Publié dans Auto édition

Anthéa : Livre 1 Les Mastels par Tia Wolff

Sans titre (31)

« 16 ans… Le printemps de la vie !
Pour Cassandra et Max, cette phrase va dépasser les limites qu’on lui pose habituellement.
Au départ, une amitié ancestrale remontant sur plusieurs générations, des amis, des cours ennuyeux, des cœurs prêts à s’emballer et des matchs de basket à gagner.
Le vent léger de l’adolescence.
Mais c’était sans compter sur les secrets de famille, sur les squelettes qui dorment dans les placards, sur les légendes qui sont parfois bien plus que ça.
Un bruissement infime dans la forêt, il y a de cela de nombreuses années.
Un autre siècle. Une autre époque
En apparence anodin mais véritable tempête à venir. Un battement d’aile de papillon en dormance.
Il suffira de rien, ou presque. D’un bracelet offert, pas du tout par hasard, pour chambouler leur vie.
Comment réagit-on quand on vous apprend soudainement que le monde dans lequel on évolue n’est que mensonge ?
Comment assimiler l’incompréhensible ?
Comment, surtout, continuer d’être un adolescent lambda avec son quotidien de tracas insignifiants ?
Entre doutes, magie, grimoires, secrets et inquiétudes, ils devront se frayer leur propre chemin. »

Instagram

Une lecture qui trainait dans ma PAL depuis plusieurs mois, elle m’a fait énormément de bien.

Dans les personnages principaux j’ai adoré Mia, elle est du genre qui ne sait rien mais qui en réalité en sait beaucoup sans s’en rendre compte ou sans le vouloir.

Cassandra est clairement le stéréotype e l’ado que tu as envie de claquer au prochain mur que tu vois ou contre un casier tellement elle est insupportable, on l’aime bien quand même un peu ! J’attends de voir son évolution pour la juger. Elle a le don grâce à sa copine Jude a se retrouver dans des situations complexes, surtout en ce qui concerne ses fréquentations qui font chavirer son cœur.

Max lui a tout de l’athlète star, qui ne veut pas se faire remarquer, qui a une copine Cheerleader juste pour dire qu’il est en couple, parce qu’il ne s’en préoccupe pas beaucoup ! Sa relation avec Cassandra est mignonne mais elle pourrait évoluer en mieux ou en pire. Il faut qu’il évite de la surprotéger malgré tout.

Les 2 personnages qui m’intriguent le plus sont Penny et Wallace. Wallace en fait des tonnes, il ne peut pas être juste « un ado ordinaire » ou alors il sera par la suite un bon soutien. Penny a cette capacité de savoir quoi dire quand il le faut sans que rien ne soit mentionné. Elle cache des choses, trop de choses je dirais.

L’univers est bien construit, je le trouve intéressant qu’ils doivent les informations, ça fait réfléchir. C’est mieux que de leur fournir toute la prophétie directe et leur dire quoi faire. Enfin pour l’instant celui qui réfléchit c’est Max !

Je suis impatiente de découvrir la suite de leurs aventures, connaître leurs nouvelles trouvailles et les futures rencontres.

Aurevy

Publié dans Non classé

Pour un oui pour un nom de Mily Roquefort

« Un trio d’amies trentenaires se réunit autour d’un verre tous les vendredis soir : Julie veut convaincre son petit-ami d’emménager avec elle, mais un imprévu pourrait gâcher ses plans. Valérie, qui avait du mal à oublier son ex, se sent prête à tourner la page après l’avoir revu. Enfin, Ambre confie son plus grand secret à un inconnu… tout en se faisant passer pour Valérie !
Ce premier roman est un chassé-croisé qui mêle amour, amitié, mensonges et trahison, une comédie romantique feel good qui réconcilie sentiments et quiproquos ! »

Site Web

Dans ce livre trop de personnes cachent des choses, leurs identités, des relations, des détails etc Les premiers chapitres traînent en longueur, j’aurais aimé que le rythme s’accélère avant le milieu du livre.

L’histoire de base est pas mal avec un clin d’œil à Cendrillon. C’est une comédie romantique classique entre amours, infidélités, coup dur, un Sex in the City en plus léger. La plume est agréable et le vocabulaire utilisé est bon.

Ce roman ne sera malgré tout pas un coup de cœur, certains chapitres et passages m’ont paru longuets. J’ai réussi à me perdre dans toute une pléiade d’événements qui se succèdent. Je pense qu’un chapitre par personnage aurait été plus avantageux pour structurer les évènements.

