Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Azmel Tome 2 Magie Alternative par Laura Wilhelm

« Après un malheureux événement et en proie à d’horribles douleurs, Léna doit reprendre sa vie en main. C’est le cœur brisé et le corps meurtri que l’aventure reprend de plus belle.
La Porte du Temps et son clan d’Élues lui font un merveilleux cadeau, mais son corps pourra-t-il supporter la charge que cela implique?
Sa mère n’était-elle qu’une humaine ou avait-elle finalement elle aussi des pouvoirs magiques ? Et pourquoi ne lui a-t-elle donc jamais parlé de l’existence de sa tante Morgane ?
Ses retrouvailles avec Rick lui laissent un goût amer dans la bouche. Réussira-t-elle à le ramener à la raison ou choisira-t-il de succomber définitivement à sa nature démoniaque?
Au delà de la magie et de ce monde éphémère, Léna va découvrir des secrets que sa famille pensait à jamais oubliés.
Encore une fois la jeune fille se retrouve confrontée à un choix qui changera sa vie, qu’elle le veuille ou non… »

AZMEL T1

J’étais si impatiente de découvrir la suite des aventures de Léna, je l’ai bien entendu dévoré en 1 jour. J’avoue avoir été un peu déçu, je devais avoir des exigences autres ou je voulais qu’on fasse comme j’avais envie moi. Avant de parler des personnages humains, parlons de Naja, fidèle compagnon de Léna. Dans cette suite on l’a côtoie énormément, peut être un peu trop, j’ai deviné facilement qu’il allait lui arriver malheur. Je ne suis absolument pas d’accord avec ça, on ne touche pas aux petites boules de poils. Je n’étais pas contente, genre le mode Kirby, vous voyez la petite balle rose ? LOL.

J’espère que l’auteur se rattrape pour Naja dans le tome 3. J’ai trouvé le périple de Rick très intéressant dans ce récit, il n’a pas l’air comme ça mais c’est un vrai prince charmant à sa manière. Léna m’a beaucoup irrité, on a toujours l’impression qu’elle subit sa vie, ce qui est vrai dans un sens. Elle est énervante à ne pas voir qu’une personne est suspecte, une fille débarque pendant ton absence, elle s’incruste dans ta bande et te colle limite aux basket mais tout est normal. Ce n’est pas après avoir fait la bêtise qu’il faut s’en inquiéter. Elle est obnubilée par son amour compliqué, sa vie malheureuse, qu’elle ne voit pas la chance qu’elle a. Un coup c’est elle veut Rick, après elle le veut plus, puis elle le veut à nouveau, c’est un premier amour mais il y a des limites.

Léna découvre encore des secrets de familles sur sa mère (à quand ceux sur le père), c’est pas beaux les secrets de familles comme ça, ça apporte que des ennuis.

J’ai trouvé les cousines ainsi que la tante pas mal en retrait sur ce tome, quand Léna n’est pas dans les parage ou consciente on ne sait pas ce qu’elles font, je trouve ça dommage, j’aurais aimé des scènes genre « pendant ce temps là ».

Malgré tous ces points que j’ai moins aimé, j’ai adoré retrouver la plume de l’auteur et lire la suite de leurs aventures. Alors oui je suis impatiente de lire le tome 3 parce qu’on ne sait jamais ce qui peut nous arriver !

Ps : Merci une nouvelle pour cette lecture

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Bleu par Laurent Cappe

« Ce roman s’Inspire très librement d’un fait réel : l’histoire d’une famille du Kentucky atteinte d’un mystérieux problème génétique, et qui vécut en marge du reste de la population jusqu’à ce que le mystère soit enfin résolu… A l’aube du vingtième siècle, au Village, vivent les Carson, une famille que tous considèrent comme des pestiférés. C’est que les Carson ont une particularité : ils ont la peau bleue, et personne ne connait l’origine de ce mal qui se transmet de père en fils.
Au Village, se trouve aussi le Manoir, pensionnat pour jeunes orphelines du canton. C’est là que grandit la jolie Frida, qui s’épanouit sous le regard avide de nombreux prétendants, dont Maurice Duriez, fils du puissant propriétaire de la brasserie locale et maire du Village. Un beau jour, Frida quitte le Manoir et s’installe à l’auberge de Rose et Guillaume.
Or, Charles Carson, l’homme a la peau bleue, et Frida sont follement amoureux, et cet amour va provoquer une déflagration dans la vie tranquille du Village. »

Facebook

Un roman fort qui traite du suicide, mort mais surtout du rejet ou du racisme, on pourrait le transposer sur n’importe quel forme de racisme actuel. Pendant votre lecture, vous êtes obligé de ressentir diverses émotions bonnes ou mauvaises, des moments sombres se profilent dans ce livre.

