Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Après la pluie par Alphonsine

« Depuis la mort de leur mère quatre ans auparavant, Rose et Abigail ne se parlent plus.
L’aînée investit tout son temps et toute son énergie dans sa jeune entreprise tandis que sa cadette vient d’écoper d’une peine de huit ans de prison. Toutes deux se débattent avec les exigences de leur nouvelle vie ; jusqu’à ce qu’un jour, en rentrant de l’un de ses nombreux voyages d’affaires, Rose découvre dans son courrier une lettre d’Abigail. La donne change, les langues se délient et ressurgissent alors peu à peu toutes les raisons de leur rupture…
Même celles que l’on ne peut s’avouer à soi-même. »

Instagram

Je vous avoue que pour le début de l’histoire j’ai eu du mal à m’y mettre. Dès les premières pages, on se retrouve dans une prison ou énormément de noms volent dans tous les sens, sont ils important pour le récit ? A mon sens pas vraiment. 

Ces premiers mots de lecture, on y découvre le destin tragique d’Abi enfermé pour une raison inconnue à ce moment-là. La 2eme protagoniste est elle aussi enfermée, dans un tout autre univers, celui du luxe et de la réussite. On la retrouve au début dans un hôtel 5 étoiles, ne sachant pas vraiment pourquoi, ce qui est déjà un point commun entre les deux jeunes femmes.

Les 2 femmes sont liées, chacune d’elles a été affectée par la mort de leur mère, à leur manière elle tente de se reconstruire. Pendant que l’une tente de survivre dans les tumultes de la vie carcérale, l’autre se noie dans le travail en oubliant même l’homme avec qui elle partage sa vie. Abigaël écrit une lettre à sa sœur qui va changer la donne et les faire toutes les 2 repenser leur vie. 

La plume est agréable, le roman est lui très humain, les jeunes femmes y sont bien représentées, elles ont beau être diamétralement opposées et pourtant si proches.

J’ai beaucoup aimé la cadence du livre une fois les premiers chapitres passés. 

Ps : Je remercie l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

Commissaire Chassepierre : Meurtre au Touquet par Marine Mouzelard

« Pauline Rossignol est une jeune bruxelloise névrosée, elle se cache derrière le personnage qu’elle s’est créé: devenir un écrivain. Elle s’en sert pour ne pas prendre de risque jusqu’à ce que son psychiatre, agacé par les mensonges de la jeune femme, ne la mette à l’épreuve de se dégoter une muse. Pauline jette son dévolu sur la commissaire Alice Chassepierre qui ne veut rien entendre. Son couple va mal et ils ont décidé de passer une semaine au Touquet dans un luxueux hôtel. C’était sans compter qu’à leur arrivée, le corps de la richissime Dona Claudia soit retrouvé sans vie dans la piscine. Un mensonge en entraînant un autre, Pauline n’ayant pas manqué de suivre la commissaire jusqu’en France, se retrouve à mener l’enquête à titre de consultante puisqu’elle est prise pour une célèbre écrivaine de romans policiers. Comment une femme armée au bord du divorce va se contenir pour ne pas assassiner elle-même une névrosée agaçante? Et qu’est-il arrivé à Dona Claudia ? »

Instagram

Je finis cet ouvrage en étant dubitative. Ce terme va en choquer plus d’un, au vue des retours très positifs. Le scénario du meurtre ainsi que le décor ont été déjà vu de multiple fois. Tout ce qui entoure la haute société, un mariage malheureux et des secrets inavouables.

Je lis pas mal de policiers, j’ai trouvé que celui-là était incomplet. De mon point de vue, un deuxième mort aurait permis d’accélérer de nouveau le rythme en mettant un coup de pression aux enquêteurs. Le personnage d’Alice Chassepierre est très bien construit, on arrive à bien la cerner, elle aboie beaucoup mais n’est pas réellement méchante, elle a été pas mal exploitée.