C’est pour cette raison que je n’ai pas réussie à m’attacher aux protagonistes, je n’avais pas la possibilité de me poser avec eux, qu’une nouvelle catastrophe leur tombait dessus. Il faut qu’on ai le temps de se poser avec eux pour vraiment les connaître et de les apprécier.

Malgré tout, ce livre est bien pour les personnes qui veulent se détendre ou les mordus de romance légère.

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

L’Homme qui courait sa vie Par Luca Tahtieazym

Sans titre (25)

« La ligne d’arrivée du semi-marathon auquel Martin participe chaque année est proche.
Une fois franchie, il retrouvera la routine d’une vie qui lui échappe. Alors, malgré le caleçon trempé de sueur qui le démange à l’entrejambe, Martin continue de courir.
Tant pis s’il ne sait pas où il va.
Après tout, ce n’est pas la destination qui compte, mais la manière de s’y rendre… »

Facebook

J’étais perplexe à la lecture du résumé, je me demandais où nous allions aller en parcourant les pages. Les premiers chapitres ont été d’une longueur pour moi, j’ai dû me concentrer pour continuer, je lâchais régulièrement. Je trouvais l’histoire molle.

Il faudra quasiment arriver à la fin du marathon pour que le rythme s’accélère et que Martin prenne son envol vers de nouveaux horizons. Il y aura des rencontres avec des personnes attachantes, des discussions incongrues, des discours qui rassurent ou qui vous motivent.

La plume de l’auteur est fluide qui s’enveloppe de mots bien choisis par l’auteur. Le roman en lui même m’a fait sourire à certains, même si ce n’est pas un coup de cœur. Je pense que ce livre peut redonner l’espoir ou nous mettre face au mur.

Il peut faire comprendre qu’il faut vivre le moment présent, de profiter de ce que nous avons aujourd’hui, que nous n’aurons plus demain.

Ps : je remercie l’auteur pour ce service presse

Aurevy

Publié dans Auto édition, Écosse

Les Ombres d’Edimbourg Tome 2 pas Anna Lyra

« Édimbourg, Écosse.
Un mal dort sous la ville depuis des siècles.
Aujourd’hui, il est en train de se réveiller…

Le temps des choix est venu.

L’énergie paranormale est en effervescence, à Édimbourg : les spectres de la ville deviennent chaque jour plus nombreux, plus agressifs, semant la terreur dans les rues. Les druides sont affaiblis et divisés suite au combat de Gilmerton Cove… Et, surtout, le professeur Campbell est porté disparu.

Alors que Carron, toujours privé de corps, reprend ses sinistres projets de fusion avec une dimension démoniaque, Emily découvre à la fois ses origines et ses pouvoirs de sorcière. Passé et présent s’entremêlent, ne laissant que peu de place au hasard…

Tiraillée entre ses sentiments naissants pour Ian et son ressentiment envers lui après ses accusations, Emily est perdue. Choisira-t-elle de rejoindre les rangs de la Confrérie des sorcières, là où son destin semble la mener, ou bien aidera-t-elle les druides à sauver le Professeur ?

Oserez-vous suivre Emily, et affronter à votre tour la face cachée d’Édimbourg ?« 

Avis Tome 1

Je l’ai lu en une après-midi, ça prouve à quel point j’étais impatiente de le lire. Je vous avoue d’emblée que pour Charlie je m’attendais à autre chose, on peut dire qu’il a fait un passage éclair. Dans ce tome 2, heureusement que le professeur est coincé dans le royaume des fées pour nous permettre d’en apprendre plus sur le collier et la menace qui stagne depuis plusieurs années. Si on devait compter sur les étudiants on serait mal barré, ils tournent en rond …

Doug est KO, il refait des apparitions de temps en temps pour être sûr qu’on ne l’oublie pas. Ian se contente principalement de faire des mauvais choix entre Emily, Cassie, La Roue et la récupération du professeur, il en oublie tout le reste. 

Emily quant à elle est perdue, elle ne sait pas à qui elle peut faire confiance, qui sont ses alliés, elle s’en veut pour avoir envoyé le professeur et n’arrive pas à maîtriser ses pouvoirs. Heureusement elle va apprendre à s’en servir en partie grâce à Clara et sa confrérie. Clara est un personnage que j’aime beaucoup, elle est complexe et a dû en vivre des aventures.

