Publié dans Auto édition, Service presse

Bienvenu dans le monde réel

55-bienvenue-dans-le-monde-reel

« Le professeur fred est un homme clairvoyant, ses inventions sont nées de son imagination fertile et de son refus d’accepter la réalité telle quelle. »

Qui est Frédéric Marcou ? Né à Noyon (Oise), Frédéric Marcou tire les meilleurs souvenirs de son enfance d’un petit village de campagne où il a découvert la nature et ses joies. Très tôt, il montre une curiosité pour l’écriture et une fascination par les écrivains vus à la télévision.
Après le bac, il commence des études supérieures d’histoire, mais la maladie en décide autrement. A partir de vingt-six ans, il se voue totalement à sa vocation : l’écriture de poèmes et de récits. Il s’installe à Chaumont en 2009 et rejoint l’AHME en 2010.

Amazon

Je suis assez mitigée sur mon avis à savoir si j’ai aimé ou non. Ne vous fiez pas à la petite taille de ce livre, il ne se lit pas si facilement et avec des conditions particulières. Je dois dire que c’est une lecture atypique et déroutante, j’ai dû plusieurs fois m’arrêter à cause d’un mal de tête répétitif conclusion d’un cerveau réfractaire à cette lecture. J’ai eu énormément de mal à me mettre dedans ne sachant pas ou l’auteur voulait en venir.

Ce livre se sépare en 3 parties très distinctes, la première sert de vitrine à des inventions loufoques dans les années 2055. La deuxième partie est plus personnelle, l’auteur y raconte son enfance et une introspection ou les mots sont d’une dureté effrayante. Avec un texte lourd on y côtoie la relation apocalyptique avec ses parents et une vision de la magie enfantine qui s’effrite au fil des rêves brisés.

La dernière partie se concentrera sur différents poèmes, ce qui rend la lecture hasardeuse. L’auteur nous parle de sa jeunesse sombre, une emprise familiale qui éduque sous coup de violence morale, il utilise souvent le mot esclave, c’est ainsi qu’ils résument sa vie avec ses parents. On y suit le processus de sauvetage et de fuite de cet environnement toxique.

De mon côté j’aurais organisé le texte différemment, j’aurais d’abord mis les poèmes puis le texte personnel et enfin les inventions loufoques pour gagner un peu de légèreté dans la lecture.

Si vous vous décidez à le lire préparez-vous psychologiquement, à le lire en plusieurs fois et surtout être dans un endroit calme.

Ps : merci à l’auteur pour ce service presse

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

Le monde déviant de Brice Milan

xcover-5245

« À vivre au-dessus des nuages, dans un monde déliquescent, Sam Hartley a fini par se croire à l’abri de la colère divine. Le destin, sous la forme d’un message qui ne lui était pas destiné, bouleversera sa vie préservée de « lécheur de ciel ».
Une femme et son enfant l’entraîneront vers des contrées insoupçonnées où l’amour se mérite. Le courage de Sam sera mis à rude épreuve : l’existence même de son monde est en jeu. »

Qui est Brice Milan ? Né d’un père militaire et d’une mère piémontaise, j’ obtiens un doctorat après des études qui m’ont poursuivi. Dans la foulée, je décroche un poste dans l’enseignement supérieur.
L’envie d’écrire sommeillait en moi depuis l’adolescence. Il a fallu un déclic, la lecture du livre de J. R. R. Tolkien, « Le Seigneur des anneaux » et aussi s’affranchir de la peur d’affronter le regard des autres, pour que je me décide à écrire des romans.
Je commence sérieusement à m’atteler à la tâche en décembre 2012, multipliant les nouvelles et romans. Depuis, je ne me suis plus arrêté. Je suis un auteur prolixe, plus angoissé par la page noire que blanche.

Site Web

Amazon

J’ai apprécié cette lecture futuriste de livre surprenant il y a cette bataille du bien contre le mal, les riches contre les pauvres dans un monde ou l’écosystème a été anéantis par cupidité, égoïsme ou pour de l’argent. On y apprend que l’innovation scientifique et technologie ont de bon côté mais ne peuvent remplacer les ressources planétaires. Tous ses bienfaits sont souvent transformés par les mauvais choix ou en réponse à une offre et la demande de consommateurs.