 Beaucoup n’ont pas eu cette chance, le commandant déjà je trouve qu’il a été trop docile, il en devient presque transparent. En lisant le livre j’ai eu l’impression qu’il n’y a réellement dans cet hôtel de luxe Spa que 3 salariés, le directeur, un réceptionniste, une femme de ménage et un serveur, les autres ne doivent pas vraiment exister puisque nous ne connaissons pas les résultats de leurs interrogatoires.

Le personnage de Sophie aurait pu être très bon, un atout (un peu comme dans la série Castle). Elle aurait pu faire comme tout bon auteur, fouiner partout et se retrouver dans des situations compromettantes. Malheureusement pour nous elle finit tragiquement pour la recherche d’une muse ce qui me laisse perplexe.

Beaucoup de secrets sont révélés au lecteur mais les enquêteurs ne savent rien, comme le chantage dont certains sont victimes, le coupable n’est pas vraiment inquiété. La révélation du meurtrier m’a laissé un goût amer, je ne trouve pas l’assassin crédible parce qu’en soit il n’y a pas de réel mobile. Le meurtrier aurait dû être une personne quasiment invisible dont tout le monde aurait oublié son existence. 

Une personne en rapport réel avec la victime. L’idée de base est bonne, elle a déjà fait ses preuves par le passé, ce qui me dérange c’est la façon dont elle a été exploitée et scénarisée. Cet ouvrage m’aurait plu s’il avait été développé encore ou s’il n’y avait pas eu trop d’histoires annexes, j’aurais sûrement compris pourquoi ce meurtrier ou eu de la sympathie pour d’autres personnages.

Là j’ai surtout l’impression d’un mélange de plusieurs scénarios d’Agatha Christie en un tome. Dans leur texte, j’ai remarqué plusieurs erreurs de syntaxes qui m’ont stoppés dans ma lecture notamment page 18, la page débutant par « Elle a donc ». Je n’aime pas faire de critique négative mais je resterais honnête sur mes avis.

Ps : Je remercie l’auteur pour cette lecture

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook

Mira: La Maudite d’Eulalie Lombard

« «Mon présent est la mort Pour expier tes péchés Et venger le trésor Que tu m’as dérobé.» Mira la Maudite. C’est ainsi que tout le monde l’appelle dans son dos. Mais Mira a l’habitude. Elle a appris à se taire. Dernière fille du puissant et redouté Alpha de la meute Drovski, elle est mise de côté, recluse, haïe. Elle n’a jamais quitté le territoire, pour toujours rester sous la surveillance des siens. Comme s’il fallait la protéger. »

Qui est Eulalie Lombard ? A 23 ans, Eulalie est passionnée par l’écriture et les sciences. Depuis l’âge de douze ans, elle écrit des romans où se mêlent magie et amour. Titulaire d’un master en cancérologie, elle poursuit son rêve de devenir écrivaine en publiant plusieurs sagas : Droit de Sang, Pour l’amour d’un Highlander et Mira.

Instagram

Je l’ai lu en moins de 72h, il est vraiment addictif, j’ai l’impression qu’avec cette auteure c’est régulier. J’ai toujours préféré les loups aux vampires, j’aime les loups par avance. Dès le début tu as mal pour Mira, au départ je ne comprenais pas pourquoi elle se laissait faire, dans un sens c’est un mal (très mauvais) pour un bien ! Quand elle quitte sa première meute, on se dit que tout est réglé … si seulement !

Quand Mira quitte sa famille, elle découvre la vie sous un autre point de vue. Mira est passive certes dans les premiers chapitres, elle se laisse guider pour s’imprégner des lieux, des liens avec sa nouvelle meute et tenter de se comprendre elle-même. 

Difficile pour une jeune femme de débarquer dans un nouvel environnement, « fiancée » de surcroit à un homme qui ne lui pas destiné de base. L’obstacle est de taille quand tout le monde à l’air de connaître son histoire alors que vous l’ignorez vous – même. Eirik lui se retrouve enlisé de toute part avec une compagne qui n’était pas celle prévue, sa meute qui perd son arrangement avec l’autre clan.

