Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Après la pluie par Alphonsine

« Depuis la mort de leur mère quatre ans auparavant, Rose et Abigail ne se parlent plus.
L’aînée investit tout son temps et toute son énergie dans sa jeune entreprise tandis que sa cadette vient d’écoper d’une peine de huit ans de prison. Toutes deux se débattent avec les exigences de leur nouvelle vie ; jusqu’à ce qu’un jour, en rentrant de l’un de ses nombreux voyages d’affaires, Rose découvre dans son courrier une lettre d’Abigail. La donne change, les langues se délient et ressurgissent alors peu à peu toutes les raisons de leur rupture…
Même celles que l’on ne peut s’avouer à soi-même. »

Instagram

Je vous avoue que pour le début de l’histoire j’ai eu du mal à m’y mettre. Dès les premières pages, on se retrouve dans une prison ou énormément de noms volent dans tous les sens, sont ils important pour le récit ? A mon sens pas vraiment. 

Ces premiers mots de lecture, on y découvre le destin tragique d’Abi enfermé pour une raison inconnue à ce moment-là. La 2eme protagoniste est elle aussi enfermée, dans un tout autre univers, celui du luxe et de la réussite. On la retrouve au début dans un hôtel 5 étoiles, ne sachant pas vraiment pourquoi, ce qui est déjà un point commun entre les deux jeunes femmes.

Les 2 femmes sont liées, chacune d’elles a été affectée par la mort de leur mère, à leur manière elle tente de se reconstruire. Pendant que l’une tente de survivre dans les tumultes de la vie carcérale, l’autre se noie dans le travail en oubliant même l’homme avec qui elle partage sa vie. Abigaël écrit une lettre à sa sœur qui va changer la donne et les faire toutes les 2 repenser leur vie. 

La plume est agréable, le roman est lui très humain, les jeunes femmes y sont bien représentées, elles ont beau être diamétralement opposées et pourtant si proches.

J’ai beaucoup aimé la cadence du livre une fois les premiers chapitres passés. 

Ps : Je remercie l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

Commissaire Chassepierre : Meurtre au Touquet par Marine Mouzelard

« Pauline Rossignol est une jeune bruxelloise névrosée, elle se cache derrière le personnage qu’elle s’est créé: devenir un écrivain. Elle s’en sert pour ne pas prendre de risque jusqu’à ce que son psychiatre, agacé par les mensonges de la jeune femme, ne la mette à l’épreuve de se dégoter une muse. Pauline jette son dévolu sur la commissaire Alice Chassepierre qui ne veut rien entendre. Son couple va mal et ils ont décidé de passer une semaine au Touquet dans un luxueux hôtel. C’était sans compter qu’à leur arrivée, le corps de la richissime Dona Claudia soit retrouvé sans vie dans la piscine. Un mensonge en entraînant un autre, Pauline n’ayant pas manqué de suivre la commissaire jusqu’en France, se retrouve à mener l’enquête à titre de consultante puisqu’elle est prise pour une célèbre écrivaine de romans policiers. Comment une femme armée au bord du divorce va se contenir pour ne pas assassiner elle-même une névrosée agaçante? Et qu’est-il arrivé à Dona Claudia ? »

Instagram

Je finis cet ouvrage en étant dubitative. Ce terme va en choquer plus d’un, au vue des retours très positifs. Le scénario du meurtre ainsi que le décor ont été déjà vu de multiple fois. Tout ce qui entoure la haute société, un mariage malheureux et des secrets inavouables.

Je lis pas mal de policiers, j’ai trouvé que celui-là était incomplet. De mon point de vue, un deuxième mort aurait permis d’accélérer de nouveau le rythme en mettant un coup de pression aux enquêteurs. Le personnage d’Alice Chassepierre est très bien construit, on arrive à bien la cerner, elle aboie beaucoup mais n’est pas réellement méchante, elle a été pas mal exploitée.