Dans cette histoire, on se retrouve peu à peu coupé du monde extérieur, prisonnier de ce village avec des préceptes bien connus de notre société actuelle. Nous vivons au rythme de ces villageois avec toutes leurs petites histoires, leurs secrets, le pouvoir, l’envie, la jalousie.

Malgré tout un jeune couple essaye de se démarquer, Charles et Frida, dommage que cela ne va pas durer longtemps et créer énormément de problèmes. Si les amours « interdit » et tragique ne vous plaisent pas, refermez ce livre et prenez en un autre.

L’auteur manie très bien les mots ce qui fait glisser les pages durant notre lecture. J’ai passé un bon moment avecce livre.

Ps : Merci à l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

COSMOS par Ahmed Elalfy

« Quête d’absolu / de liberté, de puissance, de mystique – folies juvéniles, nées du feu intarissable, éternel d’un poète aux abois. Les hautes solitudes, les hauts désirs, les hautes sensations / toutes les bassesses de l’insoutenable extase, les égarements vifs d’une âme en pleine divagation – tous les vertiges de la faim, de la soif / les souffrances inouïes, les maudits bonheurs, les satanées ambitions ! / Hallucinations, forces, rages et ardentes paix – arrogances ! / poésie. »

Instagram

La poésie est une lecture à part, elle a le pouvoir de transporter en te racontant une histoire sans vraiment la divulguer.

Ici l’auteur joue avec la mise en page pour donner une nouvelle dimension à ses textes. Les textes sont forts sans pour autant être violents.

J’ai beaucoup aimé l’indicateur en chiffre romain  en dessous de chaque morceaux de poèmes. J’ai apprécié la complexité avec laquelle l’auteur écrit , tout en se soustrayant à la facilité des mots. Le recueil est séparé en 3 parties distinctes.

Je ne pourrais vous donner plus une opinion car la poésie doit se ressentir. Une chose à retenir les textes sont bien écris et pertinent.

Pour le reste cela dépend si vous êtes sensibles ou non au charme poétique. Je relirais avec plaisir cet ouvrage.

Ps : Merci à l’auteur pour cette découverte.

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook

Mira: La Maudite d’Eulalie Lombard

« «Mon présent est la mort Pour expier tes péchés Et venger le trésor Que tu m’as dérobé.» Mira la Maudite. C’est ainsi que tout le monde l’appelle dans son dos. Mais Mira a l’habitude. Elle a appris à se taire. Dernière fille du puissant et redouté Alpha de la meute Drovski, elle est mise de côté, recluse, haïe. Elle n’a jamais quitté le territoire, pour toujours rester sous la surveillance des siens. Comme s’il fallait la protéger. »

Qui est Eulalie Lombard ? A 23 ans, Eulalie est passionnée par l’écriture et les sciences. Depuis l’âge de douze ans, elle écrit des romans où se mêlent magie et amour. Titulaire d’un master en cancérologie, elle poursuit son rêve de devenir écrivaine en publiant plusieurs sagas : Droit de Sang, Pour l’amour d’un Highlander et Mira.

Instagram

Je l’ai lu en moins de 72h, il est vraiment addictif, j’ai l’impression qu’avec cette auteure c’est régulier. J’ai toujours préféré les loups aux vampires, j’aime les loups par avance. Dès le début tu as mal pour Mira, au départ je ne comprenais pas pourquoi elle se laissait faire, dans un sens c’est un mal (très mauvais) pour un bien ! Quand elle quitte sa première meute, on se dit que tout est réglé … si seulement !

Quand Mira quitte sa famille, elle découvre la vie sous un autre point de vue. Mira est passive certes dans les premiers chapitres, elle se laisse guider pour s’imprégner des lieux, des liens avec sa nouvelle meute et tenter de se comprendre elle-même. 