La horde qui a du mal à saisir le choix de son Alpha ou ne l’accepte pas, même en connaissant la VRAIE raison. Dernière contrainte, il ne sait pas comment se comporter avec Mira, il est noyé dans ses sentiments mais ne veut pas effrayés sa fiancé qui a un lourd héritage. Que de barrières à surmonter pour espérer retrouver un équilibre avec une meute unie envers et contre tout.

On ne lui fait pas de cadeau non plus après, le terme de « maudit » est bien choisi pour ça. Oui parce que les meutes de loups sont des petits filous qui ne font pas de cadeaux ! L’intrigue est tenue jusqu’au bout, pour un 1er tome de duologie je suis bien surprise. La plume de l’auteur est fluide, assurée, c’est tellement agréable à lire. 

À bientôt pour la suite !

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Magdanaëlle James, tome 3 : Sanction par M.G Groenwont

« Revenue vivante d’entre les mains de terribles démons, Magdanaëlle James peut à présent profiter de sa vie entourée de son petit-ami, Tomler. À l’heure où les loups-garous se rassemblent, les vampires et démons continuent de se détruire pour imposer leur loi. Alors qu’elle assiste à la peine de mort infligée à ses ravisseurs, Magdanaëlle se voit confier une nouvelle mission. Ben, l’arrogant loup-garou lui demande de l’aide afin de faire tomber un réseau de combats illégaux organisés par une très belle femme. Si la jeune humaine se plonge corps et âme dans cette affaire, ce n’est pas du goût de ses proches qui le lui font savoir. De leur côté, les quatre maîtres actuels des enfers, essayent de trouver un moyen afin de détruire Maximilien »

Magadanaëlle James T1

Magadanaëlle James T2

Comme ces prédécesseurs, je l’ai dévoré, impatiente de connaître la suite des aventures de Mag. On y découvre une relation compliquée entre Mag et Tomler, on se rend compte qu’ils ne se connaissent pas suffisamment, ils ne partagent pas les mêmes envies, bon ça on le savait déjà plus ou moins. Le changement d’attitude de Tomler, un brin possessif, violent a été révélateur sur son état et ses secrets.

J’ai beaucoup aimé l’évolution de Ben, il devient plus humain (même s’il ne l’est pas à la base) avec ses émotions, ses combats intérieurs, j’ai envie d’apprécier ce personnage. Mag s’affirme de plus en plus, le problème reste son obstination qui met un peu tout le monde en danger, si elle veut le faire on est ok mais il faut le faire bien ! Elle finit par créer elle – même son triangle amoureux comme si elle n’avait pas assez de problèmes, ça promet du grabuge pour la suite. 

Maximilien devient un bon protecteur pour Mag, il l’aide du mieux qu’il peut, il a aussi ses propres projets à suivre. Lui donner certains de ses dons n’était pas un si bon plan que ça, alors je sais qu’il s’en veut et désire qu’elle se protège mais il devrait réfléchir avant d’agir, c’est un roi non de non !

Dans ce tome, Asnan est plus en retrait, je dirais qu’il prend un peu de repos, il laisse aussi sa protégée se débrouiller et décide de faire confiance à d’autres Surnat. Le pauvre n’est pas au bout de ses peines ! Un personnage que j’adore c’est celui de Logan, toujours la réplique qu’il faut au bon moment, il me fait rire, il est loyal c’est un bon vampire. Hâte de voir son évolution, même si je sens que sa fin est proche. 

Nous avons l’apparition d’une nouvelle méchante, enfin pas tant que ça au vue de son passif, comme toujours elle veut le pouvoir, l’argent etc etc. Une femme de pouvoir méchante, c’est assez souvent le cas, bien sûr elle écrasera tout ce qu’elle trouve sur son chemin et inutile de vous dire qu’elle a Mag dans son viseur. Je m’étonne d’ailleurs que Mag ait mis autant de temps à savoir qui était cette personne. 

En résumé, ce tome est encore très bon avec de nombreux rebondissements, ainsi que de nouvelles pertes … L’auteure a toujours cette écriture fluide en arrivant à bien maintenir le rythme de l’histoire et faire vivre ses personnages.