 Beaucoup n’ont pas eu cette chance, le commandant déjà je trouve qu’il a été trop docile, il en devient presque transparent. En lisant le livre j’ai eu l’impression qu’il n’y a réellement dans cet hôtel de luxe Spa que 3 salariés, le directeur, un réceptionniste, une femme de ménage et un serveur, les autres ne doivent pas vraiment exister puisque nous ne connaissons pas les résultats de leurs interrogatoires.

Le personnage de Sophie aurait pu être très bon, un atout (un peu comme dans la série Castle). Elle aurait pu faire comme tout bon auteur, fouiner partout et se retrouver dans des situations compromettantes. Malheureusement pour nous elle finit tragiquement pour la recherche d’une muse ce qui me laisse perplexe.

Beaucoup de secrets sont révélés au lecteur mais les enquêteurs ne savent rien, comme le chantage dont certains sont victimes, le coupable n’est pas vraiment inquiété. La révélation du meurtrier m’a laissé un goût amer, je ne trouve pas l’assassin crédible parce qu’en soit il n’y a pas de réel mobile. Le meurtrier aurait dû être une personne quasiment invisible dont tout le monde aurait oublié son existence. 

Une personne en rapport réel avec la victime. L’idée de base est bonne, elle a déjà fait ses preuves par le passé, ce qui me dérange c’est la façon dont elle a été exploitée et scénarisée. Cet ouvrage m’aurait plu s’il avait été développé encore ou s’il n’y avait pas eu trop d’histoires annexes, j’aurais sûrement compris pourquoi ce meurtrier ou eu de la sympathie pour d’autres personnages.

Là j’ai surtout l’impression d’un mélange de plusieurs scénarios d’Agatha Christie en un tome. Dans leur texte, j’ai remarqué plusieurs erreurs de syntaxes qui m’ont stoppés dans ma lecture notamment page 18, la page débutant par « Elle a donc ». Je n’aime pas faire de critique négative mais je resterais honnête sur mes avis.

Ps : Je remercie l’auteur pour cette lecture

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Magdanaëlle James, tome 3 : Sanction par M.G Groenwont

« Revenue vivante d’entre les mains de terribles démons, Magdanaëlle James peut à présent profiter de sa vie entourée de son petit-ami, Tomler. À l’heure où les loups-garous se rassemblent, les vampires et démons continuent de se détruire pour imposer leur loi. Alors qu’elle assiste à la peine de mort infligée à ses ravisseurs, Magdanaëlle se voit confier une nouvelle mission. Ben, l’arrogant loup-garou lui demande de l’aide afin de faire tomber un réseau de combats illégaux organisés par une très belle femme. Si la jeune humaine se plonge corps et âme dans cette affaire, ce n’est pas du goût de ses proches qui le lui font savoir. De leur côté, les quatre maîtres actuels des enfers, essayent de trouver un moyen afin de détruire Maximilien »

Magadanaëlle James T1

Magadanaëlle James T2

Comme ces prédécesseurs, je l’ai dévoré, impatiente de connaître la suite des aventures de Mag. On y découvre une relation compliquée entre Mag et Tomler, on se rend compte qu’ils ne se connaissent pas suffisamment, ils ne partagent pas les mêmes envies, bon ça on le savait déjà plus ou moins. Le changement d’attitude de Tomler, un brin possessif, violent a été révélateur sur son état et ses secrets.

J’ai beaucoup aimé l’évolution de Ben, il devient plus humain (même s’il ne l’est pas à la base) avec ses émotions, ses combats intérieurs, j’ai envie d’apprécier ce personnage. Mag s’affirme de plus en plus, le problème reste son obstination qui met un peu tout le monde en danger, si elle veut le faire on est ok mais il faut le faire bien ! Elle finit par créer elle – même son triangle amoureux comme si elle n’avait pas assez de problèmes, ça promet du grabuge pour la suite. 

