Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

SARGANIA, le cycle des Acmènes seconde partie par Florent Bainier

Couverture de SARGANIA, le cycle des Acmènes seconde partie

«  »Sargania » est la suite directe de « Namathée », et vient clore cette duologie de fantasy épique se déroulant à l’époque de l’Antiquité, une quête mystique qui mêle action et aventure, au cours de laquelle le héros va devoir apprendre à déchiffrer les signes du destin pour trouver sa voie.
A l’est de la longue chaîne des Montagnes Blanches, Arcan a entrepris la difficile traversée du désert de Yamena pour rallier Sargania et y reprendre la couronne qui lui a été usurpée. A l’ouest, la guerre fait rage entre les Sarganides et les armées iruliennes du roi-prêtre, que rien ne semble pouvoir arrêter, pas même la détermination de Jahyna. Profitant de l’absence du roi à Namathée et du mystérieux mal qui affaiblit la grande prêtresse du Temps, Galnor intrigue pour s’accaparer le pouvoir, quitte à corrompre son âme en s’alliant à des puissances maléfiques. Pour vaincre ses ennemis et régner de part et d’autre des Montagnes Blanches, Arcan devra d’abord triompher de lui-même en accomplissant le plus périlleux des voyages. »

Qui est Florent Bainier ? Florent Bainier est passionné par l’archéologie, la nature, les voyages et la découverte d’autres cultures. Il a commencé l’écriture lors d’un tour du monde dont les paysages traversés ont inspiré ceux de son premier roman. Les diverses nations peuplant son univers empruntent les traits de civilisations ayant marqué l’histoire de l’humanité, comme les Perses, les Grecs, les Egyptiens, les Scythes, les Incas et bien d’autres encore, tant pour leurs caractéristiques culturelles, que religieuses ou militaires. Ces dernières années, il s’est intéressé aux phénomènes d’expérience de mort imminente, ainsi qu’aux preuves d’une survivance de l’âme après la mort. Il signe avec « Le cycle des Acmènes » son premier roman, une duologie de fantasy épique en deux parties, « Namathée » et « Sargania ».

Instagram

Je n’ai pas encore pris connaissance du tome 1, le résumé présent dans le tome 2 me permet d’avoir les grandes lignes.

L’univers est très bien maîtrisé, il y a de la recherche derrière, on y retrouve une cohérence dans le récit. Les décors sont très réalistes grâce à la plume de l’auteur, élégante et confiante.

On se retrouve au cœur d’une épopée qu’on pourrait qualifier de mythologique, on y retrouve bon nombre de légendes qui s’entrechoquent au fil des pages. Le lecteur se retrouve transporté au cœur de l’évènement comme si cela se déroulait devant ses yeux. Nous retrouvons une pléiade de personnages pourtant je n’ai pas été gêné dans ma lecture. Chacun a un rôle à jouer, il le jouera puis disparaîtra pour un moment du moins.

Le lecteur suit l’aventure comme si c’était un des protagonistes, on ne sait pas l’après, on ne sait qui va mourir, résister, nous n’avons pas d’indices là dessus. On pense avoir toutes les cartes pour comprendre mais une fois à la fin de ce livre on se rends compte qu’on ne savait pas.

Ce début de saga est très travaillé cela se ressent, tout a été minutieusement calculé par l’auteur. Un très bon tome 2, c’est ce qu’on en attend en général, on ne veut pas que le soufflé retombe.

Ps : Merci à l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Orglin la Primitive par Dopffer Jean-Marc

« De tous temps, les royaumes s’érigent puis s’écroulent sous l’oeil des Dieux et de la Mère, créatrice de toutes choses sur Barcil. Tissées afin de garantir l’harmonie du monde, les ficelles du destin de chaque mortel glissent dans ses mains. Ainsi l’Equilibre est perpétué, cohésion précaire entre les morts et les vivants, entre les puissances du monde et du cosmos. Retirée aux confins des royaumes jumeaux de Tigyl et de Derhil, la petite Orglin vit à l’écart de la civilisation. La demi-elfe ne connaît que sa forêt originelle et l’amour que lui porte ses parents, égalé seulement par l’azur sans fond de la voûte céleste. Cependant les plans échafaudés par Yencil, le Dieu de la Guerre à l’ambition sans borne, n’oublient pas cette créature. Il l’a compris : dans ses veines coule la science du combat, héritée du passé sanglant de ses parents.Alors les rouages du monde entrent en action ; la guerre fratricide ébranlant les couronnes royales déversera ses atrocités dans ce havre oublié. Les Danseuses du Ciel sont envoyées sur Barcil avec pour mission d’accomplir ses desseins.
Parviendront-elles à édifier Orglin comme l’une des leurs ?
Orglin se montrera-t-elle digne du destin que Yencil lui a réservé ? »