On rencontre de nouveaux personnages, un peu de sang neuf ce qui est bien dans ces temps tourmentés, certains nous parlent d’une ancienne prophétie. Pourquoi les autres n’en ont pas parlé avant ? Ceci n’est pas fairplay !! 

Je trouve que certains personnages sont un transparent dans ce tome, Jenny, Bruce et David, ils font des recherches pour aider Ian et retrouver leur professeur mais à part ça ils font un peu leur vie. La plume de l’auteur est toujours agréable et sa connaissance d’Édimbourg avec ses recherches historiques font tellement voyager !

Maintenant je n’ai qu’une envie: la sortie du dernier tome de la trilogie.

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Les hommes, ces enfoirés que l’on aime quand même Par Marine Mouzelard

« Les femmes sont des princesses. Elles sont belles, même si elles ont des imperfections, mais peut-on en dire autant des hommes ? De la grande congrégation des briseurs de cœur ? On a toutes déjà pensé à la meilleure vengeance. On s’est toutes déjà dit « on ne m’y reprendra plus ». On en a passé des nuits au téléphone à consoler nos amies ou à nous faire consoler. Un livre humoristique pour les femmes à lire en cas de rupture, de tromperie, d’absence de sa meilleure amie pour rire ou se remonter le moral. Vous allez aimer dire du mal de votre ex ! »

Instagram

J’ai adoré ce petit recueil en forme de leçon après rupture ou pour débuter une relation à peu près sans accroc. C’est drôle et rafraichissant de lire ce genre de chose sans prise de tête.

Il est très ludique avec pas mal de petits quiz ou les fameuses listes !! Je ne les ai pas tout faits par flemme, j’avoue ! Si vous voulez rire et vous sentir bien en couple ou non, je vous conseille cet ouvrage.

Il n’est pas évident de chroniquer un livre comme celui là, si je voulais vous en écrire plus, il faudrait vous détailler le livre dans son intégralité :p Dans certaines situations il vaut mieux pour nous de rire plutôt que de pleurer.

Ps : Merci à l’auteur pour la franche rigolade !

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Après la pluie par Alphonsine

« Depuis la mort de leur mère quatre ans auparavant, Rose et Abigail ne se parlent plus.
L’aînée investit tout son temps et toute son énergie dans sa jeune entreprise tandis que sa cadette vient d’écoper d’une peine de huit ans de prison. Toutes deux se débattent avec les exigences de leur nouvelle vie ; jusqu’à ce qu’un jour, en rentrant de l’un de ses nombreux voyages d’affaires, Rose découvre dans son courrier une lettre d’Abigail. La donne change, les langues se délient et ressurgissent alors peu à peu toutes les raisons de leur rupture…
Même celles que l’on ne peut s’avouer à soi-même. »

Instagram

Je vous avoue que pour le début de l’histoire j’ai eu du mal à m’y mettre. Dès les premières pages, on se retrouve dans une prison ou énormément de noms volent dans tous les sens, sont ils important pour le récit ? A mon sens pas vraiment. 

Ces premiers mots de lecture, on y découvre le destin tragique d’Abi enfermé pour une raison inconnue à ce moment-là. La 2eme protagoniste est elle aussi enfermée, dans un tout autre univers, celui du luxe et de la réussite. On la retrouve au début dans un hôtel 5 étoiles, ne sachant pas vraiment pourquoi, ce qui est déjà un point commun entre les deux jeunes femmes.

Les 2 femmes sont liées, chacune d’elles a été affectée par la mort de leur mère, à leur manière elle tente de se reconstruire. Pendant que l’une tente de survivre dans les tumultes de la vie carcérale, l’autre se noie dans le travail en oubliant même l’homme avec qui elle partage sa vie. Abigaël écrit une lettre à sa sœur qui va changer la donne et les faire toutes les 2 repenser leur vie. 

La plume est agréable, le roman est lui très humain, les jeunes femmes y sont bien représentées, elles ont beau être diamétralement opposées et pourtant si proches.

J’ai beaucoup aimé la cadence du livre une fois les premiers chapitres passés. 