Maximilien devient un bon protecteur pour Mag, il l’aide du mieux qu’il peut, il a aussi ses propres projets à suivre. Lui donner certains de ses dons n’était pas un si bon plan que ça, alors je sais qu’il s’en veut et désire qu’elle se protège mais il devrait réfléchir avant d’agir, c’est un roi non de non !

Dans ce tome, Asnan est plus en retrait, je dirais qu’il prend un peu de repos, il laisse aussi sa protégée se débrouiller et décide de faire confiance à d’autres Surnat. Le pauvre n’est pas au bout de ses peines ! Un personnage que j’adore c’est celui de Logan, toujours la réplique qu’il faut au bon moment, il me fait rire, il est loyal c’est un bon vampire. Hâte de voir son évolution, même si je sens que sa fin est proche. 

Nous avons l’apparition d’une nouvelle méchante, enfin pas tant que ça au vue de son passif, comme toujours elle veut le pouvoir, l’argent etc etc. Une femme de pouvoir méchante, c’est assez souvent le cas, bien sûr elle écrasera tout ce qu’elle trouve sur son chemin et inutile de vous dire qu’elle a Mag dans son viseur. Je m’étonne d’ailleurs que Mag ait mis autant de temps à savoir qui était cette personne. 

En résumé, ce tome est encore très bon avec de nombreux rebondissements, ainsi que de nouvelles pertes … L’auteure a toujours cette écriture fluide en arrivant à bien maintenir le rythme de l’histoire et faire vivre ses personnages.

Ps : Merci à l’auteur pour cette opportunitée

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Rien ne sera jamais plus comme avant…par Ellega Kieffer

« Rien n’est plus intime qu’une grossesse. Mais lorsque celle-ci s’interrompt, lorsqu’on perd son enfant tant attendu, tout s’effondre autour de nous. L’existence des futurs parents en est bouleversée à jamais. L’épreuve de cette perte se révèle aussi douloureuse que taboue. S’ouvre alors une autre dimension, dans laquelle la souffrance est quotidienne et où l’ignorance et l’incompréhension des autres nous plongent dans une profonde solitude. Comment faire le deuil de ce qui aurait pu être quand on ne peut l’évoquer ? Comment aller de l’avant et accepter ses émotions quand l’importance et l’impact de ce drame sont minimisés par le reste du monde ? Comment continuer avec la crainte que cela se reproduise ? Comment surmonter cet indicible chagrin qui nous ronge ? Avec toute la bienveillance et la sincérité qui la caractérise, Ellega nous livre un récit poignant inspiré de sa propre histoire dans l’espoir de libérer la parole autour du deuil périnatal. »

Instagram

Récit à la deuxième personne du singulier, ne reçoit aucun soutien de la part de ses proches ou corps médical, se retrouve même enfoncé dans les reproches. Gratuité de l’ouvrage pour arrêter de considérer ce sujet comme Tabou, il est temps que ces sujets arrêtent d’être choquant.

De l’émotion que peut donner l’impression au lecteur de vivre l’histoire en direct. On y voit les jours, les mois et les années passés avec ce même combat. Toujours dans une démarche d’éducation à la fin sont noté des espaces pour s’informer et en parler.

Certains passages sont durs, mais ils sont comme une thérapie que nous livre l’auteur en nous témoignant des différentes étapes. Histoire bouleversante, poignante, même si pour ma part je ne l’ai pas vécu de façon si intensive, n’ayant pas le besoin d’avoir d’enfants.

Je respecte par contre la douleur, le traumatisme vécu, je ne juge pas, chacun ressent les épreuves à sa façon et les gère pour ce qui est le mieux pour lui. Une méconnaissance de toutes ses choses est encore un ennemi redoutable de nos jours.

Si nous analysons bien la situation, enfanter ou non un enfant est sujet tabou, une femme qui n’arrive pas à avoir d’enfant est montré du doigt, une femme qui a trop d’enfants est aussi montrée du doigt et une femme qui ne veut pas d’enfant est critiquée.