Ps : Merci à l’auteur pour cette opportunitée

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Contes des Clans : Inéluctable par Elsy Devaine

« « La noirceur d’une histoire déjà écrite, la grisaille d’un dessin que l’on esquisse et la blancheur d’une page vierge où tout est encore possible. » Des siècles se sont écoulés depuis la Guerre de la Trinité qui a opposé les Oracles et les Vieux-sangs aux impitoyables Inéluctables. Les liens unissant les Gardiens du temps sont brisés et le Grand Déséquilibre perdure. Il déchaîne encore et toujours une Brume mortelle sur les Clans, menaçant inexorablement l’existence de l’humanité tout entière. Tyee est un paladin ambitieux en mission pour le Conseil. Par un étrange concours de circonstances, il fait la capture d’Helesys, une jeune femme aussi fascinante qu’énigmatique. Son apparente association avec le Faucheur, un criminel recherché par ses supérieurs hiérarchiques depuis des cycles, est une opportunité inespérée pour sa carrière. Tous les rêves de Tyee semblent enfin à sa portée mais le prix à payer risque d’être bien plus élevé que ce qu’il avait escompté. »

Instagram

J’ai eu du mal à comprendre le prologue, ce qui a ralenti mon envie de découvrir la suite. Il m’a fallu un bon nombre de chapitres pour m’accrocher un peu à l’histoire. A la différence de ma mère qui elle a accroché tout de suite, elle est en attente de la version papier pour continuer sa lecture.

Tout cela pour expliquer, qu’on a beau toute les 2 aimer les même genre de lecture, notre ressenti est différent. J’ai beaucoup aimé l’univers, chaque peuple à son histoire, ça montre la recherche et la création de l’auteur.

Les personnages que j’ai apprécié sont Lyall et Helfest, ils sont caractériels, sombres, bourré d’humour comme j’aime mes personnages. En revanche j’aurais aimé que Nahele apparaisse plus tôt, il possède un rôle important dans le dénouement pourtant il arrive très tardivement dans le récit.

Il aurait été intéressant qu’il dispose de plusieurs confrontations avec l’un ou l’autre des camps, ça lui aurait permis une plus grande profondeur et complexité. Pour Noor aussi j’aurais voulu en savoir plus, peut être des apparitions à d’autres personnages que Lyall, qu’elle est une interaction propre pour montrer une vérité. 

Les messages transmis dans le livre sont pas mal, ne pas se fier aux rumeurs, ne pas juger une personne sur son passé ou sur ses origines. L’Épilogue est bien détaillé on apprend, ce que deviennent les personnages et leur possible avenir, on espère aussi qu’ils seront nous enquiquiner ce qui n’est pas gagné.

J’ai apprécié ma lecture dans l’ensemble, la plume de l’auteur étant fluide.

Ps : Je remercie l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Rien ne sera jamais plus comme avant…par Ellega Kieffer

« Rien n’est plus intime qu’une grossesse. Mais lorsque celle-ci s’interrompt, lorsqu’on perd son enfant tant attendu, tout s’effondre autour de nous. L’existence des futurs parents en est bouleversée à jamais. L’épreuve de cette perte se révèle aussi douloureuse que taboue. S’ouvre alors une autre dimension, dans laquelle la souffrance est quotidienne et où l’ignorance et l’incompréhension des autres nous plongent dans une profonde solitude. Comment faire le deuil de ce qui aurait pu être quand on ne peut l’évoquer ? Comment aller de l’avant et accepter ses émotions quand l’importance et l’impact de ce drame sont minimisés par le reste du monde ? Comment continuer avec la crainte que cela se reproduise ? Comment surmonter cet indicible chagrin qui nous ronge ? Avec toute la bienveillance et la sincérité qui la caractérise, Ellega nous livre un récit poignant inspiré de sa propre histoire dans l’espoir de libérer la parole autour du deuil périnatal. »

Instagram

Récit à la deuxième personne du singulier, ne reçoit aucun soutien de la part de ses proches ou corps médical, se retrouve même enfoncé dans les reproches. Gratuité de l’ouvrage pour arrêter de considérer ce sujet comme Tabou, il est temps que ces sujets arrêtent d’être choquant.

