Publié dans Auto édition

Aurore is not a fairytale de Mariame Red

« Je m’appelle Aurore et malheureusement pour moi vous pensez que je suis une sorte de princesse tout droit sortie d’un conte pour enfant. Ma malédiction ? Un an de vie contre cent ans de sommeil. Injuste, n’est-ce pas ? J’ai un an pour trouver l’amour avec un grand A mais dur dur quand une sorcière vous met des bâtons dans les roues… »

Dès le début du roman, j’ai su qu’Aurore allait me taper sur le système. Malgré ses 2000 ans, elle se comporte comme une gamine. Zachary est le personnage que j’ai préféré dès le début, ça se sent qu’il est écartelé par plusieurs décisions à prendre et au milieu d’un sacré tas de nœuds.

Eric lui est beaucoup trop lisse, trop prince charmant, en mode vraiment écœurant a certains moment. Facilier lui n’a pas été assez exploité vu ses capacités, il est plus complexe que ça. L’histoire de base est pas mal trouvée, réussir à casser les codes des contes de fées est une bonne idée.

Le livre se lit facilement, même si la plupart des personnages sont quand même imbuvables dû à leur rôle et leur caractère. Je suis peut-être trop vieille pour ce type de lecture. La fin par contre m’a plu, c’est original comme concept ou ça change du « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ».

Même si ce livre n’est pas du tout un coup de cœur, il a le mérite de permettre de passer le temps.

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

L’Homme qui courait sa vie Par Luca Tahtieazym

Sans titre (25)

« La ligne d’arrivée du semi-marathon auquel Martin participe chaque année est proche.
Une fois franchie, il retrouvera la routine d’une vie qui lui échappe. Alors, malgré le caleçon trempé de sueur qui le démange à l’entrejambe, Martin continue de courir.
Tant pis s’il ne sait pas où il va.
Après tout, ce n’est pas la destination qui compte, mais la manière de s’y rendre… »

Facebook

J’étais perplexe à la lecture du résumé, je me demandais où nous allions aller en parcourant les pages. Les premiers chapitres ont été d’une longueur pour moi, j’ai dû me concentrer pour continuer, je lâchais régulièrement. Je trouvais l’histoire molle.

Il faudra quasiment arriver à la fin du marathon pour que le rythme s’accélère et que Martin prenne son envol vers de nouveaux horizons. Il y aura des rencontres avec des personnes attachantes, des discussions incongrues, des discours qui rassurent ou qui vous motivent.

La plume de l’auteur est fluide qui s’enveloppe de mots bien choisis par l’auteur. Le roman en lui même m’a fait sourire à certains, même si ce n’est pas un coup de cœur. Je pense que ce livre peut redonner l’espoir ou nous mettre face au mur.

Il peut faire comprendre qu’il faut vivre le moment présent, de profiter de ce que nous avons aujourd’hui, que nous n’aurons plus demain.

Ps : je remercie l’auteur pour ce service presse

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Le Cas Victor Sommer Par Vincent Delareux

Sans titre (24)

« « Un récit à mi-chemin entre les Évangiles et « Psychose » d’Alfred Hitchcock. Une réussite. » — Amélie Nothomb.
À 33 ans, Victor Sommer mène une vie discrète et monotone qui lui pèse. Secrètement, il aspire à devenir « quelqu’un » aux yeux du monde. Cette ambition est toutefois entravée par sa mère, une vieille infirme autoritaire et possessive qui l’empêche de proprement exister.
Mais voilà qu’un jour, cette dernière disparaît sans laisser de traces. Livré à lui-même, son fils va devoir faire face à ce monde qu’il n’a jamais appris à connaître. Une fois l’angoisse de la disparition passée, Victor va s’accommoder de cette indépendance nouvelle et la mettre à profit pour enfin réaliser son fantasme : à l’avenir, il existera davantage que quiconque. À ses risques et périls. Car sa mère, sans doute, n’est pas aussi loin qu’il le pense… »

Instagram

Décidément les romans psychologiques ne sont pas pour moi, je vais arrêter d’en lire. Je ne suis malheureusement pas arrivé au bout de ma lecture. J’ai stoppé au milieu du livre ne m’attachant à rien de cet univers.