Je suis contente d’avoir lu ce livre qui m’a appris énormément, l’apprentissage est important pour la connaissance de soi et d’autrui.

Même si ce livre ne m’a pas spécialement touchée, je ne le souhaite à personne. Ce livre sera sûrement mieux reçu par ceux qui sont passés par la case « enfanter » ou celle qui ont projets de l’être.

Ps : Je remercie l’auteure pour cette opportunité et lui envoi toute ma bienveillance pour la suite

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Homo Vampiris : La messagère tome 2 par Marie Rozsa

« Alors qu’Arduina est brusquement séparée de Sasha, elle se voit confier une mission délicate qui va lui demander toute sa diplomatie et une ouverture d’esprit sans précédent. Si elle ne parvient pas à rassembler les Homo Vampiris, qu’adviendra-t-il de ce monde ? Arrivera-t-elle à percer le mur qui la sépare des vampires ? Qu’en sera-t-il de celui qui s’érige soudain entre Sasha et elle ? Si une collaboration des espèces est vitale, elle ne sera pas pour autant facile, particulièrement avec toutes les trahisons qui sèment le trouble dans les communautés… »

Homo Vampiris T1

Quelle joie de retrouver Arduina face à son destin ! C’est comme si elle vivait depuis des années en connaissant l’existence de ces êtres exceptionnels, mais non elle ne les côtoie que depuis 15 jours. Elle se retrouve éloigné de Sasha contre son gré, en étant gentiment manipulée par une déesse pour accomplir une mission hautement périlleuse.

J’ai beaucoup ris en découvrant la mission d’Arduina, elle qui n’est ni posée ni diplomate, qui dit ce qu’elle pense sans se soucier des êtres en face, c’est une mission suicide ! Rassembler les clans, qu’elle ne connaît pas et qu’ils ne connaissent pas non plus, la crédibilité va être difficile à acquérir.

La réaction de Sasha face à la disparition a été de courte durée, je trouve ça un peu dommage, j’aurais aimé avoir l’échange entre lui et Aidwan. Vu qu’ils s’entendent de façon particulière ça aurait pu être drôle cet échange. Sasha se retrouve tiraillé par beaucoup de questionnements incessants sur toute sorte de choses, il est pas mal en retrait sur ce tome.

Un autre personnage presque inexistant dans le livre c’est Mathias, ça m’a rendu triste il aurait pu être un atout et ça aurait été marrant de le voir interagir avec d’autres comme Sam. Les rencontres avec de nouveaux clans avec leur façon de vivre, a été une super découverte dans ce tome, ça a permis de voir d’autres facettes de ce peuple.

Un peuple que je n’arrive pas à cerner, ni comprendre ce sont les Évolués, que je pense responsable de bien des maux qui se sont déroulés dans le passé. Ca m’a un peu chagriné qu’ils ne soient pas plus exploités dans cette suite, puis je me suis rappelé qu’on venait à peine de vraiment les rencontrer ce qui explique le manque d’informations.

Arduina est mis à rude épreuve par une déesse qu’elle ne connaît même pas, par ces actions à travers elle, Arduina se vide de son énergie, je ne sais pas si elle tiendra à ce rythme bien longtemps. Elle est poursuivis par le clan adverse qui à l’air d’être au courant de ses faits et gestes avant elle, comme si quelqu’un voyait l’avenir dans les rangs ennemis.

J’ai beaucoup aimé le passage en Irlande ou une jeune alliance encore fragile à vu le jour, il faudra maintenant la dompter et la fortifier au fil du temps. J’avoue n’avoir absolument rien compris à la dernière scène du livre et le « à suivre » n’aide en rien. Je suis sûre d’avoir mes réponses dans le 3eme tome, c’est assez frustrant !

Même si j’ai trouvé le livre un peu court (oui je suis exigeante mais c’est du boulot d’écrire un livre), je l’ai lu avec toujours autant de plaisir grâce à l’imagination et la plume fluide de l’auteure.

