Publié dans Auto édition

Anthéa : Livre 1 Les Mastels par Tia Wolff

Sans titre (31)

« 16 ans… Le printemps de la vie !
Pour Cassandra et Max, cette phrase va dépasser les limites qu’on lui pose habituellement.
Au départ, une amitié ancestrale remontant sur plusieurs générations, des amis, des cours ennuyeux, des cœurs prêts à s’emballer et des matchs de basket à gagner.
Le vent léger de l’adolescence.
Mais c’était sans compter sur les secrets de famille, sur les squelettes qui dorment dans les placards, sur les légendes qui sont parfois bien plus que ça.
Un bruissement infime dans la forêt, il y a de cela de nombreuses années.
Un autre siècle. Une autre époque
En apparence anodin mais véritable tempête à venir. Un battement d’aile de papillon en dormance.
Il suffira de rien, ou presque. D’un bracelet offert, pas du tout par hasard, pour chambouler leur vie.
Comment réagit-on quand on vous apprend soudainement que le monde dans lequel on évolue n’est que mensonge ?
Comment assimiler l’incompréhensible ?
Comment, surtout, continuer d’être un adolescent lambda avec son quotidien de tracas insignifiants ?
Entre doutes, magie, grimoires, secrets et inquiétudes, ils devront se frayer leur propre chemin. »

Instagram

Une lecture qui trainait dans ma PAL depuis plusieurs mois, elle m’a fait énormément de bien.

Dans les personnages principaux j’ai adoré Mia, elle est du genre qui ne sait rien mais qui en réalité en sait beaucoup sans s’en rendre compte ou sans le vouloir.

Cassandra est clairement le stéréotype e l’ado que tu as envie de claquer au prochain mur que tu vois ou contre un casier tellement elle est insupportable, on l’aime bien quand même un peu ! J’attends de voir son évolution pour la juger. Elle a le don grâce à sa copine Jude a se retrouver dans des situations complexes, surtout en ce qui concerne ses fréquentations qui font chavirer son cœur.

Max lui a tout de l’athlète star, qui ne veut pas se faire remarquer, qui a une copine Cheerleader juste pour dire qu’il est en couple, parce qu’il ne s’en préoccupe pas beaucoup ! Sa relation avec Cassandra est mignonne mais elle pourrait évoluer en mieux ou en pire. Il faut qu’il évite de la surprotéger malgré tout.

Les 2 personnages qui m’intriguent le plus sont Penny et Wallace. Wallace en fait des tonnes, il ne peut pas être juste « un ado ordinaire » ou alors il sera par la suite un bon soutien. Penny a cette capacité de savoir quoi dire quand il le faut sans que rien ne soit mentionné. Elle cache des choses, trop de choses je dirais.

L’univers est bien construit, je le trouve intéressant qu’ils doivent les informations, ça fait réfléchir. C’est mieux que de leur fournir toute la prophétie directe et leur dire quoi faire. Enfin pour l’instant celui qui réfléchit c’est Max !

Je suis impatiente de découvrir la suite de leurs aventures, connaître leurs nouvelles trouvailles et les futures rencontres.

Aurevy

Publié dans Non classé

Pour un oui pour un nom de Mily Roquefort

« Un trio d’amies trentenaires se réunit autour d’un verre tous les vendredis soir : Julie veut convaincre son petit-ami d’emménager avec elle, mais un imprévu pourrait gâcher ses plans. Valérie, qui avait du mal à oublier son ex, se sent prête à tourner la page après l’avoir revu. Enfin, Ambre confie son plus grand secret à un inconnu… tout en se faisant passer pour Valérie !
Ce premier roman est un chassé-croisé qui mêle amour, amitié, mensonges et trahison, une comédie romantique feel good qui réconcilie sentiments et quiproquos ! »

Site Web

Dans ce livre trop de personnes cachent des choses, leurs identités, des relations, des détails etc Les premiers chapitres traînent en longueur, j’aurais aimé que le rythme s’accélère avant le milieu du livre.

L’histoire de base est pas mal avec un clin d’œil à Cendrillon. C’est une comédie romantique classique entre amours, infidélités, coup dur, un Sex in the City en plus léger. La plume est agréable et le vocabulaire utilisé est bon.