De l’émotion que peut donner l’impression au lecteur de vivre l’histoire en direct. On y voit les jours, les mois et les années passés avec ce même combat. Toujours dans une démarche d’éducation à la fin sont noté des espaces pour s’informer et en parler.

Certains passages sont durs, mais ils sont comme une thérapie que nous livre l’auteur en nous témoignant des différentes étapes. Histoire bouleversante, poignante, même si pour ma part je ne l’ai pas vécu de façon si intensive, n’ayant pas le besoin d’avoir d’enfants.

Je respecte par contre la douleur, le traumatisme vécu, je ne juge pas, chacun ressent les épreuves à sa façon et les gère pour ce qui est le mieux pour lui. Une méconnaissance de toutes ses choses est encore un ennemi redoutable de nos jours.

Si nous analysons bien la situation, enfanter ou non un enfant est sujet tabou, une femme qui n’arrive pas à avoir d’enfant est montré du doigt, une femme qui a trop d’enfants est aussi montrée du doigt et une femme qui ne veut pas d’enfant est critiquée.

Je suis contente d’avoir lu ce livre qui m’a appris énormément, l’apprentissage est important pour la connaissance de soi et d’autrui.

Même si ce livre ne m’a pas spécialement touchée, je ne le souhaite à personne. Ce livre sera sûrement mieux reçu par ceux qui sont passés par la case « enfanter » ou celle qui ont projets de l’être.

Ps : Je remercie l’auteure pour cette opportunité et lui envoi toute ma bienveillance pour la suite

Aurevy

Publié dans Auto édition, Écosse

Les Ombres d’Edimbourg: L’Entre-Monde par Anna Lyra

« Édimbourg, Écosse.
Un mal dort sous la ville depuis des siècles.
Aujourd’hui, il est en train de se réveiller… Emily, jeune londonienne solitaire, méfiante et blasée, ne croit pas aux fantômes. Ni à la magie. Son monde bien réglé bascule pourtant le jour de son vingtième anniversaire, lorsqu’elle découvre à la fois Édimbourg et l’existence d’une autre réalité. Non seulement les fantômes existent bel et bien, mais il se pourrait qu’un mal plus puissant, plus sombre et plus ancien que les spectres de la ville soit à l’origine d’un grave dérèglement de l’Entre-Monde, cette zone sécurisée qui protège le monde des humains. Aux côtés de Ian et de son équipe d’étudiants en phénomènes paranormaux, Emily va découvrir une autre Édimbourg. Car, derrière les pittoresques pierres grises des closes et les vitrines brillantes des salons de thé, se dissimule une autre facette de la ville écossaise… Secrète. Sombre et dangereuse. L’envers du décor, peuplé de créatures ténébreuses. Pour sauver l’Entre-Monde, Emily va devoir s’enfoncer dans les Ombres d’Édimbourg. »

La fleur des Highlands

Instagram

On peut dire que ce livre est plein de surprises, Emily réfractaire à tout ce qui est paranormal, elle se retrouve plongée dedans. Tout ça à cause de non-dits familiaux, vous l’aurez compris les secrets de famille ont encore la dent dure au 21eme siècle. Elle découvre évidemment tous ces éléments le jour de son anniversaire, méfiez-vous de vos anniversaires sait-on jamais ! 
Ce que j’aime dans ce livre, c’est le caractère exécrable d’Emily, elle n’est pas sans défense loin de là, ne se laisse pas marcher sur les pieds ou encore fonce et réfléchit après ! Généralement ce sont les hommes qui sont va-t’en guerre. Elle part de Londres sur un coup de tête pour ne pas avoir à faire face à tout ça, elle ne veut pas de cet héritage, elle se retrouve à Edimbourg, l’endroit exact où le destin voulait qu’elle soit !