Le personnage principal Sam apparaît au premier abord comme un enfoiré, qui a réussi à s’intégrer chez les plus grands grâce au statut de ses parents. Il vit une vie qu’on lui a tracé de toutes pièces pour satisfaire plusieurs parties notamment avec un mariage d’affaire forcé, dès le départ on comprend que Sam n’est pas heureux, il vit une vie qu’il n’a pas choisie sans savoir quelle autre voie il aurait pu emprunter. Il se retrouve au milieu d’une sombre enquête qui l’oblige à se poser les bonnes questions, il devra revoir ses convictions, tenter de sauver sa vie, croire à de meilleurs lendemains. La question est doit-il le faire ? ou doit-il continuer à suivre l’enseignement qu’on lui a transmis et les règles qu’on lui impose ? Sam se heurte à sa vision de son avenir à cause de Maria.

Je n’ai pas réussi à m’attacher à Maria, malgré toutes ses bonnes actions, son courage et sa détermination. Je trouve qu’elle en fait trop pour être au centre de toutes les attentions, être celle sur qui les autres doivent compter. Elle aurait pu être un personnage intéressant mais comme elle dispose de certaines facultés temporaires, elle en perd un peu de son humanité.

Dans ce livre on aborde beaucoup les mauvais choix et action dictés par la vanités. Les rebelles se veulent combattant de la lumière dans cette zone d’ombre mais la plupart ne sont il pas animait par la vengeance, ce sentiment n’est-il pas lui aussi enfant de l’ombre ? Les populations cherchent un chemin de rédemption en créant un nouveau monde ils veulent combattre ceux des tours. Les « méchants » le sont-ils vraiment ? ne peuvent-ils pas agir pour le bien de tous par des chemins détournés ? Ceux qui se veulent Sauveur de l’humanité sont-ils aussi bon et désintéressés qu’on le pense ? Bien des questions qu’on pourrait poser à l’infini tant les sujets sont complexes.

La fin de ce tome m’a pas mal surpris, elle laisse place à une possible suite, peut-être aurons nous la chance de voir de nouvelles opportunitées.

PS : Merci à l’auteur pour la découverte de ce livre

Aurevy

Publié dans Petite maison d'édition

TATHAGATA, C’est peut être toi… de Fabienne Grellier

SAM_6115

« Chloé, à bout de souffle dans une vie étriquée, décide de tout quitter pour partir le plus loin possible et trouver une bonne raison de vivre. Cette décision amère, brutale, la conduit en terre inconnue, au Sri Lanka. Sa vision pessimiste de la vie, son égoïsme légendaire, ses préjugés idiots vont se confronter à une toute autre réalité. De ce voyage de fuite, elle va trouver dans la larme de l’Inde, une véritable raison à sa propre existence »

Qui es Fabienne Grellier ? Passionnée de poésie et de littérature depuis l’enfance, Fabienne Grellier signe à travers ce premier roman, une ode à l’espérance, une philosophie de bienveillance en plongeant le lecteur dans une toute autre vision de la vie.

Biographie

Edition Indigraphe : Chez Indigraphe, nous pensons que les histoires qui font rêver et les personnages auxquels nous pouvons nous identifier suscitent notre enthousiasme et nous invitent à nous mettre en mouvement.Nous œuvrons à partager des récits inspirants qui améliorent la compréhension de soi, afin d’être acteur de sa vie et des transformations que l’on souhaite y apporter. Nous nous consacrons à encourager l’écriture, à publier et à étendre la diffusion d’une littérature authentique, suscitant le plaisir tout en constituant un creuset d’inspiration pour le lecteur.