Ce n’est pas parce que l’histoire était inintéressante, loin de là, l’idée de base est très bonne mais l’atmosphère ne m’a pas plu du tout. Les amateurs de lectures noir et psychologique vont adorer ce livre. La plume de l’auteur est très facile à lire, ce qui est un plus pour ce type de lecture.

Les personnages sont tellement complexes dans leur façon d’être, leurs relations et ambition, je n’ai pas eu la moindre envie de les connaître plus.

L’atmosphère du livre est lui glaciale, il n’y a rien de bon dans cette maison. Je reste persuadé que le livre plaira a un large public, il a un énorme potentiel pour ceux qui s’y connaissent dans ces lectures. Ils trouveront les clés et les détails dissimulés dans tout ce brouillard.

Ps : Je remercie l’auteur de m’avoir permis d’essayer, je lui souhaite de trouver son audimat.

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

Chronique d’Évariste – Tome 1. Frère du Templepar Seth HORVATH

Sans titre (23)

« A l’aube du XIVe siècle, dans le royaume de Philippe VI le Bel, Évariste, templier doté d’un étrange pouvoir, croise le chemin de deux jeunes femmes, l’une sarrasine et l’autre juive. Ces rencontres fortuites bouleverseront définitivement leur existence.
Les aventures épiques et les personnages picaresques rencontrés dans ce premier tome, les mèneront du Bailliage de Touraine à l’Orléanais, puis jusqu’aux portes de Paris.
Quand la petite histoire croise la grande dans ce trépidant roman d’aventures, on assiste à des rencontres étonnantes et humanistes, où l’humour, l’action et l’amour ne sont jamais loin…
A travers ces chroniques médiévales, rejoignez la croisade d’Évariste, frère du Temple ! »

Instagram

C’est le 3eme livre sur l’univers des Templiers que je lis. Ce que j’aime dans toutes ses lectures ces les différentes visions et ambiances de chaque livre.

Le prologue m’a donné de nombreuses interrogations, je ne voyais pas trop où l’auteur voulait nous emmener, mais ce fut intéressant d’en apprendre plus sur le contexte. Dans ce premier tome, il n’y a pas énormément de dialogues surtout des descriptions, des pensées et des scènes d’action.

Evariste n’est pas un templier comme les autres, il a des capacités particulières qui le sauvent régulièrement mais qui le mettent dans des situations compliquées aussi. J’ai beaucoup aimé la relation particulière qu’il entretient avec Simon, on arrive à vivre leur passé et amitié au travers des récits qui nous sont donnés. Evariste vit une multitude d’aventure en une seule, un peu déjanté et pleins de complications.

Leïla est une personne qui promet de devenir encore plus intéressante par la suite, malgré les difficultés elle essaye de comprendre les différences de cultures. Elle s’en sort pas trop mal pour le moment.

Tous les personnages sont hauts en couleur arrivant à se retrouver dans de nombreuses situations cocasses. La chronologie des évènements est bien respectée avec plusieurs personnes qui ont vraiment existé.

J’ai pu retrouver une partie du récit dans les rues anciennes d’Orléans ce qui est drôle d’y être à une autre époque. Bon je n’arriverais pas trop à me repérer vu que la ville a énormément changé depuis cette époque et change encore actuellement.

L’écriture est fluide, agréable, on entre bien dans le récit. On ressent le travail de recherche est bien présent derrière. J’attend de voir la suite pour me prononcer sur mon ressenti dans la relation entre Évariste et Leila.