Difficile pour une jeune femme de débarquer dans un nouvel environnement, « fiancée » de surcroit à un homme qui ne lui pas destiné de base. L’obstacle est de taille quand tout le monde à l’air de connaître son histoire alors que vous l’ignorez vous – même. Eirik lui se retrouve enlisé de toute part avec une compagne qui n’était pas celle prévue, sa meute qui perd son arrangement avec l’autre clan.

La horde qui a du mal à saisir le choix de son Alpha ou ne l’accepte pas, même en connaissant la VRAIE raison. Dernière contrainte, il ne sait pas comment se comporter avec Mira, il est noyé dans ses sentiments mais ne veut pas effrayés sa fiancé qui a un lourd héritage. Que de barrières à surmonter pour espérer retrouver un équilibre avec une meute unie envers et contre tout.

On ne lui fait pas de cadeau non plus après, le terme de « maudit » est bien choisi pour ça. Oui parce que les meutes de loups sont des petits filous qui ne font pas de cadeaux ! L’intrigue est tenue jusqu’au bout, pour un 1er tome de duologie je suis bien surprise. La plume de l’auteur est fluide, assurée, c’est tellement agréable à lire. 

À bientôt pour la suite !

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Rien ne sera jamais plus comme avant…par Ellega Kieffer

« Rien n’est plus intime qu’une grossesse. Mais lorsque celle-ci s’interrompt, lorsqu’on perd son enfant tant attendu, tout s’effondre autour de nous. L’existence des futurs parents en est bouleversée à jamais. L’épreuve de cette perte se révèle aussi douloureuse que taboue. S’ouvre alors une autre dimension, dans laquelle la souffrance est quotidienne et où l’ignorance et l’incompréhension des autres nous plongent dans une profonde solitude. Comment faire le deuil de ce qui aurait pu être quand on ne peut l’évoquer ? Comment aller de l’avant et accepter ses émotions quand l’importance et l’impact de ce drame sont minimisés par le reste du monde ? Comment continuer avec la crainte que cela se reproduise ? Comment surmonter cet indicible chagrin qui nous ronge ? Avec toute la bienveillance et la sincérité qui la caractérise, Ellega nous livre un récit poignant inspiré de sa propre histoire dans l’espoir de libérer la parole autour du deuil périnatal. »

Instagram

Récit à la deuxième personne du singulier, ne reçoit aucun soutien de la part de ses proches ou corps médical, se retrouve même enfoncé dans les reproches. Gratuité de l’ouvrage pour arrêter de considérer ce sujet comme Tabou, il est temps que ces sujets arrêtent d’être choquant.

De l’émotion que peut donner l’impression au lecteur de vivre l’histoire en direct. On y voit les jours, les mois et les années passés avec ce même combat. Toujours dans une démarche d’éducation à la fin sont noté des espaces pour s’informer et en parler.

Certains passages sont durs, mais ils sont comme une thérapie que nous livre l’auteur en nous témoignant des différentes étapes. Histoire bouleversante, poignante, même si pour ma part je ne l’ai pas vécu de façon si intensive, n’ayant pas le besoin d’avoir d’enfants.

Je respecte par contre la douleur, le traumatisme vécu, je ne juge pas, chacun ressent les épreuves à sa façon et les gère pour ce qui est le mieux pour lui. Une méconnaissance de toutes ses choses est encore un ennemi redoutable de nos jours.

Si nous analysons bien la situation, enfanter ou non un enfant est sujet tabou, une femme qui n’arrive pas à avoir d’enfant est montré du doigt, une femme qui a trop d’enfants est aussi montrée du doigt et une femme qui ne veut pas d’enfant est critiquée.

Je suis contente d’avoir lu ce livre qui m’a appris énormément, l’apprentissage est important pour la connaissance de soi et d’autrui.

Même si ce livre ne m’a pas spécialement touchée, je ne le souhaite à personne. Ce livre sera sûrement mieux reçu par ceux qui sont passés par la case « enfanter » ou celle qui ont projets de l’être.