Ps : Je remercie l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

Commissaire Chassepierre : Meurtre au Touquet par Marine Mouzelard

« Pauline Rossignol est une jeune bruxelloise névrosée, elle se cache derrière le personnage qu’elle s’est créé: devenir un écrivain. Elle s’en sert pour ne pas prendre de risque jusqu’à ce que son psychiatre, agacé par les mensonges de la jeune femme, ne la mette à l’épreuve de se dégoter une muse. Pauline jette son dévolu sur la commissaire Alice Chassepierre qui ne veut rien entendre. Son couple va mal et ils ont décidé de passer une semaine au Touquet dans un luxueux hôtel. C’était sans compter qu’à leur arrivée, le corps de la richissime Dona Claudia soit retrouvé sans vie dans la piscine. Un mensonge en entraînant un autre, Pauline n’ayant pas manqué de suivre la commissaire jusqu’en France, se retrouve à mener l’enquête à titre de consultante puisqu’elle est prise pour une célèbre écrivaine de romans policiers. Comment une femme armée au bord du divorce va se contenir pour ne pas assassiner elle-même une névrosée agaçante? Et qu’est-il arrivé à Dona Claudia ? »

Instagram

Je finis cet ouvrage en étant dubitative. Ce terme va en choquer plus d’un, au vue des retours très positifs. Le scénario du meurtre ainsi que le décor ont été déjà vu de multiple fois. Tout ce qui entoure la haute société, un mariage malheureux et des secrets inavouables.

Je lis pas mal de policiers, j’ai trouvé que celui-là était incomplet. De mon point de vue, un deuxième mort aurait permis d’accélérer de nouveau le rythme en mettant un coup de pression aux enquêteurs. Le personnage d’Alice Chassepierre est très bien construit, on arrive à bien la cerner, elle aboie beaucoup mais n’est pas réellement méchante, elle a été pas mal exploitée.

 Beaucoup n’ont pas eu cette chance, le commandant déjà je trouve qu’il a été trop docile, il en devient presque transparent. En lisant le livre j’ai eu l’impression qu’il n’y a réellement dans cet hôtel de luxe Spa que 3 salariés, le directeur, un réceptionniste, une femme de ménage et un serveur, les autres ne doivent pas vraiment exister puisque nous ne connaissons pas les résultats de leurs interrogatoires.

Le personnage de Pauline aurait pu être très bon, un atout (un peu comme dans la série Castle). Elle aurait pu faire comme tout bon auteur, fouiner partout et se retrouver dans des situations compromettantes. Malheureusement pour nous elle finit tragiquement pour la recherche d’une muse ce qui me laisse perplexe.

Beaucoup de secrets sont révélés au lecteur mais les enquêteurs ne savent rien, comme le chantage dont certains sont victimes, le coupable n’est pas vraiment inquiété. La révélation du meurtrier m’a laissé un goût amer, je ne trouve pas l’assassin crédible parce qu’en soit il n’y a pas de réel mobile. Le meurtrier aurait dû être une personne quasiment invisible dont tout le monde aurait oublié son existence. 

Une personne en rapport réel avec la victime. L’idée de base est bonne, elle a déjà fait ses preuves par le passé, ce qui me dérange c’est la façon dont elle a été exploitée et scénarisée. Cet ouvrage m’aurait plu s’il avait été développé encore ou s’il n’y avait pas eu trop d’histoires annexes, j’aurais sûrement compris pourquoi ce meurtrier ou eu de la sympathie pour d’autres personnages.

Là j’ai surtout l’impression d’un mélange de plusieurs scénarios d’Agatha Christie en un tome. Dans leur texte, j’ai remarqué plusieurs erreurs de syntaxes qui m’ont stoppés dans ma lecture notamment page 18, la page débutant par « Elle a donc ». Je n’aime pas faire de critique négative mais je resterais honnête sur mes avis.

Ps : Je remercie l’auteur pour cette lecture

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Magdanaëlle James, tome 3 : Sanction par M.G Groenwont

« Revenue vivante d’entre les mains de terribles démons, Magdanaëlle James peut à présent profiter de sa vie entourée de son petit-ami, Tomler. À l’heure où les loups-garous se rassemblent, les vampires et démons continuent de se détruire pour imposer leur loi. Alors qu’elle assiste à la peine de mort infligée à ses ravisseurs, Magdanaëlle se voit confier une nouvelle mission. Ben, l’arrogant loup-garou lui demande de l’aide afin de faire tomber un réseau de combats illégaux organisés par une très belle femme. Si la jeune humaine se plonge corps et âme dans cette affaire, ce n’est pas du goût de ses proches qui le lui font savoir. De leur côté, les quatre maîtres actuels des enfers, essayent de trouver un moyen afin de détruire Maximilien »

Magadanaëlle James T1

Magadanaëlle James T2

Comme ces prédécesseurs, je l’ai dévoré, impatiente de connaître la suite des aventures de Mag. On y découvre une relation compliquée entre Mag et Tomler, on se rend compte qu’ils ne se connaissent pas suffisamment, ils ne partagent pas les mêmes envies, bon ça on le savait déjà plus ou moins. Le changement d’attitude de Tomler, un brin possessif, violent a été révélateur sur son état et ses secrets.