Ce roman ne sera malgré tout pas un coup de cœur, certains chapitres et passages m’ont paru longuets. J’ai réussi à me perdre dans toute une pléiade d’événements qui se succèdent. Je pense qu’un chapitre par personnage aurait été plus avantageux pour structurer les évènements.

C’est pour cette raison que je n’ai pas réussie à m’attacher aux protagonistes, je n’avais pas la possibilité de me poser avec eux, qu’une nouvelle catastrophe leur tombait dessus. Il faut qu’on ai le temps de se poser avec eux pour vraiment les connaître et de les apprécier.

Malgré tout, ce livre est bien pour les personnes qui veulent se détendre ou les mordus de romance légère.

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Les hommes, ces enfoirés que l’on aime quand même Par Marine Mouzelard

« Les femmes sont des princesses. Elles sont belles, même si elles ont des imperfections, mais peut-on en dire autant des hommes ? De la grande congrégation des briseurs de cœur ? On a toutes déjà pensé à la meilleure vengeance. On s’est toutes déjà dit « on ne m’y reprendra plus ». On en a passé des nuits au téléphone à consoler nos amies ou à nous faire consoler. Un livre humoristique pour les femmes à lire en cas de rupture, de tromperie, d’absence de sa meilleure amie pour rire ou se remonter le moral. Vous allez aimer dire du mal de votre ex ! »

Instagram

J’ai adoré ce petit recueil en forme de leçon après rupture ou pour débuter une relation à peu près sans accroc. C’est drôle et rafraichissant de lire ce genre de chose sans prise de tête.

Il est très ludique avec pas mal de petits quiz ou les fameuses listes !! Je ne les ai pas tout faits par flemme, j’avoue ! Si vous voulez rire et vous sentir bien en couple ou non, je vous conseille cet ouvrage.

Il n’est pas évident de chroniquer un livre comme celui là, si je voulais vous en écrire plus, il faudrait vous détailler le livre dans son intégralité :p Dans certaines situations il vaut mieux pour nous de rire plutôt que de pleurer.

Ps : Merci à l’auteur pour la franche rigolade !

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Après la pluie par Alphonsine

« Depuis la mort de leur mère quatre ans auparavant, Rose et Abigail ne se parlent plus.
L’aînée investit tout son temps et toute son énergie dans sa jeune entreprise tandis que sa cadette vient d’écoper d’une peine de huit ans de prison. Toutes deux se débattent avec les exigences de leur nouvelle vie ; jusqu’à ce qu’un jour, en rentrant de l’un de ses nombreux voyages d’affaires, Rose découvre dans son courrier une lettre d’Abigail. La donne change, les langues se délient et ressurgissent alors peu à peu toutes les raisons de leur rupture…
Même celles que l’on ne peut s’avouer à soi-même. »

Instagram

Je vous avoue que pour le début de l’histoire j’ai eu du mal à m’y mettre. Dès les premières pages, on se retrouve dans une prison ou énormément de noms volent dans tous les sens, sont ils important pour le récit ? A mon sens pas vraiment. 

Ces premiers mots de lecture, on y découvre le destin tragique d’Abi enfermé pour une raison inconnue à ce moment-là. La 2eme protagoniste est elle aussi enfermée, dans un tout autre univers, celui du luxe et de la réussite. On la retrouve au début dans un hôtel 5 étoiles, ne sachant pas vraiment pourquoi, ce qui est déjà un point commun entre les deux jeunes femmes.

Les 2 femmes sont liées, chacune d’elles a été affectée par la mort de leur mère, à leur manière elle tente de se reconstruire. Pendant que l’une tente de survivre dans les tumultes de la vie carcérale, l’autre se noie dans le travail en oubliant même l’homme avec qui elle partage sa vie. Abigaël écrit une lettre à sa sœur qui va changer la donne et les faire toutes les 2 repenser leur vie. 

La plume est agréable, le roman est lui très humain, les jeunes femmes y sont bien représentées, elles ont beau être diamétralement opposées et pourtant si proches.