Ps : Je remercie l’auteur pour sa confiance

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

Les prélats de Faneas, Tome 1 : Les terres d’exil par Charlotte Abecassis Weigel

« Astéria est une jeune femme énergique au caractère bien trempé qui vient d’emménager à Maleross avec sa cousine Cléora. Les deux jeunes femmes arrivent tout droit du mystérieux royaume de Faneas où la magie et les dieux n’ont rien d’imaginaire et où chaque jour recèle son lot de surprises. Elles ont fui leurs terres natales envahies par le royaume limitrophe d’Endor et sont venues se réfugier dans notre monde. Elles cherchent à présent les prélats de Faneas afin de regagner leur monde et de restaurer la paix, mais la tâche s’avère bien plus ardue qu’il n’y paraît et les mystérieux prélats demeurent introuvables. Leurs actions finissent par attirer l’attention d’un jeune homme observateur portant le nom de Noctis. Avec l’aide de son ami Klay, il compte bien découvrir ce qu’elles cachent. »

Instagram

J’ai lu ce livre en 3 jours (j’étais au travail les 3/4 de la journée), je ne voulais pas le lâcher ce qui m’a donné un mal de cou considérable :pLa plume de l’auteure est fluide, c’est agréable, ça se lit bien. Le vocabulaire y est de très bonne qualité. Le décor de Fanéas à l’air incroyable, on ne le voit pas beaucoup malheureusement. Le peu de description que j’ai eu me donne envie de connaître ce monde mais on arrive au mauvais moment. Notre timing a été très mauvais sur ce coup là les gars !

Dans certains chapitres j’ai eu du mal à saisir l’avancé des péripéties, je m’explique, il se passe un évènement majeur catastrophique pour Fanéas. Nous sommes en plein confrontation, tu tournes les pages pour te retrouver dans un autre royaume, avec certains des mêmes protagonistes que les pages précédentes à Fanéas. Je vous rassure les raisons sont expliquées petit à petit au fil du livre.Cléora, Sora, Astéria et Kellas loin de chez eux, dans un univers inconnu difficile à comprendre. Ils ont dû quitter leur vie pour accepter une mission.

Là encore j’ai eu une incompréhension, ils sont arrivés depuis quelque temps dans ce nouveau monde, Cléora était à l’université mais apparemment Sora (environ 7/8 ans) et Astéria n’étaient pas scolarisés, ma question est la suivante, que faisaient ils pendant ce temps là ?J’ai peut-être loupé des infos… J’ai un autre dilemme avec Sora, à force d’avoir de nombreux quiproquos je ne sais même plus de qui il est le fils ^^ »J’aime aussi penser que ce petit garnement n’est pas celui que tout le monde prétend mais que c’est Astéria qui aura ce rôle. J’essaie de ne pas vous révéler d’informations cruciales, c’est assez délicat comme exercice.

Mon coup de coeur personnages va à Kellas, Pourquoi ? Parce que c’est un félin et que J’ADORE les animaux :p La boule de poil fait son possible pour être entendue et protéger son équipe qui lui en fait voir de toutes les couleurs. Un personnage dont j’aimerais en savoir plus c’est Noctis, il est intéressant, mais ils ne se dévoilent pas suffisamment à mon goût! On arrive à une nouvelle incompréhension de ma part, Quand Cléora se confie au prélat de la terre, il l’informe qu’il n’a jamais entendu parler d’une descendante de Vanalis, hors 10 ans sont censé être passé, Cléora est censé être à l’université donc quel âge à Cleora pour qu’il ne la connaisse pas ou alors ou était elle à ce moment là ?

Klay est un protagoniste tout en complexité, tout ce que j’aime. Il est bon, mauvais, égoïste mais bon envers ses proches, ne veut pas renier sa liberté. Il fait des mauvais choix qu’il pense être les bons par peur de choisir un avenir qu’il ne maîtrisera pas. Ou alors c’est du bluff ?A la fin du premier tome il se trahit plus lui-même, qu’il ne trahit les autres. Je pense qu’il nous réserve bien des surprises à l’avenir. 