Boutique

Derrière ce titre un peu étrange l’histoire avait bien débuté, une française qui plaque tout pour partir dans un autre pays se retrouver (un petit air de « mange, prie, aime »). Mais voilà ma lecture ne s’est pas déroulé comme je m’y attendais. Déjà sa rencontre avec Jean, j’ai eu un doute c’était trop calculé, elle fixe un homme longtemps et pouf ils sont dans le même vol. Il est apparu trop tôt dans l’histoire, Chloé n’a même pas eu le temps de poser un pied dans ce nouveau pays, d’expérimenter des choses seules avant qu’il ne soit dans ses pattes.

Bon après j’avoue que rencontrer une personne qui est à l’aise dans le pays ça peut aider, mais il aurait fallu laisser un écart de 2 chapitres entre leur première rencontre et son retour. J’ai subi l’accélération du rythme sur plusieurs chapitres, avec énormément d’informations à assimiler ça devenait un peu compliqué. On est basculé dans le monde Bouddhiste, la méditation et du karma, pas que ce soit des sujets qui me déplaisent pour un semi-novice comme moi, j’ai cru devoir fermer le livre tant la cadence étaient dur à suivre.

Au milieu du livre l’héroïne entre dans un bâtiment, là le temps s’arrête, des pages de lectures sans savoir ce qui était réel ou non, ni comprendre pourquoi on était là, des pages lourdes. Je me suis perdue à essayer de comprendre quoique ce soit du milieu à la fin du livre. J’ai dépensé une énergie astronomique dans cette lecture que je ne regrette pas d’avoir lu, certains passages étaient plaisants, ça m’a appris que je n’étais pas faites pour les lectures trop spirituelles.

Ceux qui en sont adhérents ainsi qu’au développement personnel seront conquis par ce livre. L’auteur a une jolie plume et un bon vocabulaire, ce qui en soit permet au livre d’être plaisant à lire. Les autres lecteurs ont l’air d’adorer ce livre, je suis un peu en décalage avec la tendance ..

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

Magdanaëlle James Tome 1 Possession de M.G Groenwont

xcover-5401

« À vingt-sept ans, Magdanaëlle James est la seule survivante de l’attaque meurtrière du 17 Novembre 2004. Encore traumatisée dix ans plus tard, elle découvre rapidement que son passé la rattrape lorsqu’elle retrouve dans son jardin le corps d’une jeune femme. Ce cadavre signe pour elle le début d’une histoire particulièrement intense où les découvertes s’enchaînent et où le monde dans lequel elle évolue cache de nombreux secrets. Quand l’énigmatique Assnan Redarg frappe à sa porte, Magdanaëlle comprend vite l’importance de sa vie aux yeux de certaines créatures… surnaturelles.
« Possession » est le premier tome de la série littéraire « Magdanaëlle James » qui met en scène une jeune femme persécutée par des créatures fantastiques et qui va devoir se battre pour survivre mais aussi pour protéger sa famille. »

Qui est M.G. GROENWONT ? M.G Groenwont est née en 1995. Passionnée de lectures, mais surtout d’écriture, elle commence très rapidement à exposer ses écrits sur des blogs textes sur internet. Ce n’est qu’en mai 2015, qu’elle décide de publier, sa nouvelle de trente pages « À ton cœur maudit ».

En 2017, elle publie grâce à un projet participatif, le premier tome de sa série Urban Fantasy « Magdanaëlle James ». « Possession » révèle une héroïne vivant à Nantes découvrant au fil des mois l’existence de créatures surnaturelles.

Facebook

Instagram

Avec un début un peu sanglant et traumatisant pour l’héroïne, on aurait pu se dire que j’allais refermer le livre, pourtant je l’ai adoré.

Je me suis remis que très récemment au Bit Lit, je me rends compte que j’ai pris la bonne décision. Magdanaëlle est une jeune femme qu’on pourrait qualifier « hors du moule » avec ce qu’elle a subi et son prénom assez atypique. Elle est forte se relève peu à peu de cette épreuve passée pour retomber dedans la tête la première. Elle ne fait pas confiance pourtant elle se laisse guider par des inconnus dans un monde invisible aux simples humains. Simples Humains ? Je suis sûre qu’elle préférait être dans cette catégorie. Certaines de ces crises ne sont pas vraiment justifiées, après un traumatisme comme celui-là il n’est pas étonnant d’en arriver là.