J’ai beaucoup aimé la cadence du livre une fois les premiers chapitres passés. 

Ps : Je remercie l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

Commissaire Chassepierre : Meurtre au Touquet par Marine Mouzelard

« Pauline Rossignol est une jeune bruxelloise névrosée, elle se cache derrière le personnage qu’elle s’est créé: devenir un écrivain. Elle s’en sert pour ne pas prendre de risque jusqu’à ce que son psychiatre, agacé par les mensonges de la jeune femme, ne la mette à l’épreuve de se dégoter une muse. Pauline jette son dévolu sur la commissaire Alice Chassepierre qui ne veut rien entendre. Son couple va mal et ils ont décidé de passer une semaine au Touquet dans un luxueux hôtel. C’était sans compter qu’à leur arrivée, le corps de la richissime Dona Claudia soit retrouvé sans vie dans la piscine. Un mensonge en entraînant un autre, Pauline n’ayant pas manqué de suivre la commissaire jusqu’en France, se retrouve à mener l’enquête à titre de consultante puisqu’elle est prise pour une célèbre écrivaine de romans policiers. Comment une femme armée au bord du divorce va se contenir pour ne pas assassiner elle-même une névrosée agaçante? Et qu’est-il arrivé à Dona Claudia ? »

Instagram

Je finis cet ouvrage en étant dubitative. Ce terme va en choquer plus d’un, au vue des retours très positifs. Le scénario du meurtre ainsi que le décor ont été déjà vu de multiple fois. Tout ce qui entoure la haute société, un mariage malheureux et des secrets inavouables.

Je lis pas mal de policiers, j’ai trouvé que celui-là était incomplet. De mon point de vue, un deuxième mort aurait permis d’accélérer de nouveau le rythme en mettant un coup de pression aux enquêteurs. Le personnage d’Alice Chassepierre est très bien construit, on arrive à bien la cerner, elle aboie beaucoup mais n’est pas réellement méchante, elle a été pas mal exploitée.

 Beaucoup n’ont pas eu cette chance, le commandant déjà je trouve qu’il a été trop docile, il en devient presque transparent. En lisant le livre j’ai eu l’impression qu’il n’y a réellement dans cet hôtel de luxe Spa que 3 salariés, le directeur, un réceptionniste, une femme de ménage et un serveur, les autres ne doivent pas vraiment exister puisque nous ne connaissons pas les résultats de leurs interrogatoires.

Le personnage de Pauline aurait pu être très bon, un atout (un peu comme dans la série Castle). Elle aurait pu faire comme tout bon auteur, fouiner partout et se retrouver dans des situations compromettantes. Malheureusement pour nous elle finit tragiquement pour la recherche d’une muse ce qui me laisse perplexe.

Beaucoup de secrets sont révélés au lecteur mais les enquêteurs ne savent rien, comme le chantage dont certains sont victimes, le coupable n’est pas vraiment inquiété. La révélation du meurtrier m’a laissé un goût amer, je ne trouve pas l’assassin crédible parce qu’en soit il n’y a pas de réel mobile. Le meurtrier aurait dû être une personne quasiment invisible dont tout le monde aurait oublié son existence. 

Une personne en rapport réel avec la victime. L’idée de base est bonne, elle a déjà fait ses preuves par le passé, ce qui me dérange c’est la façon dont elle a été exploitée et scénarisée. Cet ouvrage m’aurait plu s’il avait été développé encore ou s’il n’y avait pas eu trop d’histoires annexes, j’aurais sûrement compris pourquoi ce meurtrier ou eu de la sympathie pour d’autres personnages.

Là j’ai surtout l’impression d’un mélange de plusieurs scénarios d’Agatha Christie en un tome. Dans leur texte, j’ai remarqué plusieurs erreurs de syntaxes qui m’ont stoppés dans ma lecture notamment page 18, la page débutant par « Elle a donc ». Je n’aime pas faire de critique négative mais je resterais honnête sur mes avis.

