’ai aimé ou non. Ne vous fiez pas à la petite taille de ce livre, il ne se lit pas si facilement et avec des conditions particulières. Je dois dire que c’est une lecture atypique et déroutante, j’ai dû plusieurs fois m’arrêter à cause d’un mal de tête répétitif conclusion d’un cerveau réfractaire à cette lecture. J’ai eu énormément de mal à me mettre dedans ne sachant pas ou l’auteur voulait en venir.

Ce livre se sépare en 3 parties très distinctes, la première sert de vitrine à des inventions loufoques dans les années 2055. La deuxième partie est plus personnelle, l’auteur y raconte son enfance et une introspection ou les mots sont d’une dureté effrayante. Avec un texte lourd on y côtoie la relation apocalyptique avec ses parents et une vision de la magie enfantine qui s’effrite au fil des rêves brisés.

La dernière partie se concentrera sur différents poèmes, ce qui rend la lecture hasardeuse. L’auteur nous parle de sa jeunesse sombre, une emprise familiale qui éduque sous coup de violence morale, il utilise souvent le mot esclave, c’est ainsi qu’ils résument sa vie avec ses parents. On y suit le processus de sauvetage et de fuite de cet environnement toxique.

De mon côté j’aurais organisé le texte différemment, j’aurais d’abord mis les poèmes puis le texte personnel et enfin les inventions loufoques pour gagner un peu de légèreté dans la lecture.

Si vous vous décidez à le lire préparez-vous psychologiquement, à le lire en plusieurs fois et surtout être dans un endroit calme.

Ps : merci à l’auteur pour ce service presse

Aurevy