Coup de cœur pour Tomler, ce personnage je l’adore, il est comment dire … particulier. Lui aussi dans un sens a vécu des événements similaires à Magdanaëlle, il peut lui être d’un réelle secoure et soutien. Je dois avouer que la sœur Franscesca, me rend perplexe elle est un peu étrange cette demoiselle, ses réactions et son discours ne sont pas en rapport avec la situation. J’ai aussi un problème avec Assnan, je ne saisis pas ses intentions. Il cache beaucoup trop de choses pour que ce soit totalement désintéressé.

Au niveau de l’écriture en elle-même, elle est assez fluide, j’ai remarqué quelques incohérences, qui ne sont pas gênantes pour la lecture. C’est un premier roman qui plus ait pour une saga, il est normal d’essuyer les plâtres. Différences par rapport a beaucoup d’autres Bit Lit, l’héroïne n’est plus une lycéenne, elle travaille, c’est plus délicat de retranscrire tout ça avec une femme dans sa vie active qu’une adolescente où son seul vrai problème est d’aller en cours. Il y a un événement majeur pour la mère ou il me manque des détails pour apprécier tout ça, il est possible que je les ait dans le prochain tome.

Les descriptions de son environnement de travail son pas mal, certains commentaires critiquent comment est défini son emploi mais c’est plus proche de la réalité qu’autres choses. Et au moins ils se passent quelques choses d’excitant à Nantes.

J’aimerais une scène sur les remparts du château de Nantes qui sont si beaux.

Un premier tome très prometteur !

Ps : Merci pour ce SP

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

Mademoiselle Déjazet d’Anne-Sophie Nédélec

xcover-5431

« Une plongée fascinante dans la vie de Virginie Déjazet, comédienne virtuose du Boulevard du Crime dans l’effervescence du XIXè siècle.
Propulsée sur scène à l’âge de cinq ans, la petite Virginie ne se doute pas du destin exceptionnel qui l’attend. Après des débuts épiques, elle intègre l’École des Jeunes-Artistes où elle rencontre un jeune garçon qui l’entraîne dans ses facéties. Est-ce lui qu’elle retrouve des années plus tard ? Elle aimerait le croire tandis que les théâtres du Boulevard du Crime lui ouvrent leurs portes, sensibles à son physique androgyne qui lui permet de jouer sur l’ambiguïté des rôles de jeunes garçons.
Mais les embûches sont nombreuses pour qui veut briller sur le devant de la scène…
Comment rester soi-même au milieu des intrigues de coulisses lorsqu’on est un petit bout de femme au cœur d’or ? 
Une véritable épopée romanesque pour un inoubliable portrait de femme.
Le rideau n’attend que vous pour se lever ! »

Qui est Anne-Sophie Nédélec ? Née en 1976. Auteur, comédienne, metteur en scène, professeur de théâtre et conférencière en histoire de l’art. Après des études de lettres et d’histoire de l’art, elle se tourne vers le théâtre. Membre de la SACD et des EAT, elle écrit des nouvelles et des romans, mais surtout du théâtre, pour enfants comme pour adultes.

Site web

Je suis littéralement tombée amoureuse de ce livre, dû à cette dame qui m’était alors encore inconnue. Aimant les arts, je vais quelquefois au théâtre mais par manque de temps je ne peux vraiment y aller autant que je le voudrais. Je ne savais pas comment ça se passait à l’arrière de la scène, les répétitions et autres.

Ce livre est un mine d’information que ce soit théâtrale, historique et romanesque. J’admire cette femme qui avait ce monde du théâtre dans la peau, qui jusqu’au bout à garder ses principes d’aider autrui au détriment de sa personne.

Tout ce qu’elle voulait dans sa vie était d’être sur scène pour le plaisir, la joie de vivre, elle en eut des déboires mais n’a jamais lâché. Elle vivait de son art sans le devoir à personne, elle pardonnait à ceux qui lui faisaient du mal et les aidaient en retour.