Ce livre à un univers riche qu’il me tarde de découvrir en profondeur, il y a tant de questions qui se posent au moment de la lecture … soupire il faut attendre pour les avoir. Anna Lyra prouve une nouvelle fois qu’elle maîtrise sa plume et les sujets à aborder dans n’importe quel genre.

Dans ce premier tome, il y a un personnage qui m’a beaucoup touché, elle y est représentée de façon distinguée contrairement à d’habitude. C’est La Dame Blanche, elle m’a plu sur sa façon d’entrer en contact avec Emily, de lui expliquer les choses pour qu’elle lui vienne en aide, par ses émotions changeantes, elle a été bien travaillé par l’auteur.

Les relations entre Ian et Emily sont complexes, on le comprend vite en voyant Ian voulant lui faire confiance mais n’ayant pas le droit de le faire. Je pense que les tensions vont encore s’accentuer dans le groupe d’étudiants car au final on ne sait pas ce qu’est Emily ni ses origines.

Je pense aussi que son meilleur ami va jouer un rôle dans les prochains tomes. Qui sait ? il n’a peut être pas le rôle que l’on croit et il en sait plus qu’il ne dit. L’évolution d’Emily promet d’être intéressante, dans ce tome on lui impose les choix à rebrousse poil, ça devrait aller mieux par la suite quand elle prendra confiance.

Vous l’aurez compris je suis impatiente de découvrir la suite des aventures d’Emily. À bientôt !

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Enquête en Anjou T3 : Les gabeleux par Gilles HOUDOUIN

« Été 1626 : Depuis le mois de février, la province d’Anjou subit une crise sanitaire, sans précédent depuis l’épidémie de peste de 1583. La population vit dans la peur. Les mauvaises conditions météorologiques laissent présager une famine. Cela ne dissuade pas les commis de la gabelle d’exercer comme toujours leurs contrôles contre les mariniers de Loire, à la recherche de sel de contrebande.
Un intrus dans une fosse commune : il n’en faut pas plus à nos sergents royaux pour repartir traquer le crime. »

Enquête en Anjou T1

Enquête en Anjou T2

Je viens de finir le tome 3 des enquêtes en Anjou, ce que j’aime avec ces livres, c’est d’apprendre en lisant comme un cours d’histoire amélioré. La période nommée dans ce livre n’est pas reposante, elle est aussi trouble que notre époque, peut être même plus que ce que nous vivons actuellement. Une épidémie fait rage, les pertes sont considérables, je trouve intéressant de voir comment ils ont géré la situation.

Notre héros Thomas Houdouin est mis à rude épreuve; lui aussi a subi des deuils, il en subira encore et pourtant il se relève pour continuer son chemin. J’avoue être admirative de sa volonté, son tempérament, une autre façon de penser même si certains diront que c’est son devoir. J’ai appris énormément sur l’acheminement du sel, son transport, les contrôles, tout ça fut fort bien instructif.

On se retrouve de nouveau dans une querelle Royale avec manigance, trahison et même espionnage, l’enquête était une fois de plus bien ficelée, notre Sergent Royal apprendra que tout ne se passe pas toujours comme on le souhaite. Je dois avouer qu’il y a une scène que je n’ai pas du tout appréciée, celle de la ferme qui prend feu.

Je ne vous en dévoilerai pas plus, de peur de révéler des informations quant à l’intrigue. L’écriture est fluide, elle devient plus sûre à chaque nouveau livre, la recherche est détaillée ce qui nous instruit en même temps.

L’auteur m’a proposé le SP en version numérique, j’ai fini par acheté la version papier pour ma maman qui a adoré les 2 premiers et les relis régulièrement.