Qui est Dopffer ? Né en 1978, Jean-Marc Dopffer est écrivain depuis 2009. Auteur éclectique, il commence par le récit historique avec 1944 Carnet de Vie, son premier roman. Il nous propose ensuite une aventure humaine hors pair avec Embarqué(s) !, puis se lance dans le fantastique et la science-fiction avec le Cycle de Barcil. En devenant papa, un nouveau chapitre de sa vie s’ouvre. Il vous transmet son expérience, sans complexe et sans tabou, dans ce récit aussi frais que divertissant avec son nouveau roman Nouvelle Ligne. Pourquoi j’écris ? Tout texte littéraire, au delà du divertissement, recèle son propre message.
L’écriture est pour moi un moyen de dessiner une porte ouvrant sur un univers plus large que le quotidien, où les arcanes de la dramaturgie transportent chaque lecteur vers son propre imaginaire.
Et chacun de mes textes est saupoudré d’une pincée de ma vision du monde pour, pourquoi pas, provoquer une réflexion chez le lecteur.

Site web

Dès le début de cette nouvelle, on est plongée dans un affrontement pour survivre et non pour gagner. Même si l’histoire est courte l’univers est complexe et bien imaginé, l’écriture est fluide ce qui donne facilement envie d’en savoir plus.

Le récit peut être dur, poignant et puissant, j’ai beaucoup aimé cet univers qui se dévoile au fil des pages, de cette histoire que nous essayons d’apprivoiser. C’est un peu comme Orglin qui essaie d’évoluer dans ce monde qui lui est inconnu.

C’est une bonne découverte pour passer un bon moment, peut être que les prochains nous en dévoilerons plus ! On sent une recherche dans la mythologie nordique et ce désir de l’auteur de vouloir faire passer des messages au travers des écrits.

Ps : Merci à l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Écosse, Service presse

Yggdrasil l’Arbre monde (Les Chroniques de Midgard Tome 1) de Sébastien Julian

« Frey est une guerrière qui traverse le nord de la France du Moyen Âge pour accomplir sa mission. Elle est envoyée par les frères de l’abbaye de Couvin qui lui demandent de se rendre au Tronc Béranger. Björn, un autre guerrier de grande taille et son jeune apprenti devront se rendre jusqu’en Écosse pour lui venir en aide ainsi que Freyja, une déesse de la mythologie nordique dotée de pouvoirs magiques. Il y a bien sûr un méchant en la personne de Myrddin, un magicien d’origine bretonne qui risque de répandre le chaos dans le monde. De leurs actions dépendra la survie du monde, tout cela sur fond d’amitié, d’amour et d’aventures extraordinaires. »

Qui est Sébastien Julian ? Moi, c’est Sébastien, j’ai la cinquantaine, je vis près de Bohain-en-Vermandois dans l’Aisne depuis cinq ans. Depuis toujours, j’aime l’écriture et jouer avec les mots. J’ai écrit mon premier roman d’anticipation à l’âge de vingt-cinq ans, mais comme beaucoup, je ne l’ai jamais publié.
Dernièrement, je me suis lancé dans l’écriture d’un nouveau roman et cette fois-ci, je suis allé jusqu’au bout et je suis fier de le publier.

Amazon

Ce livre a été très plaisant à lire, même addictif je dirais. Il traite d’un univers que je connais que trop peu. Des personnages qui ne sont pas superficiels, avec un univers construis en profondeur, on sent la recherche faites par l’auteur. Belle découverte avec une plume qui sait rester légère même dans les moments sombres ce qui permet de ne pas alourdir le texte.

On nous donne un aperçu de la mythologie Nordique qui je dois l’avouer est assez intrigant. L’auteur choisit la carte du dévoilement de la quête au fur et à mesure, alors ce système plaît ou ne plaît pas. Moi j’ai trouvé intéressant de ne pas savoir ou on allait. Essayer de deviner, ça offre une nouvelle dimension dans la réflexion et de l’interaction. On y rencontre des protagonistes qu’on essaye de placer sur l’échiquier !

De toute façon quand ça concerne les dieux c’est forcément compliqué, qu’importe la mythologie ! Je suis curieuse par rapport à cet arbre monde, je ne sais pas comment l’interpréter. A certains moments j’ai trouvé que Frey est un peu trop passive par rapport à la situation.

Un autre détail que je n’ai pas saisi, c’est l’histoire des attentats, l’enfant qui meurt Freja le ressent mais ce n’est pas son fils. Là je ne saisit pas le rapport ! Si vous êtes friand de mythologie alors ce premier tome est fait pour vous !

Ps : Merci à l’auteur pour cette opportunité

Aurevy