En lisant ce livre j’ai eu l’impression de vivre toute cette vie avec Elle, de recevoir des lettres de ces illustres personnes qui ne sont plus que des noms sur des livres ou dans les dictionnaires mais qui à son époque étaient bien vivants.

Je le relirais ça c’est sur une fois que je l’aurais en papier et je le poserais sur ma bibliothèque, heureuse de pouvoir connaître cette personnalité.

Alors oui c’est un coup de cœur pour moi !

Ps : Merci à l’auteur pour ce Service Presse

Aurevy

Publié dans Auto édition, Ebook, Service presse

La Gardienne de Danarith de Yannick A.R. FRADIN

la-gardienne-de-danarith-couverture-ebook

« Le Cycle de McGowein.Royaume insulaire de Dygallie. An 1212. Des tremblements de terre inquiétants secouent Danarith, village isolé en plein massif montagneux.La Gardienne Léraline se rend sur les plateaux pour enquêter. Elle y découvre les vestiges encore fumants de l’ancien portail dont elle devait assurer la protection. Les restes de créatures effroyables jonchent le sol et des traces fraîches indiquent que d’autres, bien vivantes, rôdent à proximité. Cormag McGowein, piégé depuis bien longtemps dans un monde cauchemardesque, découvre un étrange portail. Alors qu’il le franchit et pense avoir enfin réussi à s’échapper, le guerrier à la santé mentale chancelante se rend compte qu’il n’est pas seul. De plus, ce qui l’entoure n’est peut-être qu’une illusion ; une de plus…Dans un paysage d’apocalypse, la jeune femme horrifiée et le guerrier à moitié fou se font face. Chacun est persuadé de devoir affronter une menace qu’il ne faut pas prendre à la légère. »

Qui est Yannick A.R. FRADIN ? Romancier et nouvelliste de l’imaginaire : fantasy, médiéval-fantastique, contes, légendes et fiction historique.

site web

Amazon

Ce premier tome est bien écrit, alors oui il y a beaucoup de description mais je ne dirais jamais assez qu’un premier tome de saga quel qu’il soit, doit planter le décor et donner un minimum d’explication.

à mon sens ce livre est plus qu’un roman fantastique avec de la magie qui au premier abord est presque non présente, c’est une quête de soi, de la vérité, de redéfinition des priorités et des devoirs de chacun. On se retrouve face à cette question d’existence qui nous touche tous, notamment avec Léraline qui fut formé pendant 5 longues années loin des siens dans un but bien précis, protéger et surveiller une chose. Et si l’objet en question venait à disparaître que ferait – elle ? Que décideraient ses supérieurs ? c’est la mission d’une vie qu’on lui a remise, elle n’est pas préparée a ce que le fruit de sa mission s’évapore, aucune formation ne lui a été donné pour cette éventualité.

De l’autre côté nous avons Godwein venant d’ailleurs, il a disparu « accidentellement » lors d’un événement majeure, il ne connaît pas la finalité qui a touché les siens, il ne sait ni où il était ni le temps écoulé. Il a besoin de se réapproprier sa vie, d’être sûr que ce qu’il lui est arrivé est bien là et non une illusion. Ce sont les personnages principaux qui cherchent des réponses mais ne trouvent que des questions.

J’ai beaucoup aimé cette vision pour des personnages, c’est intéressant de les voir dans ce sens à chercher des réponses sur un événement que personne n’aurait pensé possible, ils vont mal interprétés les réponses en engendrant des quiproquos qui leur fera perdre du temps.

Sur les autres personnages j’ai trouvé Octave à l’écart plus en observateur de situation, il se retrouve propulsé bien malgré lui à un rôle dont il n’avait pas le souhait dans l’immédiat. Je pense que les informations et les objets à sa disposition pourraient lui permettre de jouer certaines cartes cruciales pour la suite.

Le sergent Darren que j’affectionne pour suivre ses convictions, avoir l’œil d’un faucon, travailleur et j’espère le revoir prochainement. Il est compréhensif, loyal et serait un bon atout pour le futur des autres.