Ps : Merci à l’auteur pour m’avoir fait confiance une nouvelle fois !

Aurevy

Publié dans Auto édition, Écosse

Les Ombres d’Edimbourg: L’Entre-Monde par Anna Lyra

« Édimbourg, Écosse.
Un mal dort sous la ville depuis des siècles.
Aujourd’hui, il est en train de se réveiller… Emily, jeune londonienne solitaire, méfiante et blasée, ne croit pas aux fantômes. Ni à la magie. Son monde bien réglé bascule pourtant le jour de son vingtième anniversaire, lorsqu’elle découvre à la fois Édimbourg et l’existence d’une autre réalité. Non seulement les fantômes existent bel et bien, mais il se pourrait qu’un mal plus puissant, plus sombre et plus ancien que les spectres de la ville soit à l’origine d’un grave dérèglement de l’Entre-Monde, cette zone sécurisée qui protège le monde des humains. Aux côtés de Ian et de son équipe d’étudiants en phénomènes paranormaux, Emily va découvrir une autre Édimbourg. Car, derrière les pittoresques pierres grises des closes et les vitrines brillantes des salons de thé, se dissimule une autre facette de la ville écossaise… Secrète. Sombre et dangereuse. L’envers du décor, peuplé de créatures ténébreuses. Pour sauver l’Entre-Monde, Emily va devoir s’enfoncer dans les Ombres d’Édimbourg. »

La fleur des Highlands

Instagram

On peut dire que ce livre est plein de surprises, Emily réfractaire à tout ce qui est paranormal, elle se retrouve plongée dedans. Tout ça à cause de non-dits familiaux, vous l’aurez compris les secrets de famille ont encore la dent dure au 21eme siècle. Elle découvre évidemment tous ces éléments le jour de son anniversaire, méfiez-vous de vos anniversaires sait-on jamais ! 
Ce que j’aime dans ce livre, c’est le caractère exécrable d’Emily, elle n’est pas sans défense loin de là, ne se laisse pas marcher sur les pieds ou encore fonce et réfléchit après ! Généralement ce sont les hommes qui sont va-t’en guerre. Elle part de Londres sur un coup de tête pour ne pas avoir à faire face à tout ça, elle ne veut pas de cet héritage, elle se retrouve à Edimbourg, l’endroit exact où le destin voulait qu’elle soit !

Ce livre à un univers riche qu’il me tarde de découvrir en profondeur, il y a tant de questions qui se posent au moment de la lecture … soupire il faut attendre pour les avoir. Anna Lyra prouve une nouvelle fois qu’elle maîtrise sa plume et les sujets à aborder dans n’importe quel genre.

Dans ce premier tome, il y a un personnage qui m’a beaucoup touché, elle y est représentée de façon distinguée contrairement à d’habitude. C’est La Dame Blanche, elle m’a plu sur sa façon d’entrer en contact avec Emily, de lui expliquer les choses pour qu’elle lui vienne en aide, par ses émotions changeantes, elle a été bien travaillé par l’auteur.

Les relations entre Ian et Emily sont complexes, on le comprend vite en voyant Ian voulant lui faire confiance mais n’ayant pas le droit de le faire. Je pense que les tensions vont encore s’accentuer dans le groupe d’étudiants car au final on ne sait pas ce qu’est Emily ni ses origines.

Je pense aussi que son meilleur ami va jouer un rôle dans les prochains tomes. Qui sait ? il n’a peut être pas le rôle que l’on croit et il en sait plus qu’il ne dit. L’évolution d’Emily promet d’être intéressante, dans ce tome on lui impose les choix à rebrousse poil, ça devrait aller mieux par la suite quand elle prendra confiance.

Vous l’aurez compris je suis impatiente de découvrir la suite des aventures d’Emily. À bientôt !