Ps : Je remercie l’auteure pour cette opportunité et lui envoi toute ma bienveillance pour la suite

Aurevy

Publié dans Auto édition, Écosse

Les Ombres d’Edimbourg: L’Entre-Monde par Anna Lyra

« Édimbourg, Écosse.
Un mal dort sous la ville depuis des siècles.
Aujourd’hui, il est en train de se réveiller… Emily, jeune londonienne solitaire, méfiante et blasée, ne croit pas aux fantômes. Ni à la magie. Son monde bien réglé bascule pourtant le jour de son vingtième anniversaire, lorsqu’elle découvre à la fois Édimbourg et l’existence d’une autre réalité. Non seulement les fantômes existent bel et bien, mais il se pourrait qu’un mal plus puissant, plus sombre et plus ancien que les spectres de la ville soit à l’origine d’un grave dérèglement de l’Entre-Monde, cette zone sécurisée qui protège le monde des humains. Aux côtés de Ian et de son équipe d’étudiants en phénomènes paranormaux, Emily va découvrir une autre Édimbourg. Car, derrière les pittoresques pierres grises des closes et les vitrines brillantes des salons de thé, se dissimule une autre facette de la ville écossaise… Secrète. Sombre et dangereuse. L’envers du décor, peuplé de créatures ténébreuses. Pour sauver l’Entre-Monde, Emily va devoir s’enfoncer dans les Ombres d’Édimbourg. »

La fleur des Highlands

Instagram

On peut dire que ce livre est plein de surprises, Emily réfractaire à tout ce qui est paranormal, elle se retrouve plongée dedans. Tout ça à cause de non-dits familiaux, vous l’aurez compris les secrets de famille ont encore la dent dure au 21eme siècle. Elle découvre évidemment tous ces éléments le jour de son anniversaire, méfiez-vous de vos anniversaires sait-on jamais ! 
Ce que j’aime dans ce livre, c’est le caractère exécrable d’Emily, elle n’est pas sans défense loin de là, ne se laisse pas marcher sur les pieds ou encore fonce et réfléchit après ! Généralement ce sont les hommes qui sont va-t’en guerre. Elle part de Londres sur un coup de tête pour ne pas avoir à faire face à tout ça, elle ne veut pas de cet héritage, elle se retrouve à Edimbourg, l’endroit exact où le destin voulait qu’elle soit !

Ce livre à un univers riche qu’il me tarde de découvrir en profondeur, il y a tant de questions qui se posent au moment de la lecture … soupire il faut attendre pour les avoir. Anna Lyra prouve une nouvelle fois qu’elle maîtrise sa plume et les sujets à aborder dans n’importe quel genre.

Dans ce premier tome, il y a un personnage qui m’a beaucoup touché, elle y est représentée de façon distinguée contrairement à d’habitude. C’est La Dame Blanche, elle m’a plu sur sa façon d’entrer en contact avec Emily, de lui expliquer les choses pour qu’elle lui vienne en aide, par ses émotions changeantes, elle a été bien travaillé par l’auteur.

Les relations entre Ian et Emily sont complexes, on le comprend vite en voyant Ian voulant lui faire confiance mais n’ayant pas le droit de le faire. Je pense que les tensions vont encore s’accentuer dans le groupe d’étudiants car au final on ne sait pas ce qu’est Emily ni ses origines.

Je pense aussi que son meilleur ami va jouer un rôle dans les prochains tomes. Qui sait ? il n’a peut être pas le rôle que l’on croit et il en sait plus qu’il ne dit. L’évolution d’Emily promet d’être intéressante, dans ce tome on lui impose les choix à rebrousse poil, ça devrait aller mieux par la suite quand elle prendra confiance.

Vous l’aurez compris je suis impatiente de découvrir la suite des aventures d’Emily. À bientôt !

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Enquête en Anjou T3 : Les gabeleux par Gilles HOUDOUIN

« Été 1626 : Depuis le mois de février, la province d’Anjou subit une crise sanitaire, sans précédent depuis l’épidémie de peste de 1583. La population vit dans la peur. Les mauvaises conditions météorologiques laissent présager une famine. Cela ne dissuade pas les commis de la gabelle d’exercer comme toujours leurs contrôles contre les mariniers de Loire, à la recherche de sel de contrebande.
Un intrus dans une fosse commune : il n’en faut pas plus à nos sergents royaux pour repartir traquer le crime. »

Enquête en Anjou T1

Enquête en Anjou T2

Je viens de finir le tome 3 des enquêtes en Anjou, ce que j’aime avec ces livres, c’est d’apprendre en lisant comme un cours d’histoire amélioré. La période nommée dans ce livre n’est pas reposante, elle est aussi trouble que notre époque, peut être même plus que ce que nous vivons actuellement. Une épidémie fait rage, les pertes sont considérables, je trouve intéressant de voir comment ils ont géré la situation.