Méruline me fait beaucoup rire avec ses sauts d’humeurs, son caractère exécrable mais sait être raisonnable et apporte une aide bénéfique quand elle le souhaite. Elle adore manipuler en se jouant des autres, cela finira par lui attirer des ennuis si elle continue dans cette voie.

J’ai pris plaisir à la lecture, l’écriture est fluide, les explications sont claires, chaque personnage dans ce récit a son moment de présence bien traité. Je recommande cette lecture et espère pouvoir lire prochainement la suite.

Ps : Je remercie l’auteur pour ce service presse

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

Enquête en pointe de Rose Steinmetz

couv5771740

« Comment Violette a-t-elle pu se faire assassiner dans une pièce fermée de l’intérieur ? Impossible ! Mais pourtant Christie en est sûre, quelqu’un l’a fait ! Si elle découvre comment, elle trouvera le meurtrier.
Christie est une jeune ballerine qui peine à se faire une place. Quand sa voisine Violette est retrouvée morte dans sa piscine, elle se retrouve emmêlée dans l’enquête où tout le monde autour d’elle est suspect. Entre deux répétitions, elle va chercher à démêler ce mystère et gagner le cœur d’Henri, un des inspecteurs chargés de l’enquête. »

Qui est Rose Steinmetz ? Rose Steinmetz est écrivain et ingénieur. Elle aime lire et raconter des histoires depuis toujours donc écrire a fini par s’imposer comme une évidence.Passionnée de lecture, de yoga et de cuisine, elle passe son temps entre ses quatre enfants et ses livres.
Elle travaille actuellement sur des romans pour la jeunesse ainsi que des nouvelles de science-fiction.

Site web

Un enquête policière menée en partie par une ballerine, pourquoi pas ? Entre chausson et menotte !

Il a fallu que je m’habitue à la rapidité dont s’enchaînent les événements, ce que je n’ai pas l’habitude. L’enquête en elle-même est une bonne trouvaille, comprendre comment un meurtre a pu être commis dans une pièce entièrement verrouiller de l’intérieur, ça creuse un petit casse-tête et beaucoup de possibilités. Est ce seulement un meurtre ou un accident ?

J’ai eu l’impression que les deux inspecteurs se tournaient un peu les pouces dans cette enquête, à part interroger des témoins et arrêter des suspects, ils ne font pas beaucoup de recherches. Aucune perquisition, pas de mandat,

Henri et Christie sont mignons ensemble mais ils auraient mérité peut-être plus d’échanges verbaux ensemble.

La victime est une femme très complexe avec une vie particulière, je me demande comment elle arrivait à gérer son agenda, on se perd un peu mais c’est le monde du spectacle dira-t-on.

J’aurais aimé une scène ou Christie en pleine répétition de danse réfléchisse a tout ça et trouve une réponse en faisant un enchaînement non prévu dans la chorégraphie, ça pouvait être drôle !

L’écriture est  fluide sans lourdeur, quoique l’histoire soit courte j’ai beaucoup aimé, en ouvrant le livre on sait qu’à la fin on sera qui est coupable ! Vous ne verrez plus les piscines intérieures de la même manière !

La couverture du livre est superbe, j’aime beaucoup se mélange de danse et le rouge je pense que c’est pour le sang par rapport au décès.

Ps : Merci à l’auteure pour ce service presse

Aurevy

Publié dans Petite maison d'édition

Gods of Men de Barbara Kloss

SAM_6113

« La magie est interdite dans les Cinq Provinces, et ceux qui en sont doués depuis la naissance sont pourchassés et tués. Sable ignore que sa musique renferme un pouvoir, jusqu’au jour où, à peine âgée de neuf ans, elle arrête par accident le cœur de sa petite sœur avec sa flûte, la tuant sur le coup. Atterrée par ce qu’elle a fait et craignant pour sa propre vie, elle s’enfuit loin de la juridiction provinciale, pour atterrir dans les Landes Sauvages, terre d’exilés et de brigands. Là, Sable se terre, sous le poids de la culpabilité, et survit en tant que guérisseuse. Jusqu’à ce que, dix ans plus tard, quelqu’un ou quelque chose, la retrouve …. et la traque sans merci. »