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

L’urne de Xalanor – Tome I – La folie du roi par Vincent MacPhordyne

« Les royaumes d’Édorianne et d’Élikasar sont voisins, ils vivent en paix depuis la fin de la guerre des déchus, quelque cinq cents ans plus tôt. Cette fragile trêve est soudainement remise en question lorsque le roi Légirède apprend que des armées élikasariennes bivouaquent à ses frontières. Le roi Ollon jure de ne réaliser que de simples manœuvres. Coincé dans sa folie, Légirède ne croit plus ses conseillers qui tentent de le tempérer – certains se verraient même le renverser. Il veut partir en guerre afin d’honorer ses ancêtres et faire valoir son droit. Cependant, il n’aurait aucune chance contre la stratégie et l’évolution technologique du royaume d’Élikasar. La paix l’emportera-t-elle sur la folie ? »

Amazon

Je dois vous avouer que ce livre m’a pas mal intrigué, il est riche en vocabulaire et riche en vulgarité aussi. Si vous lisez l’ouvrage vous comprendrez vite pourquoi tant d’insultes. La paix y est fragile comme souvent, être en conflit et tellement plus simple que d’être en paix.
Dans ce livre, nous partons dans un style Moyenâgeux fantastique, ce qui explique ce besoin de laver l’honneur sans cesse.
Ce qui me dérange dans ce tome c’est le rythme un peu lent, certaines scènes qui ne font pas avancer l’histoire et un manque d’action, je comprends qu’il faut bien planter le décor.

Là, je trouve qu’on y va un peu trop en douceur.
Le nombre de personnages me pose aussi problème, certains ont été bien travaillé ce qui se ressent, ils ont l’air un peu plus vivant. Après aucun n’est vraiment fiable, ils sont tous plus fourbes les uns des autres.
Ce qui m’a amusé, la taille des chapitres changeant, ce livre est traitre, tu ne peux pas te dire « un dernier chapitre et j’arrête » parce que tu ne sais pas s’il ne va pas être plus long que les autres et tu finiras en retard dans ton programme.
L’intrigue en elle même est intéressant niveau conflit politique, le sujet est bien maîtrisé.
Dans l’ensemble c’est une bonne découverte, à voir si dans la suite, le rythme prend un peu d’élan et si de nouveaux personnages se dévoilent.

Ps : Merci à l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Le Grand Mirage par Pauline Giovanolla

« Rosy, une jeune femme à l’existence terne, fait des ménages dans la petite ville d’Edmonvillier. L’espoir de sa vie est que Serge, son bien-aimé, quitte un jour sa femme handicapée pour elle. Mais un amour fou, cruel, unilatéral et destructeur s’est vite installé entre eux. Par ailleurs, un cirque sur le déclin circule dans la région. La troupe du Grand Mirage regroupe des individus aussi attachants qu’énigmatiques, des saltimbanques unis comme les doigts d’une main, bien que leurs liens ne soient pas forcément ceux du sang. Deux univers parallèles, deux manières d’être au monde que tout oppose. À moins que… Au fil des pages de ce roman choral – composé de fragments d’existences, d’événements, de sentiments –, la focalisation change et les points de vue se croisent, s’effleurent, se mêlent parfois avant de s’éloigner à nouveau. Le récit effectue des allers-retours constants entre le passé et le présent. Les pièces du puzzle se mettent progressivement en place, dévoilant l’histoire des personnages et laissant sous-entendre d’éventuelles connexions. Auraient-ils en commun l’ombre d’un passé douloureux ? Si oui, lequel ? Les chapitres courts s’enchaînent, emmenant dans leur course folle le lecteur, invité à plonger à corps perdu dans ce récit impitoyable pour trouver des réponses. »

Site Web

L’univers du cirque y est très bien représenté, on se sent vraiment entrer dans ce grand chapiteau. J’ai trouvé l’histoire de Rosy et Serge un peu commune, ce qui est dommage, je n’ai pas réussi à m’y attacher.

Par contre j’ai beaucoup aimé le personnage de Salvatore et ses relations avec son petit fils Adrien. L’un essai de protéger le second et le deuxième court après ses origines sans se douter de ce qui l’attend.

De nombreux thèmes sont abordés dans cet ouvrage en si peu de page mais le tout reste bien dosé.

La fin est surprenante, dans le bon sens, on ne s’y attend pas forcément. L’écriture est fluide avec un texte sans lourdeur.

Ps : Merci à l’auteur pour cette découverte

Aurevy