Notre héros Thomas Houdouin est mis à rude épreuve; lui aussi a subi des deuils, il en subira encore et pourtant il se relève pour continuer son chemin. J’avoue être admirative de sa volonté, son tempérament, une autre façon de penser même si certains diront que c’est son devoir. J’ai appris énormément sur l’acheminement du sel, son transport, les contrôles, tout ça fut fort bien instructif.

On se retrouve de nouveau dans une querelle Royale avec manigance, trahison et même espionnage, l’enquête était une fois de plus bien ficelée, notre Sergent Royal apprendra que tout ne se passe pas toujours comme on le souhaite. Je dois avouer qu’il y a une scène que je n’ai pas du tout appréciée, celle de la ferme qui prend feu.

Je ne vous en dévoilerai pas plus, de peur de révéler des informations quant à l’intrigue. L’écriture est fluide, elle devient plus sûre à chaque nouveau livre, la recherche est détaillée ce qui nous instruit en même temps.

L’auteur m’a proposé le SP en version numérique, j’ai fini par acheté la version papier pour ma maman qui a adoré les 2 premiers et les relis régulièrement.

Publié dans Auto édition, Écosse, Ebook, Service presse

Sous le soleil de la lune par Sonja Kourakine

« Great Lake City, Utah, 1861. À presque quatorze ans, Rébecca Brightman est une jeune fille intrépide et courageuse. Elle se rebelle contre la sévère éducation de son père, pasteur tyrannique et violent, qui nourrit en secret un terrible projet pour elle.
Derrière les brimades et les coups, elle rêve de découvrir le monde au delà des barrières de sa communauté. Au détour d’une rencontre inespérée, elle voit sa vie prendre un nouveau tournant. Son avenir est sur le point de changer à jamais. Le long chemin semé d’embûches sur lequel elle s’engage la menera-t-il au bout de sa quête d’elle même et sur la voie de l’amour? Réussira-t-elle à percer les mystères du pouvoir qui sommeille en elle, cette étrange différence qui la pousse à vouloir trouver la liberté ? »

Instagram

Ce livre à pour moi était un vrai coup de cœur ! Roman aventure, fantastique romance, tout y est !
On suit Rebecca qui vit dans une communauté mormone en Utah au 19eme siècle (quoi de plus logique, vu que cet État leur appartient quasiment), sa vie n’est pas toute rose loin de là, elle dérange le pasteur qui lui sert de père. Dans cette partie du livre il est question du mouvement mormon ou de l’église des saints des derniers à l’époque ou elle autorise la polygamie en traitant les femmes comme des objets toujours prêt à rejoindre le Malin. Heureusement pour nous cette communauté à bien évolué au fil du temps et nombreux de ses anciens préceptes ont été modifié.

Ce que j’aime dans ce livre c’est que tous le long de l’histoire on se rend compte que Rebecca ou le lecteur ne savent qui elle est, c’est intéressant, bon même si ses origines je les avais un peu deviné.  J’ai eu un coup de cœur aussi pour Whisper, si loyal et dévoué, il est un plus dans l’histoire à mon sens. Sans lui, les 2 principaux protagonistes auraient bien ramé dans leur quête. Un qui malheureusement a été bien sous exploité c’est Chayton, il pouvait apporter plus, en tant que lecteur on aurait dû avoir plus.

Nous avons un défilé remarquable de personnes tous plus différents les uns des autres, avec leurs propres histoires, pourtant tous le récit est cohérent et chacun trouve sa place. Ils ont tous leurs rôles, on ne se mélange pas avec tous les noms car ils viennent et repartent au fil de leurs missions et leurs envies. La course poursuite entre Rebecca et Allan est un peu lassante, heureusement qu’on y découvre de nouveaux lieux au fur et à mesure.

L’histoire de la mère de Rebecca a été sous exploité, il eut été intéressant de savoir « pourquoi » les évènements se passent ainsi. Pourquoi elle, pourquoi personne n’a rien entendu, qui a fait ça? J’ai cru à un moment que le passé d’Allan et Rebecca allait se rejoindre, vu ce qu’on nous apprend sur la famille du jeune homme, mais non.

L’écriture de l’auteure est fluide, la lecture est addictive, découvrir un écrit de cette qualité fait du bien. Un livre à découvrir les yeux fermés pour la multitude de cultures représentées, les décors et la détermination de Rebecca. Je m’interroge fortement pour me procurer la version papier !