Qui es Barbara Kloss ? Barbara Kloss aime les aventures et les trouve à travers la lecture, l’écriture, la randonnée et le jeu – même si elle ne se considère pas comme une gameuse. C’est juste qu’elle aime les jeux vidéo., surtout les RPG. Elle est également passionnée de fitness, pianiste de formation classique, et elle pense que maintenir l’équilibre dans sa vie est une bonne chose (sauf concernant le café).
Barbara a étudié la biochimie en Californie et a travaillé pendant des années en tant que scientifique dans un laboratoire clinique. Elle pensait y trouver des liquides bouillonnants dans des fioles en verre. Elle a été déçue.Elle vit actuellement dans le nord de la Californie, avec son mari, leurs trois enfants et leur chien.

Boutique

SAM_6112

Edition Rivka : Rivka est une nouvelle maison d’édition Young Adult spécialisée dans les littératures de l’imaginaire à vocation de divertissement : fantasy, fantastique et science-fiction.
En bref, Rivka, c’est une sélection de titres à dévorer dès l’âge de 14 ans, pour les filles comme pour les garçons, le tout dans de beaux formats avec couverture cartonnée.

Insta Rivka

J’ai lu ce pavé de 475 pages en 24H, dois-je développer ? J’ai adoré ce livre, l’univers très riche, pourtant bien expliqué, l’écriture est fluide, j’ai tourné les pages sans m’en rendre compte. J’étais très curieuse de voir la suite, il y a une vraie quête pour trouver qui est vraiment le méchant de l’histoire, plusieurs fois j’ai pensé avoir trouvé qui était à blâmer pour tout ce bazar et puis j’ai raté !

Je me suis bien attachée aux personnages principaux, ils ont tous un passé non glorieux à traîner, ils s’entraident pour survivre sans confiance où pense ne pas faire confiance. Je pense que Sable n’a pas fini de nous surprendre, le mystère de la flûte reste quand même très présent. Y’a-t-il d’autres instruments comme celui-là avec des propriétés différentes ?

Ce qui m’attriste c’est qu’il manque un petit lexique pour les autres langues utilisées, ça aurait été merveilleux, de comprendre pour vraiment se retrouver plonger.

Beaucoup de passages sont crus ou assez violents, il faut juste s’y habituer en se disant que c’est un mauvais moment à passer ! Je le recommande et Je suis impatiente d’avoir la suite !

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

Un nouveau monde Tome 1 l’Unification de Tessa Nauvel

cover-377

« Une romance sur fond de dystopie et de Science-Fiction…
Dans un futur où les hommes ne sont plus les seuls habitants sur Terre, leur nombre réduit à peau de chagrin et regroupés dans un périmètre continental par une forme de vie extraterrestre plus avancée, Amélia, une jeune fille de 16 ans et demi aspire à une vie meilleure et plus de liberté. Comme beaucoup d’autres Natifs, indigènes légitimes de la planète bleue, elle s’est inscrite au Programme d’Unification pour incorporer la communauté des Extras. Elle ne soupçonne alors pas que c’est toute sa vie qui changera en rencontrant l’un d’entre eux, Arone Karmik, un Alien qui ne lui cache pas son aversion pour les êtres humains. Déterminée à tenir bon malgré le comportement méprisant de cet être à la beauté aussi implacable que son esprit hostile, elle ne se doute pas un instant que le but de ce programme est bien plus important qu’il n’y paraît…
Une romance foudroyante, brûlante et passionnante où les émotions sont mises à rude épreuve. Au-delà de toute raison et des genres… Laissez-vous emporter ou sortez de votre zone de confort grâce à la saga Un nouveau Monde. Vous n’en ressortirez pas… »