Étrangement Astéria est celle qui m’a le moins intriguée, elle part facilement dans tous les sens, c’est assez fatiguant à la longue. Mais je pense qu’elle arrivera a me surprendre par la suite. En ce qui concerne Cléora, je suis sceptique à son égard, je préfère attendre le prochain tome pour me prononcer sur cette jeune femme. J’attend de voir l’évolution de sa relation avec Noctis qui promet d’être rocambolesque. Ces deux-là ne veulent rien lâcher.

En résumé, ce tome est addictif et a tout pour plaire aux amoureux du fantastique.
Forcément je désire connaître la suite, heureusement pour moi l’auteure m’a envoyé toute la saga, à croire  qu’elle le savait.

PS : Merci à l’auteur pour cette opportunité exceptionnelle

Aurevy

Publié dans Auto édition, Écosse

Les Ombres d’Edimbourg Tome 2 pas Anna Lyra

« Édimbourg, Écosse.
Un mal dort sous la ville depuis des siècles.
Aujourd’hui, il est en train de se réveiller…

Le temps des choix est venu.

L’énergie paranormale est en effervescence, à Édimbourg : les spectres de la ville deviennent chaque jour plus nombreux, plus agressifs, semant la terreur dans les rues. Les druides sont affaiblis et divisés suite au combat de Gilmerton Cove… Et, surtout, le professeur Campbell est porté disparu.

Alors que Carron, toujours privé de corps, reprend ses sinistres projets de fusion avec une dimension démoniaque, Emily découvre à la fois ses origines et ses pouvoirs de sorcière. Passé et présent s’entremêlent, ne laissant que peu de place au hasard…

Tiraillée entre ses sentiments naissants pour Ian et son ressentiment envers lui après ses accusations, Emily est perdue. Choisira-t-elle de rejoindre les rangs de la Confrérie des sorcières, là où son destin semble la mener, ou bien aidera-t-elle les druides à sauver le Professeur ?

Oserez-vous suivre Emily, et affronter à votre tour la face cachée d’Édimbourg ?« 

Avis Tome 1

Je l’ai lu en une après-midi, ça prouve à quel point j’étais impatiente de le lire. Je vous avoue d’emblée que pour Charlie je m’attendais à autre chose, on peut dire qu’il a fait un passage éclair. Dans ce tome 2, heureusement que le professeur est coincé dans le royaume des fées pour nous permettre d’en apprendre plus sur le collier et la menace qui stagne depuis plusieurs années. Si on devait compter sur les étudiants on serait mal barré, ils tournent en rond …

Doug est KO, il refait des apparitions de temps en temps pour être sûr qu’on ne l’oublie pas. Ian se contente principalement de faire des mauvais choix entre Emily, Cassie, La Roue et la récupération du professeur, il en oublie tout le reste. 

Emily quant à elle est perdue, elle ne sait pas à qui elle peut faire confiance, qui sont ses alliés, elle s’en veut pour avoir envoyé le professeur et n’arrive pas à maîtriser ses pouvoirs. Heureusement elle va apprendre à s’en servir en partie grâce à Clara et sa confrérie. Clara est un personnage que j’aime beaucoup, elle est complexe et a dû en vivre des aventures.

On rencontre de nouveaux personnages, un peu de sang neuf ce qui est bien dans ces temps tourmentés, certains nous parlent d’une ancienne prophétie. Pourquoi les autres n’en ont pas parlé avant ? Ceci n’est pas fairplay !! 

Je trouve que certains personnages sont un transparent dans ce tome, Jenny, Bruce et David, ils font des recherches pour aider Ian et retrouver leur professeur mais à part ça ils font un peu leur vie. La plume de l’auteur est toujours agréable et sa connaissance d’Édimbourg avec ses recherches historiques font tellement voyager !

Maintenant je n’ai qu’une envie: la sortie du dernier tome de la trilogie.

Aurevy