Ps : Merci pour cette découverte !

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

L’urne de Xalanor – Tome I – La folie du roi par Vincent MacPhordyne

« Les royaumes d’Édorianne et d’Élikasar sont voisins, ils vivent en paix depuis la fin de la guerre des déchus, quelque cinq cents ans plus tôt. Cette fragile trêve est soudainement remise en question lorsque le roi Légirède apprend que des armées élikasariennes bivouaquent à ses frontières. Le roi Ollon jure de ne réaliser que de simples manœuvres. Coincé dans sa folie, Légirède ne croit plus ses conseillers qui tentent de le tempérer – certains se verraient même le renverser. Il veut partir en guerre afin d’honorer ses ancêtres et faire valoir son droit. Cependant, il n’aurait aucune chance contre la stratégie et l’évolution technologique du royaume d’Élikasar. La paix l’emportera-t-elle sur la folie ? »

Amazon

Je dois vous avouer que ce livre m’a pas mal intrigué, il est riche en vocabulaire et riche en vulgarité aussi. Si vous lisez l’ouvrage vous comprendrez vite pourquoi tant d’insultes. La paix y est fragile comme souvent, être en conflit et tellement plus simple que d’être en paix.
Dans ce livre, nous partons dans un style Moyenâgeux fantastique, ce qui explique ce besoin de laver l’honneur sans cesse.
Ce qui me dérange dans ce tome c’est le rythme un peu lent, certaines scènes qui ne font pas avancer l’histoire et un manque d’action, je comprends qu’il faut bien planter le décor.

Là, je trouve qu’on y va un peu trop en douceur.
Le nombre de personnages me pose aussi problème, certains ont été bien travaillé ce qui se ressent, ils ont l’air un peu plus vivant. Après aucun n’est vraiment fiable, ils sont tous plus fourbes les uns des autres.
Ce qui m’a amusé, la taille des chapitres changeant, ce livre est traitre, tu ne peux pas te dire « un dernier chapitre et j’arrête » parce que tu ne sais pas s’il ne va pas être plus long que les autres et tu finiras en retard dans ton programme.
L’intrigue en elle même est intéressant niveau conflit politique, le sujet est bien maîtrisé.
Dans l’ensemble c’est une bonne découverte, à voir si dans la suite, le rythme prend un peu d’élan et si de nouveaux personnages se dévoilent.

Ps : Merci à l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Petite maison d'édition, Service presse

Pax Deorum – Livre I : Il était une fois, Rome…par Cédric Plouvier

« Début du IVe siècle avant J-C. Rome est en passe de dominer complètement le Latium, une région fertile du centre de l’Italie. Puissante, la ville bouillonne pourtant intérieurement. Les intrigues familiales et politiques au Sénat et dans les grandes maisons, les querelles d’ego, ainsi que les affaires sales dans les quartiers populaires aux mains des bandits, sont le lot quotidien de la Ville. Celle-ci est également confrontée aux menaces croissantes des peuples voisins, notamment étrusques, l’obligeant à mener des guerres continuelles. C’est ainsi que depuis plusieurs années Rome assiège la cité de Véies qu’elle ne parvient toujours pas à soumettre. A tout cela s’ajoutent d’étranges évènements qui se multiplient jusque dans les campagnes environnantes. Des phénomènes que personne ne parvient à interpréter et qui poussent les Romains à s’interroger sur leur destin. Est-ce un signe des dieux ? Ont-ils eut tort d’entreprendre leurs guerres ? De quelle nature est la menace qui pèse sur Rome ? »

Site Web

1er Tome très documenté, la recherche y est imposante. Beaucoup de termes en latin y sont employés pour permettre une immersion totale et un petit aperçu de cette langue pour ceux qui ne l’ont pas étudiée.

L’auteur connaît son sujet  et réussit à caser les informations sans nous assommer d’un cours magistral. La multitude de personnages réussies à faire se perdre le lecteur, il est difficile de s’y retrouver. 

Il y a une pléiade de noms masculins, où les noms féminins sont absents, sans doute l’époque qui veut cela. Le scénario et la recherche sont bons mais les protagonistes sont malheureusement fades sans émotion.

Espérons que le prochain tome rehausse cette partie de l’histoire.

Ps : Merci pour cette découverte

Aurevy