J’ai beaucoup aimé l’évolution de Ben, il devient plus humain (même s’il ne l’est pas à la base) avec ses émotions, ses combats intérieurs, j’ai envie d’apprécier ce personnage. Mag s’affirme de plus en plus, le problème reste son obstination qui met un peu tout le monde en danger, si elle veut le faire on est ok mais il faut le faire bien ! Elle finit par créer elle – même son triangle amoureux comme si elle n’avait pas assez de problèmes, ça promet du grabuge pour la suite. 

Maximilien devient un bon protecteur pour Mag, il l’aide du mieux qu’il peut, il a aussi ses propres projets à suivre. Lui donner certains de ses dons n’était pas un si bon plan que ça, alors je sais qu’il s’en veut et désire qu’elle se protège mais il devrait réfléchir avant d’agir, c’est un roi non de non !

Dans ce tome, Asnan est plus en retrait, je dirais qu’il prend un peu de repos, il laisse aussi sa protégée se débrouiller et décide de faire confiance à d’autres Surnat. Le pauvre n’est pas au bout de ses peines ! Un personnage que j’adore c’est celui de Logan, toujours la réplique qu’il faut au bon moment, il me fait rire, il est loyal c’est un bon vampire. Hâte de voir son évolution, même si je sens que sa fin est proche. 

Nous avons l’apparition d’une nouvelle méchante, enfin pas tant que ça au vue de son passif, comme toujours elle veut le pouvoir, l’argent etc etc. Une femme de pouvoir méchante, c’est assez souvent le cas, bien sûr elle écrasera tout ce qu’elle trouve sur son chemin et inutile de vous dire qu’elle a Mag dans son viseur. Je m’étonne d’ailleurs que Mag ait mis autant de temps à savoir qui était cette personne. 

En résumé, ce tome est encore très bon avec de nombreux rebondissements, ainsi que de nouvelles pertes … L’auteure a toujours cette écriture fluide en arrivant à bien maintenir le rythme de l’histoire et faire vivre ses personnages.

Ps : Merci à l’auteur pour cette opportunitée

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Rien ne sera jamais plus comme avant…par Ellega Kieffer

« Rien n’est plus intime qu’une grossesse. Mais lorsque celle-ci s’interrompt, lorsqu’on perd son enfant tant attendu, tout s’effondre autour de nous. L’existence des futurs parents en est bouleversée à jamais. L’épreuve de cette perte se révèle aussi douloureuse que taboue. S’ouvre alors une autre dimension, dans laquelle la souffrance est quotidienne et où l’ignorance et l’incompréhension des autres nous plongent dans une profonde solitude. Comment faire le deuil de ce qui aurait pu être quand on ne peut l’évoquer ? Comment aller de l’avant et accepter ses émotions quand l’importance et l’impact de ce drame sont minimisés par le reste du monde ? Comment continuer avec la crainte que cela se reproduise ? Comment surmonter cet indicible chagrin qui nous ronge ? Avec toute la bienveillance et la sincérité qui la caractérise, Ellega nous livre un récit poignant inspiré de sa propre histoire dans l’espoir de libérer la parole autour du deuil périnatal. »

Instagram

Récit à la deuxième personne du singulier, ne reçoit aucun soutien de la part de ses proches ou corps médical, se retrouve même enfoncé dans les reproches. Gratuité de l’ouvrage pour arrêter de considérer ce sujet comme Tabou, il est temps que ces sujets arrêtent d’être choquant.

De l’émotion que peut donner l’impression au lecteur de vivre l’histoire en direct. On y voit les jours, les mois et les années passés avec ce même combat. Toujours dans une démarche d’éducation à la fin sont noté des espaces pour s’informer et en parler.

Certains passages sont durs, mais ils sont comme une thérapie que nous livre l’auteur en nous témoignant des différentes étapes. Histoire bouleversante, poignante, même si pour ma part je ne l’ai pas vécu de façon si intensive, n’ayant pas le besoin d’avoir d’enfants.

Je respecte par contre la douleur, le traumatisme vécu, je ne juge pas, chacun ressent les épreuves à sa façon et les gère pour ce qui est le mieux pour lui. Une méconnaissance de toutes ses choses est encore un ennemi redoutable de nos jours.