Qui est Tessa Nauvel ? Née en 1973, Lilloise de naissance. Je me consacre à l’écriture depuis mai 2016 où j’ai autopublié mes premiers ouvrages : Un nouveau Monde L’Unification (Tome 1), Un nouveau Monde L’Intégration (Tome 2) et Un nouveau Monde L’Évolution (Tome 3), une saga Romance, Science-Fiction, Fantastique, Dystopie, Extraterrestre…
Le tome 4 est en cours d’écriture, déjà 6 chapitres d’écrits.
En parallèle de la saga Un nouveau Monde, je travaille sur une romance contemporaine qui se déclinera en 3 Tomes. Après cette nouvelle trilogie, je reviendrai avec joie ^^ au fantastique et la SF… des genres qui me bottent décidément énormément !

Site web

Facebook

Le début est assez long mais tous premier tome nécessite que le décor soit semé pour pousser. L’intrigue se déroule dans le futur, il faut beaucoup d’explications sur pourquoi et comment on en est arrivé là. Ce qui en soi est hyper intéressant tant l’aboutissement des idées de l’auteur sont logiques.

Sans comprendre comment, je suis arrivée à 1 tiers du livre est là impossible de lever le nez, ça s’enchaîne et on doit garder le rythme. Niveau personnages je me méfie de Raphaël, son changement d’attitude, ses décisions me paraissent étranges, je n’arrive pas à trouver ce qui me chiffonne avec lui.

Eténa est le personnage que je préfère, elle se coupe en morceaux pour ses proches, elle fait tout pour que l’unification se déroule bien. Elle ne se rend pas compte qu’on s’intéresse à elle, elle ne voit donc pas les opportunités amoureuses, il faut dire que les batailles incessantes de son frère et sa meilleure amie ne l’aide pas à voir clair.

Arone et Amélia sont assez intéressant même si je trouve qu’Arone a un petit quelque chose en plus qui le rend bien complexe, attachant, garder juste en tête qu’il change d’humeur tous les quarts d’heures, c’est le hormones. Amélia en revanche pourrait être un bon personnage à mes yeux si elle arrêtait d’être soumise et sans cesse victime mais par certains côté la situation n’est pas évidente pour elle, alors je lui laisse encore une chance.

Les descriptions sont incroyables, créées tout cet univers, un sacré travail de l’auteur. Je ne sais pas comment va être amenée la suite, la réussite ou non, les futures missions, les nouveaux personnages, ce premier tome donne largement envie de lire la suite.

Ps : Merci à l’auteur pour ce service presse

Aurevy

Publié dans Auto édition, Service presse

L’institut des profs dépressif de Louis Auguste

xcover-4857

« Une légende de l’éducation nationale affirme qu’il existerait un lieu tenu secret dans lequel les professeurs fatigués ou dépressifs peuvent se ressourcer. Mythe ou réalité ? Et quels sont les profils de ces enseignants en rupture de cours ? Vrais malades ou simulateurs ? Suivez le guide qui débarque à L’institut un soir d’octobre. »

amazon

Un humour assez noir, brute de décoffrage pour mon plus grand plaisir. Je l’ai lu en une journée difficile de s’en détacher. On est plongé dans cet univers dépressif avec cynisme sans savoir ce qui est vrai ou faux. L’humour cynique dépeint l’Education nationale comme une grande mafia, avec ses trafiques, ses fêtes clandestines et des indics qui fournissent les résidents. On est sur un déridage intensive de l’image du professeur barbant.

Une quête de vérité, de justice est présente dans cet ouvrage, connaître les autres, chercher des réponses qui pourrait les aider eux-même. Des amitiés un peu particulières se créaient dans ce chaos. On ne s’ennuie pas avec ce livre, on peut même être surpris plusieurs fois.

J’aurais aimé qu’on en sache plus sur Paul, comment a-t’il peut en arriver là, on en apprend tellement sur les autres mais pas sur lui à part son rêve de voyage. L’auteur a réussi à créer un monde un peu loufoque sans plomber son écrit avec lourdeur et noirceur. J’ai réussi a rire sur plusieurs passages. Je recommande ce livre !

Ps : Merci à l’auteur pour ce service presse

Aurevy