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

N’oublie pas que tu as un trésor en toi par Alice Nevoso

« Il y a trois forces positives dans la vie d’Annabelle : sa fille, son violon et les pâtisseries. Quant au reste, elle le subit plus qu’elle ne le choisit. Elle avance dans un long tunnel sombre depuis la mort de son compagnon, le père de sa fille. Et elle a un radar très performant pour attirer les hommes égoïstes et infidèles. Sur le chemin des vacances, elle fait du covoiturage avec Olivier, un homme lui aussi blessé par la vie, et son hamster, prénommé Bôgosse. Si la cohabitation dans la voiture commence mal, Annabelle va finalement trouver des terrains d’entente avec Olivier… Pour les vacances, Annabelle retrouve sa mère, une hyperactive amatrice de motos et de serpents, qui a fondé un centre social, sa sœur Chloé, le prototype de la femme parfaite, qui vit dans la performance et les régimes permanents, ainsi que sa dernière sœur, Audrey, une amoureuse des randonnées, des sachets lyophilisés et des bivouacs sauvages. Cette réunion familiale sera l’occasion de solder quelques vieux comptes, avant qu’un événement imprévu vienne redistribuer les cartes et révéler des secrets de famille bien gardés.
Ces quatre femmes vont-elles trouver leur propre chemin vers la liberté intérieure, la joie et la sérénité ? »

Jalouse, moi ?

Encore une fois, Alice Nevoso nous prouve qu’elle maîtrise le genre Feels Good. Ce livre est encore une fois bien structuré avec une écriture fluide qui nous permet une lecture facile.

On y retrouve plusieurs générations d’une même famille pour les vacances, cela rend le texte plus vivant avec tous les points de vue qui diffèrent. On y côtoie des secrets de famille que certains auraient bien voulu laisser au stade de secret.

Les personnages sont attachants, on les apprécie, on les déteste, une famille comme on en voit beaucoup. Pourtant il y a une chose qui me chiffonne, j’ai l’impression d’un manque, comme si on n’allait pas assez loin en profondeur dans la découverte des personnages.

Sans ça, le livre est à découvrir pour les personnes qui aiment le feel good ou qui souhaitent s’y essayer !

Ps : Merci à l’auteur pour cette découverte une fois encore !

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Rien de grave, je t’assure par Jean-Luc Rogge

« Adeline, la cinquantaine, deux enfants, en couple avec Pascal, s’accommode parfaitement de son existence monotone de petite-bourgeoise provinciale.
Un jour, toutefois, une révélation inattendue ébranle profondément les certitudes de la mère de famille.
Peu après, Adeline disparaît.
Dès lors, les questions se posent et les masques tombent.
Puis, les événements s’enchaînent et les rebondissements se multiplient.
Les drames surgissent ; la mort rôde.
Toute une famille est subitement entraînée dans un tourbillon insensé dont chaque membre, à sa manière, devra tenter d’échapper.
Toutefois, quoi que l’on décide, quoi que l’on fasse, rien ne s’arrête jamais ! Rien de grave, je t’assure : le récit palpitant d’une intrigue familiale aux allures de thriller.
« 

Qui est Jean – Luc Rogge ? Né en Belgique, mais avec une ascendance tant flamande que française, j’ai vécu de nombreuses années dans une rue située à quelques pas de la frontière franco-belge. Opposé aux clivages nationaux, source continuelle de conflits, j’aime me considérer comme un simple citoyen du monde.
Avide, depuis ma plus tendre enfance, de rêves et d’évasion, j’ai trouvé, très vite, grâce à la littérature, le moyen d’échapper à la monotonie de l’existence et de découvrir ainsi mille et un univers, de vivre une multitude de vies.
Depuis 2013, j’ai publié, en autoédition, six recueils de nouvelles, genre que j’aimerais voir revalorisé chez nous, et un roman.

Site web

Ceci est un roman drame familial sur fond de thriller, un genre que je n’affectionne pas vraiment, mais je donne toujours sa chance à chaque auteur. Le livre est séparé en deux parties, la première est centrée sur une disparition et la deuxième est plutôt la reconstruction suite aux révélations.