Ps : Je remercie l’auteur pour cette lecture

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Contes des Clans : Inéluctable par Elsy Devaine

« « La noirceur d’une histoire déjà écrite, la grisaille d’un dessin que l’on esquisse et la blancheur d’une page vierge où tout est encore possible. » Des siècles se sont écoulés depuis la Guerre de la Trinité qui a opposé les Oracles et les Vieux-sangs aux impitoyables Inéluctables. Les liens unissant les Gardiens du temps sont brisés et le Grand Déséquilibre perdure. Il déchaîne encore et toujours une Brume mortelle sur les Clans, menaçant inexorablement l’existence de l’humanité tout entière. Tyee est un paladin ambitieux en mission pour le Conseil. Par un étrange concours de circonstances, il fait la capture d’Helesys, une jeune femme aussi fascinante qu’énigmatique. Son apparente association avec le Faucheur, un criminel recherché par ses supérieurs hiérarchiques depuis des cycles, est une opportunité inespérée pour sa carrière. Tous les rêves de Tyee semblent enfin à sa portée mais le prix à payer risque d’être bien plus élevé que ce qu’il avait escompté. »

Instagram

J’ai eu du mal à comprendre le prologue, ce qui a ralenti mon envie de découvrir la suite. Il m’a fallu un bon nombre de chapitres pour m’accrocher un peu à l’histoire. A la différence de ma mère qui elle a accroché tout de suite, elle est en attente de la version papier pour continuer sa lecture.

Tout cela pour expliquer, qu’on a beau toute les 2 aimer les même genre de lecture, notre ressenti est différent. J’ai beaucoup aimé l’univers, chaque peuple à son histoire, ça montre la recherche et la création de l’auteur.

Les personnages que j’ai apprécié sont Lyall et Helfest, ils sont caractériels, sombres, bourré d’humour comme j’aime mes personnages. En revanche j’aurais aimé que Nahele apparaisse plus tôt, il possède un rôle important dans le dénouement pourtant il arrive très tardivement dans le récit.

Il aurait été intéressant qu’il dispose de plusieurs confrontations avec l’un ou l’autre des camps, ça lui aurait permis une plus grande profondeur et complexité. Pour Noor aussi j’aurais voulu en savoir plus, peut être des apparitions à d’autres personnages que Lyall, qu’elle est une interaction propre pour montrer une vérité. 

Les messages transmis dans le livre sont pas mal, ne pas se fier aux rumeurs, ne pas juger une personne sur son passé ou sur ses origines. L’Épilogue est bien détaillé on apprend, ce que deviennent les personnages et leur possible avenir, on espère aussi qu’ils seront nous enquiquiner ce qui n’est pas gagné.

J’ai apprécié ma lecture dans l’ensemble, la plume de l’auteur étant fluide.

Ps : Je remercie l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Homo Vampiris : La messagère tome 2 par Marie Rozsa

« Alors qu’Arduina est brusquement séparée de Sasha, elle se voit confier une mission délicate qui va lui demander toute sa diplomatie et une ouverture d’esprit sans précédent. Si elle ne parvient pas à rassembler les Homo Vampiris, qu’adviendra-t-il de ce monde ? Arrivera-t-elle à percer le mur qui la sépare des vampires ? Qu’en sera-t-il de celui qui s’érige soudain entre Sasha et elle ? Si une collaboration des espèces est vitale, elle ne sera pas pour autant facile, particulièrement avec toutes les trahisons qui sèment le trouble dans les communautés… »

Homo Vampiris T1

Quelle joie de retrouver Arduina face à son destin ! C’est comme si elle vivait depuis des années en connaissant l’existence de ces êtres exceptionnels, mais non elle ne les côtoie que depuis 15 jours. Elle se retrouve éloigné de Sasha contre son gré, en étant gentiment manipulée par une déesse pour accomplir une mission hautement périlleuse.

J’ai beaucoup ris en découvrant la mission d’Arduina, elle qui n’est ni posée ni diplomate, qui dit ce qu’elle pense sans se soucier des êtres en face, c’est une mission suicide ! Rassembler les clans, qu’elle ne connaît pas et qu’ils ne connaissent pas non plus, la crédibilité va être difficile à acquérir.