Si nous analysons bien la situation, enfanter ou non un enfant est sujet tabou, une femme qui n’arrive pas à avoir d’enfant est montré du doigt, une femme qui a trop d’enfants est aussi montrée du doigt et une femme qui ne veut pas d’enfant est critiquée.

Je suis contente d’avoir lu ce livre qui m’a appris énormément, l’apprentissage est important pour la connaissance de soi et d’autrui.

Même si ce livre ne m’a pas spécialement touchée, je ne le souhaite à personne. Ce livre sera sûrement mieux reçu par ceux qui sont passés par la case « enfanter » ou celle qui ont projets de l’être.

Ps : Je remercie l’auteure pour cette opportunité et lui envoi toute ma bienveillance pour la suite

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Homo Vampiris : La messagère tome 2 par Marie Rozsa

« Alors qu’Arduina est brusquement séparée de Sasha, elle se voit confier une mission délicate qui va lui demander toute sa diplomatie et une ouverture d’esprit sans précédent. Si elle ne parvient pas à rassembler les Homo Vampiris, qu’adviendra-t-il de ce monde ? Arrivera-t-elle à percer le mur qui la sépare des vampires ? Qu’en sera-t-il de celui qui s’érige soudain entre Sasha et elle ? Si une collaboration des espèces est vitale, elle ne sera pas pour autant facile, particulièrement avec toutes les trahisons qui sèment le trouble dans les communautés… »

Homo Vampiris T1

Quelle joie de retrouver Arduina face à son destin ! C’est comme si elle vivait depuis des années en connaissant l’existence de ces êtres exceptionnels, mais non elle ne les côtoie que depuis 15 jours. Elle se retrouve éloigné de Sasha contre son gré, en étant gentiment manipulée par une déesse pour accomplir une mission hautement périlleuse.

J’ai beaucoup ris en découvrant la mission d’Arduina, elle qui n’est ni posée ni diplomate, qui dit ce qu’elle pense sans se soucier des êtres en face, c’est une mission suicide ! Rassembler les clans, qu’elle ne connaît pas et qu’ils ne connaissent pas non plus, la crédibilité va être difficile à acquérir.

La réaction de Sasha face à la disparition a été de courte durée, je trouve ça un peu dommage, j’aurais aimé avoir l’échange entre lui et Aidwan. Vu qu’ils s’entendent de façon particulière ça aurait pu être drôle cet échange. Sasha se retrouve tiraillé par beaucoup de questionnements incessants sur toute sorte de choses, il est pas mal en retrait sur ce tome.

Un autre personnage presque inexistant dans le livre c’est Mathias, ça m’a rendu triste il aurait pu être un atout et ça aurait été marrant de le voir interagir avec d’autres comme Sam. Les rencontres avec de nouveaux clans avec leur façon de vivre, a été une super découverte dans ce tome, ça a permis de voir d’autres facettes de ce peuple.

Un peuple que je n’arrive pas à cerner, ni comprendre ce sont les Évolués, que je pense responsable de bien des maux qui se sont déroulés dans le passé. Ca m’a un peu chagriné qu’ils ne soient pas plus exploités dans cette suite, puis je me suis rappelé qu’on venait à peine de vraiment les rencontrer ce qui explique le manque d’informations.

Arduina est mis à rude épreuve par une déesse qu’elle ne connaît même pas, par ces actions à travers elle, Arduina se vide de son énergie, je ne sais pas si elle tiendra à ce rythme bien longtemps. Elle est poursuivis par le clan adverse qui à l’air d’être au courant de ses faits et gestes avant elle, comme si quelqu’un voyait l’avenir dans les rangs ennemis.

J’ai beaucoup aimé le passage en Irlande ou une jeune alliance encore fragile à vu le jour, il faudra maintenant la dompter et la fortifier au fil du temps. J’avoue n’avoir absolument rien compris à la dernière scène du livre et le « à suivre » n’aide en rien. Je suis sûre d’avoir mes réponses dans le 3eme tome, c’est assez frustrant !

Même si j’ai trouvé le livre un peu court (oui je suis exigeante mais c’est du boulot d’écrire un livre), je l’ai lu avec toujours autant de plaisir grâce à l’imagination et la plume fluide de l’auteure.

Ps : Merci à l’auteur pour m’avoir fait confiance une nouvelle fois !

Aurevy