La plume est belle avec une histoire rythmée, elle se lira rapidement pour les fans du genre. Maintenant ce qui m’a perturbée dans ce livre c’est la noirceur de cette famille. On part d’une famille dites « ordinaire » mais on se retrouve au milieu de secrets révélés sans cesse.

On passe par tous les drames possible et imaginable, cela fait un peu trop pour une seule famille, ou alors celle-ci a vraiment la poisse. On a énormément de mal à s’y retrouver, ce qui peut gâcher le fait de lire le récit.

Il aurait peut-être fallu séparer en deux tomes différents pour 2 familles distinctes. Je suis persuadée que ce livre trouvera son public.

Ps : Merci à l’auteure pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Écosse, Service presse

KITTY KITTY – Le futur qui ne fut jamais Vol.1 : RETRO COSMOS de Quentin RAFFOUX

« Les chats auraient été les premiers sur la Lune, si les Soviétiques n’y avaient pas planté le drapeau rouge dès 1949. Depuis, l’humanité repousse ses colonies aux confins du système solaire. Elle y consacre toutes ses ressources scientifiques et industrielles, si bien que ses codes culturels sont figés dans les années 1980.  C’est dans ce futur uchronique que Lee, le chat, survit avec « sa » sapiens de partenaire, Ali. À bord du Kitty, ce duo de chasseurs de primes parcourt le cosmos sans pitié en enchaînant les catastrophes. »

Qui est Quentin Raffoux ? Je suis Quentin, auteur francophone basé au Québec. J’écris principalement de la science-fiction et navigue entre les sous-genres du cyberpunk, du space opera, du post-apocalyptique et du space westerm.

Site web

Plongez dans une ambiance année 80 et partons en voyage dans l’espace où les humains y ont créé leurs nouvelles résidences secondaires. Lee le chat intrépide avec son humaine Ali, ensemble ils chassent les bandits, n’ont pas pour la gloire mais pour les récompenses.

Ce petit ouvrage est séparé en 8 nouvelles qui sont tantôt joyeuses ou très sombres, chaque Nouvelle nous conduit dans une destination différente, on découvre les différents lieux avec plaisir à chaque fois. C’est coloré avec un mélange de plusieurs genres, surtout du Sci-fi ce qui donne un rendu peu commun.

Tout se découvre par les yeux du chat, c’est une vision intéressante, il est espiègle mais aussi caractériel, un chat en somme ! J’ai beaucoup aimé cette lecture très complète. Plusieurs tomes sont déjà sortis ce qui prolongera votre voyage.

Ps : Merci à l’auteur pour cette opportunité

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Un Temps de Chien par Cyrille Audebert

cover-1047

« Au cœur d’étranges événements, les lieutenants Margot Baudor et Octave Billy enquêtent sur des cadavres horriblement mutilés. L’assassin est-il un dangereux psychopathe ou un animal de légende comme certains détails tendent à le prouver ?
Entre mythologies celtes, crimes rituels et chasse à l’homme, une plongée dans un incroyable univers.
« Un Temps de Chien » est la suite de « L’Évangile selon Jacques Lucas« .

Instagram

C’est un savant mélange surnaturel et policier est intéressant. Le livre est bien rythmé on ne s’ennuie pas. réussir à faire cohabiter à 50 /50 ces deux styles sans en favoriser un, est un exercice de haute voltige bien géré ici.

Un reproche que je ferais est sur le nombre assez importants de personnages, certains au finals n’ont pas servi à grand chose. L’enquête est bien ficelée et le duo fonctionne pas mal, à voir si la suite des aventures tiennent leurs promesses.

Une fois que nous sommes dedans nous ne pouvons plus nous en sortir. Les tomes peuvent être lus séparément, je n’ai pour ma part pas lu le précédent tome.

Ps : Je remercie l’auteur pour cette lecture

Aurevy