La réaction de Sasha face à la disparition a été de courte durée, je trouve ça un peu dommage, j’aurais aimé avoir l’échange entre lui et Aidwan. Vu qu’ils s’entendent de façon particulière ça aurait pu être drôle cet échange. Sasha se retrouve tiraillé par beaucoup de questionnements incessants sur toute sorte de choses, il est pas mal en retrait sur ce tome.

Un autre personnage presque inexistant dans le livre c’est Mathias, ça m’a rendu triste il aurait pu être un atout et ça aurait été marrant de le voir interagir avec d’autres comme Sam. Les rencontres avec de nouveaux clans avec leur façon de vivre, a été une super découverte dans ce tome, ça a permis de voir d’autres facettes de ce peuple.

Un peuple que je n’arrive pas à cerner, ni comprendre ce sont les Évolués, que je pense responsable de bien des maux qui se sont déroulés dans le passé. Ca m’a un peu chagriné qu’ils ne soient pas plus exploités dans cette suite, puis je me suis rappelé qu’on venait à peine de vraiment les rencontrer ce qui explique le manque d’informations.

Arduina est mis à rude épreuve par une déesse qu’elle ne connaît même pas, par ces actions à travers elle, Arduina se vide de son énergie, je ne sais pas si elle tiendra à ce rythme bien longtemps. Elle est poursuivis par le clan adverse qui à l’air d’être au courant de ses faits et gestes avant elle, comme si quelqu’un voyait l’avenir dans les rangs ennemis.

J’ai beaucoup aimé le passage en Irlande ou une jeune alliance encore fragile à vu le jour, il faudra maintenant la dompter et la fortifier au fil du temps. J’avoue n’avoir absolument rien compris à la dernière scène du livre et le « à suivre » n’aide en rien. Je suis sûre d’avoir mes réponses dans le 3eme tome, c’est assez frustrant !

Même si j’ai trouvé le livre un peu court (oui je suis exigeante mais c’est du boulot d’écrire un livre), je l’ai lu avec toujours autant de plaisir grâce à l’imagination et la plume fluide de l’auteure.

Ps : Merci à l’auteur pour m’avoir fait confiance une nouvelle fois !

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Rien de grave, je t’assure par Jean-Luc Rogge

« Adeline, la cinquantaine, deux enfants, en couple avec Pascal, s’accommode parfaitement de son existence monotone de petite-bourgeoise provinciale.
Un jour, toutefois, une révélation inattendue ébranle profondément les certitudes de la mère de famille.
Peu après, Adeline disparaît.
Dès lors, les questions se posent et les masques tombent.
Puis, les événements s’enchaînent et les rebondissements se multiplient.
Les drames surgissent ; la mort rôde.
Toute une famille est subitement entraînée dans un tourbillon insensé dont chaque membre, à sa manière, devra tenter d’échapper.
Toutefois, quoi que l’on décide, quoi que l’on fasse, rien ne s’arrête jamais ! Rien de grave, je t’assure : le récit palpitant d’une intrigue familiale aux allures de thriller.
« 

Qui est Jean – Luc Rogge ? Né en Belgique, mais avec une ascendance tant flamande que française, j’ai vécu de nombreuses années dans une rue située à quelques pas de la frontière franco-belge. Opposé aux clivages nationaux, source continuelle de conflits, j’aime me considérer comme un simple citoyen du monde.
Avide, depuis ma plus tendre enfance, de rêves et d’évasion, j’ai trouvé, très vite, grâce à la littérature, le moyen d’échapper à la monotonie de l’existence et de découvrir ainsi mille et un univers, de vivre une multitude de vies.
Depuis 2013, j’ai publié, en autoédition, six recueils de nouvelles, genre que j’aimerais voir revalorisé chez nous, et un roman.

Site web

Ceci est un roman drame familial sur fond de thriller, un genre que je n’affectionne pas vraiment, mais je donne toujours sa chance à chaque auteur. Le livre est séparé en deux parties, la première est centrée sur une disparition et la deuxième est plutôt la reconstruction suite aux révélations.

La plume est belle avec une histoire rythmée, elle se lira rapidement pour les fans du genre. Maintenant ce qui m’a perturbée dans ce livre c’est la noirceur de cette famille. On part d’une famille dites « ordinaire » mais on se retrouve au milieu de secrets révélés sans cesse.

