Publié dans Service presse

Le Blues du pêcheur d’Alan Alfredo Geday

« Maman, Comme tu vois, je ne t’ai pas oubliée. Quatre mois déjà que je suis à Marseille. Le temps est passé vite, j’ai eu tant à faire, j’ai eu tant à apprendre et à découvrir. Marseille est grande. Elle m’a étourdi d’abord, puis elle m’a enchanté. Je m’y sens libre. L’anonymat a quelque chose d’exaltant. Livourne est un bourg comparé à Marseille. Je crois qu’il me serait impossible d’y vivre maintenant, je m’y sentirais enchaîné à une vie trop étroite. Ici, on peut trouver du travail, on peut tenter sa chance. Il y a beaucoup d’Italiens à Marseille. Je ne suis pas trop dépaysé. Nous, les Italiens, on vit en communauté, on se serre les coudes, tous confinés dans le quartier de la Belle de Mai. Les Français nous appellent les babi. On voit souvent des affiches dans la rue : « Immigrés italiens dehors, travailleurs français ! » Quelques escrocs m’ont même proposé une fausse carte d’identité si je soutenais le parti socialiste. Mais avec mon accent à couper au couteau et mon peu de vocabulaire, ce n’est pas demain la veille qu’on cessera de m’appeler macaroni. Ces sales gens ne doivent pas connaître notre cuisine pour en faire une insulte ! Ton cacciucco me manque, nos longues discussions aussi. »

Site Web

Premier roman de l’auteur que je lis, mais serait déjà son 3e ouvrage, je n’ai pas vu les autres !  La couverture est sobre, simple mais tellement, rattachée à l’histoire.

Des thèmes forts, comme l’immigration d’après-guerre, le déracinement, le rejet, le courage et les obstacles y sont traités de façon fluide. L’Histoire est prenante sombre mais réelle c’est assez étrange.

Ce livre a une sensibilité qui lui est propre, l’impression de vivre avec le personnage. On vit au fil des pages une vie qui n’est plus la nôtre. J’ai adoré ce livre même si l’époque utilisée n’est pas ma favorite.

On parle pourtant d’une époque passée mais qui pourrait être très actuelle avec ce sujet de l’immigration qu’elle aborde, ces sujets sont encore compliqués à traiter à notre époque.

Les personnages sont très diversifiés, bon ou mauvais sont très bien pensés, j’ai été très bluffé. La qualité de l’écriture est plaisante, c’est fluide, nous ne sommes pas envahi de longueur, le récit est maîtrisé ce qui donne un plus au roman. 

J’aurais aimé plus de positifs je vous l’accorde, mais on ne peut pas tout avoir non plus ! C’est un roman à découvrir car l’histoire est touchante.

Ps : Merci à l’auteur pour ce livre que je vais faire suivre à d’autres personnes

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

L’ange de Cassel de Pat Caron

A l »orée du temps, un esprit espiègle,et un peu rebelle, conclut un accord bienveillant avec Dieu et vient à se passionner pour un tout petit bout de Flandre. Il se retrouve successivement plongé, bien malgré lui, dans l’épicentre de plusieurs guerres historiques, toutes sur cette même terre.
Tandis que l’Histoire toute enitère défile, il s’acharne, malgré son découragement, à accomplir sa mission contractuelle de supprimer la guerre du vocabulaire et des actions des hommes. Six tentatives avortées déjà: six guerres. Pourra-t-il éviter la septième ? Peut-être en négociant quelques amendements ou extensions à l’accord initial ?

Instagram

J’avoue avoir été surprise par ce début d’histoire, je ne m’attendais sûrement pas à surprendre une conversation avec le tout-puissant. Je me suis demandée si j’étais légitime d’épier leur premier échange de ce tome. Ce tome est ficelé de manière particulière, car le voici à chaque jour sa nouvelle aventure et époque sur Terre.

Ce livre est d’une richesse historique incroyable, j’y découvre des histoires que je ne connais pas sur un endroit encore inconnu de ma personne. Pour ma petite tête curieuse, elle a trouvé son bonheur des annotations et explications sont au rendez-vous. Bien sûr il y a des petites choses qui manquent, le roman parfait n’existe pas.

J’aurais aimé avoir un peu plus d’antériorité sur les personnages cités, mais ce n’est pas gênant en soi pour notre lecture. Les discussions avec le tout-puissant m’ont paru longuettes à certains moments, les débats de chaque fin d’époque n’étaient pas forcément nécessaires.

L’humour est très présent surtout sur les dialogues de l’ange et son supérieur. La plume est maîtrisée surtout sur les parties historiques. Un bon moment passé où je me questionne à le récupérer en livre physique, pour ceux qui aiment apprendre en lisant foncé, on y trouve une certaine réflexion qui nous questionne.

Ps : je remercie l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

La Vieille Fille et le Viking par Jennifer Joffre

« Que feriez-vous face à un Viking ? C’est la question à laquelle est confrontée Mathilde, assistante en études nordiques à la faculté de Caen, lorsqu’une expérience tourne mal sous ses yeux. Elle fait le choix de sauver Faraldr, qui se retrouve alors projeté de 963… en 1866 ! Si Mathilde est ravie de cette occasion d’en apprendre plus sur l’époque de ce Viking, l’Empire français et son armée ne le voient pas du même œil. Aidés d’un chevaleresque militaire et d’une mécanicienne qui n’a pas la langue dans sa poche, ils s’engagent alors dans une folle équipée – et Odin seul sait jusqu’où celle-ci va les mener… »

Qui est Jennifer Joffre ? Quand elle était petite, elle inventait les univers dans lesquels se déroulaient les jeux de la cour de récré. Tombée très tôt dans la fanfiction, elle a passé son adolescence à écrire des histoires. Il lui faudra des années pour apprendre à les mener à leur terme ; elle se découvrira également une passion pour les langues et exercera un temps que traductrice… avant de revenir à ses premières amours.

Site Web

C’est un roman surprenant qui nous est livré là, j’ai été agréablement surprise par la tournure du livre. La plume est très fluide et le récit n’est pas lourd, heureusement car 500 pages ce n’est pas facile à ingurgiter. Ne vous découragez pas au nombre de chapitres impressionnant, il en vaut vraiment la peine.

Les personnages ont été bien crée, ils ont assez de profondeur pour suivre toute leur épopée. On le sent que chacun a eu une vie avant et qu’ils essaient de composer avec les autres. Je les ai tous trouvé attachant avec leur gaffe et leurs discussions à trois cordes.

C’est une aventure historique qui vous fera traverser plusieurs pays, le rythme est très soutenu. Après des choses m’ont manqué dans ce récit, l’évaporation du Professeur Martel et Monford, il aurait pu être plus présent. L’acceptation trop rapide de Farald dans son nouvel univers, je trouve qu’il est trop vite résigné par ce qui lui arrive, il aurait pu être plus combatif ! A la fin j’aurais souhaité un glossaire ou autres pour avoir des informations complémentaires sur des termes utilisés ou de l’histoire.

Le roman vous feras voyager, je dirais même planer ! C’est un bon moment à passer si vous rêvez d’aventure ! Il s’agit d’un premier tome, l’aventure ne fait que commencer. J’ai un véritable coup de coeur pour la couverture, le concept est bien trouvé.

Ps : Merci à l’auteure pour cette découverte

Aurevy