On passe par tous les drames possible et imaginable, cela fait un peu trop pour une seule famille, ou alors celle-ci a vraiment la poisse. On a énormément de mal à s’y retrouver, ce qui peut gâcher le fait de lire le récit.

Il aurait peut-être fallu séparer en deux tomes différents pour 2 familles distinctes. Je suis persuadée que ce livre trouvera son public.

Ps : Merci à l’auteure pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Des milliers de petites étoiles flottantes Par Claire Devillers

« Charlotte, 16 ans, mène une vie d’ado pas vraiment simple, entre difficultés scolaires, mère dépressive et père absent. Pour couronner le tout, sa meilleure amie change de lycée…
Sa rencontre avec Adam, un garçon plus âgé, va bouleverser sa vie.
Aux yeux de Charlotte, Adam est le premier amour rêvé. C’est évident : il n’a aucun défaut !
Mais au fil du temps, Adam se dévoile. Et le jeune homme parfait se révèle un peu trop curieux. Un peu trop possessif. Un peu trop jaloux.
Un peu ? Ou beaucoup trop ? »

Instagram

Charlotte est un personnage assez attachant qui a dû porter bien des responsabilités malgré son jeune âge. Elle cherche à se vider la tête en lisant et écrivant, tout en essayant de sauver sa mère d’une énième dépression.

Elle va finir par tomber amoureuse, c’est beau l’amour sauf quand il décide d’être toxique. Nous découvrons au fur et à mesure que l’amour peut être très beau comme il peut être très sombre. Les sujets abordés ne sont pas anodins puisque nous survolons la dépression, le harcèlement scolaire, les violences conjugales etc.

Ce qui est intéressant c’est l’évolution de Charlotte au fil des pages, qui l’a fait prendre ses propres décisions et son envol. L’auteur a écrit son récit de façon fluide, son texte n’est pas alourdi malgré les sujets difficiles traités dedans.

Ce livre mériterait une large audience pour les thèmes abordés et l’angle utilisé au récit.

Ps : Je remercie l’auteur pour cette découverte

Aurevy

Publié dans Auto édition, Écosse, Service presse

KITTY KITTY – Le futur qui ne fut jamais Vol.1 : RETRO COSMOS de Quentin RAFFOUX

« Les chats auraient été les premiers sur la Lune, si les Soviétiques n’y avaient pas planté le drapeau rouge dès 1949. Depuis, l’humanité repousse ses colonies aux confins du système solaire. Elle y consacre toutes ses ressources scientifiques et industrielles, si bien que ses codes culturels sont figés dans les années 1980.  C’est dans ce futur uchronique que Lee, le chat, survit avec « sa » sapiens de partenaire, Ali. À bord du Kitty, ce duo de chasseurs de primes parcourt le cosmos sans pitié en enchaînant les catastrophes. »

Qui est Quentin Raffoux ? Je suis Quentin, auteur francophone basé au Québec. J’écris principalement de la science-fiction et navigue entre les sous-genres du cyberpunk, du space opera, du post-apocalyptique et du space westerm.

Site web

Plongez dans une ambiance année 80 et partons en voyage dans l’espace où les humains y ont créé leurs nouvelles résidences secondaires. Lee le chat intrépide avec son humaine Ali, ensemble ils chassent les bandits, n’ont pas pour la gloire mais pour les récompenses.

Ce petit ouvrage est séparé en 8 nouvelles qui sont tantôt joyeuses ou très sombres, chaque Nouvelle nous conduit dans une destination différente, on découvre les différents lieux avec plaisir à chaque fois. C’est coloré avec un mélange de plusieurs genres, surtout du Sci-fi ce qui donne un rendu peu commun.

Tout se découvre par les yeux du chat, c’est une vision intéressante, il est espiègle mais aussi caractériel, un chat en somme ! J’ai beaucoup aimé cette lecture très complète. Plusieurs tomes sont déjà sortis ce qui prolongera votre voyage.

Ps : Merci à l’auteur pour cette opportunité

Aurevy